Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

05/11/2007

Vingt pour cent, les seuls qui comptent !

Editorial

La Libre Belgique

Par Michel Konen

 

 

Le chiffre est d'Yves Leterme. Selon lui, quatre-vingts pour cent du chemin vers l'Orange bleue a été accompli. Ces pour cent-là sont les seuls qui comptent.

La semaine à venir dira si la tactique suivie par le formateur a été la bonne. Il a engrangé de multiples accords. Il espère que les acquis feront pencher la balance en sa faveur.

Mais, force est de le constater, les "pour cent" n'ont pas tous le même poids. Et les dossiers sur lesquels les "peut-être futurs partenaires" se sont accordés comportent de nombreux "blancs" qui ont été reportés aux semaines qui viennent.

Rien ne dit donc que Leterme gagnera son pari : sur la balance, le plateau des acquis actuels est bien léger encore.

Le congé de la Toussaint aura permis aux uns et aux autres de se ressourcer. Et ils vont, en effet, avoir besoin de tous leurs moyens intellectuels et physiques au cours des jours et des semaines qui s'annoncent. On peut s'attendre à une guerre des tranchées permanente et à de multiples crises de nerfs de part et d'autre.

Premier plat de résistance ce lundi : Bruxelles-Hal-Vilvorde. Les députés flamands membres des partis qui négocient l'Orange bleue attendent des progrès "significatifs" dans la résolution de ce dossier d'ici mercredi, jour où se réunit la Commission de l'Intérieur. Faute de perspective, ils voteront, disent-ils, la scission pure et simple de l'arrondissement. Mais voilà, les camps francophones et flamands se sont enfermés dans des déclarations préalables qui n'aident pas au compromis. Du coup, quoiqu'il arrive, tous perdront la face. Mais en politique, belge du moins, quand tout le monde perd, c'est presque comme si tout le monde avait gagné.

L'équation à résoudre est très complexe. D'un côté, les Flamands et leur calendrier parlementaire, et la décision du ministre flamand de l'Intérieur de faire de la nomination des quatre bourgmestres de la périphérie une affaire de gouvernement. Autrement dit, les partis qui ne sont pas associés à la négociation fédérale auront leur mot à dire. Et on ne voit pas pourquoi ils aideraient l'Orange bleue. De l'autre côté, les francophones qui font du sort de ces bourgmestres un préalable à la négociation.

BHV, ce n'est que deux pour cent du chemin qui reste à parcourir. Bonne chance Monsieur Leterme !