Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

14/01/2008

Front bas et regard timide

EDITORIAL

Ciel Radio

par Michel Konen

 

Le week-end a été riche en déclarations et prises de positions  diverses. Elles n’ont pas nécessairement aidé le citoyen à y voir plus clair dans le jeu politique.

 

Dans le domaine socio-économique, les responsables ont répété, comme une antienne, qu’il n’y avait pas d’argent dans les caisses, que 2008 ne serait pas un grand cru budgétaire. Bref que les promesses seraient revues à la baisse. Quand à la manière de s’y prendre pour réaliser les objectifs, elle relève de la cacophonie plutôt que du ballet bien régler. L’euphorie de Noël est bien passée : décidément Verhofstadt III est bien un gouvernement de transition. Il a bel et bien oublié de rédiger un programme avant de reprendre les rênes avec une équipe plus que jamais hétéroclite.

 

Côté communautaire, c’est la proposition – ou la menace – d’Elio Di Rupo de réclamer un recensement linguistique dans les communes proches de l’agglomération bruxelloise qui met le feu aux poudres. Provocation ?  – comme l’affirment les flamands – ou bien positionnement stratégique du parti socialiste ? Si tel est le cas, cela voudrait dire que les francophones, enfonçant le clou de l’extension territoriale de la région bruxelloise, négocieront avec la conviction que la tendance séparatiste flamande a le vent en poupe et qu’il faut se préparer au pire. Y compris à un tracé de frontières qui ne soit pas que virtuel. Début de réponse aujourd’hui déjà avec une nouvelle réunion du Front des francophones et du groupe Wallonie-Bruxelles. Et demain, lors de la première réunion  du groupe des 12 chargés de préparer, sous la houlette d’Yves Leterme, la réforme de l’Etat.

 

Les francophones, cette fois, ne se rendent pas à la négociation le front bas et le regard timide.