Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

10/11/2007

La belle histoire de BHV : Acte V

Édito

La Libre Belgique

Par Michel Konen

Acte I : mercredi, avant le vote du bloc flamand sur Bruxelles-Hal-Vilvorde, vous l'aviez compris : ça allait barder entre francophones et néerlandophones.

Acte II : mercredi après le vote, vous aviez comme un doute : ils avaient tous l'air content.

Acte III : jeudi, vous étiez perplexes. Non seulement ils avaient tous l'air content, mais ils expliquaient tous qu'ils avaient gagnés. Leterme restait en piste. Le Roi désignait les présidents de la Chambre et du Sénat comme réconciliateur des communautés linguistiques. Didier Reynders haussait le ton, demandant des gages en réparation de la gifle reçue la veille. Joëlle Milquet se réjouissait de voir BHV reporté aux calendes grecques. Les francophones, ensemble, étaient satisfaits de voir les grandes réformes institutionnelles localisées dans un groupe des sages extérieurs au gouvernement. Les Flamands n'étaient pas moins heureux du bon tour joué aux francophones sur BHV et la future commission Sénat-Chambre allait permettre de progresser dans le domaine institutionnel.

Tout était pour le mieux dans un scénario prévu, écrit ?, par les négociateurs.

Acte IV : rebondissement ! Comme dans les meilleurs feuilletons télévisés. Rien ne va plus. Nous sommes vendredi matin. Vous n'y comprenez plus rien du tout. La presse laisse entendre que le scénario de crise avait été mis en scène. La presse flamande atomise le CD & V/NV-A et Leterme. Ce dernier s'est mis à plat ventre pour conserver une chance de devenir Premier ministre. Son parti a tout raté : la scission de BHV est bloquée et la réforme de l'Etat encommissionnée.

Acte V : tout redevient normal. Face à leur opinion publique gravement perturbée par les jeux subtils du pouvoir, tout redevient normal. Reynders s'étouffe à l'idée qu'on puisse le soupçonner d'avoir trompé l'opinion publique - c'est vrai, après tout qu'il n'est jamais agréable de recevoir une gifle politique - et attend toujours un geste des Flamands. La NV-A, parti séparatiste, remet son partenaire de cartel du CD &V dans le droit chemin flamand : Reynders peut aller se faire voir. C'est lui, au contraire qui doit donner des gages pour que la réforme de l'Etat s'engage. L'Open VLD suit. Joëlle Milquet ne voit pas de quoi il est question du côté flamand.

Ouf ! Tout est redevenu normal. On ne s'aime toujours pas au sein de l'orange bleue. Que font-ils donc ensemble ?