Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

01/04/2008

La grâce pour les "Zoé"

EDITORIAL

Ciel Radio

par Michel Konen

 

Le président Tchadien Idriss Deby l’avait clairement laissé entendre : il était prêt à pardonner aux six Robin des bois français de l’Arche de Zoé. Sous prétexte humanitaire ils avaient tenté d’enlever vers la France, en décembre dernier, 103 enfants tchadiens présentés à tort comme des orphelins du Darfour.

 

Condamnés à huit ans de prison pour enlèvement d’enfants ils avaient été transférés en France, où ils purgeaient leur peine, grâce à l’action du président français Nicolas Sarkozy. Leur seul espoir de libération rapide tenait à la grâce du président tchadien. C’est chose faite depuis lundi soir. Les six « humanitaires » ont été aussitôt libérés.

 

Officiellement, la France n’a rien promis, rien donné en échange. Mais on ne manquera pas d’observer qu’à peine sauvé, avec le soutien militaire de la France, d'une attaque rebelle qui a failli le renverser les 2 et 3 février, le chef de l'Etat tchadien s'était dit "prêt à pardonner" aux six condamnés français. Ni que les « Zoé » sont toujours redevables de six millions de dommages et intérêts au bénéfice des familles dont ils ont tenté d’enlever les enfants. Et dont, sur place, nul n’a encore vu la couleur. Officiellement du moins.

 

Cela dit, les six de Zoé n’en ont pas fini avec la justice. Ils restent inculpés en France de diverses préventions allant de l’exercice illégal de l’adoption jusqu’à l’escroquerie. Autant de délits pour lesquels les graciés encourent des peines jusqu’à 10 ans de prison et 75.000 euros d’amendes.

 

Ils ont donc été graciés. Ils ont donc été libérés. Tant mieux pour eux.

 

Au fait, on n’en parle plus beaucoup : que sont devenus les 103 enfants tchadiens abandonnés ? Leur sort ne semble plus intéresser grand monde.

 

 

07:29 Publié dans International | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : France, justice, Zoé

28/10/2007

L'odyssée désastreuse de l'Arche de Zoé

EDITORIAL

Ciel Radio

par Michel Konen

 

L’enfer est décidément pavé de bonnes intentions. On reste sans voix devant l’odyssée désastreuse menée par l’ONG française L’Arche de Zoé. Devant l’absence d’explications crédibles de la part des responsables de cette organisation, non répertoriée officiellement, on ne peut manquer de songer à une évacuation sanitaire aux allures de trafic de mineurs en vue d’une adoption. Ce qui est plus étonnant encore c’est que les autorités françaises ont dissuadé les organisateurs de ce raid à plusieurs reprises. Mais elles n’ont rien fait pour l’empêcher d’agir alors qu’elles contrôlent l’aéroport tchadien ou l’avion loué pour l’occasion attendait les enfants. Mieux, il semble que l’armée française stationnée sur cet aéroport ait aidé les membres de l’Arche de Zoé à regrouper les enfants orphelins. Il est vrai que l’association avançait masquée puisqu’elle opérait sous le nom d’une autre ONG, Children Rescue. Il est incroyable cependant que toute cette opération ait pu se mener au nez et à la barbe des autorités. On suspecte donc des complicités à haut niveau. Ce qui est affligeant dans cette lamentable histoire c’est que des enfants, déjà traumatisés par la guerre qui sévit dans la région aient servi d’otages. Ce qui est affligeant c’est que des dizaines de familles, dont des belges, aient été abusées par une association sans scrupules. Les documents découverts ne laissent guère place au doute : c’est bien avec le mirage de l’adoption que l’Arche de Zoé a appâté les familles, même s’il elle s’en défend aujourd’hui. Pire, selon l’ONU et l’UNICEF les enfants concernés ne proviennent pas du Darfour ni ne sont, pour la plupart, orphelins. On veut espérer que les responsables de l’Arche de Zoé n’ont pas agi par esprit de lucre mais qu’ils se sont simplement comportés comme des imbéciles au grand cœur.  Vu l’état du dossier, c’est presque trop beau pour être vrai.