Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

14/11/2008

Le bon docteur Aernoudt

Édito

Mis en ligne le 14/11/2008

Par Michel Konen

Un nouvel OPNI - objet politique non identifié - sillonne, depuis deux semaines, le ciel wallon : le Rudy Aernoudt nouveau est arrivé. Presque en même temps que le beaujolais.

Rudy Aernoudt nous vient tout droit de Flandre. Mais il ne débarque qu'après avoir soigneusement, deux ans durant, labouré le terrain. Il le connaît d'autant mieux qu'il fut, de manière étonnante, chef de cabinet du wallonissime libéral Kubla. Avant de retourner dans les rangs des libéraux flamands et voir sa carrière brisée parce qu'il osa dénoncer les dysfonctionnements et abus de la météoritique Fientje Moermans, ministre libérale du gouvernement flamand.

Il faut reconnaître à l'homme qu'il a le courage de mettre ses actes en accord avec ses idées. Il est davantage connu côté francophone que côté flamand, particulièrement depuis qu'il a publié, en 2006, "Wallonie - Flandre, Je t'aime moi non plus", dans lequel il s'attaque férocement aux préjugés selon lesquels la Région wallonne, plus pauvre, dépendrait économiquement de la Région flamande, plus riche. Il a donc tout pour plaire côté francophone. D'autant qu'il est aussi l'un des seuls hommes politiques flamands à s'opposer ouvertement et fermement à la séparation de la Belgique. Ce qui le distingue de son ami Jean-Marie Dedecker. Car pour le reste, c'est un libéral pur et dur - il a concocté la partie économique du programme de la liste LDD qui donne, pour l'instant, des sueurs froides à l'establishment politique flamand. Et Rudy Aernoudt use des mêmes ficelles pour convaincre. Du gros bon sens qui trouvera sans aucun doute un écho chez tous ceux qui trouvent le MR un peu mou et trop au centre. Didier Reynders a senti venir le danger et tente déjà de circonscrire le risque. Devant le langage musclé d'Aernoudt il risque d'apparaître comme étant à la remorque dans sa volonté d'éloigner les socialistes du pouvoir.

Arnoudt a un parti, il a un programme. Et, comme son ami Dedecker il fait peur aux partis en place. Il fait monter les enchères et attend son heure. Qui succombera à ce flamand atypique qui n'aurait pas eu l'ombre d'une chance au nord du pays ?

Un flamand élu en Wallonie ? Pourquoi pas ! Ce ne serait pas une première. En 1894, le premier socialiste flamand, Edouard Anseele, se fit élire à Liége. C'était un autre temps il est vrai.

10:14 Publié dans Belgique | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : politique, aernoudt