Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

29/04/2008

Yves Leterme, enfin !

EDITORIAL

Ciel Radio

par Michel Konen

 

 

 

 Le Premier ministre, dos au mur, a fini par bouger. Hier soir, en conseil des ministres restreint il a, pour la première fois, proposé un plan pour sortir de l’impasse dans laquelle le précipitait le dossier de Bruxelles-Hal-Vilvorde.

 

Une proposition évidente, la seule possible : joindre le dossier BHV au deuxième paquet de compétences à négocier d’ici le 15 juillet. Rien d’autre que le respect de l’accord de gouvernement. Rien d’autre que ce qu’avait prévu le groupe des sages qu’Yves Leterme va réunir dans les prochaines heures et qui comprend des représentants de l’ensemble des partis démocratiques.

 

On ne sait pourquoi Yves Leterme a voulu attendre d’être acculé pour formuler sa proposition. A moins que le Premier ministre soit aujourd’hui totalement isolé au sein de sa propre famille politique tenue en laisse par son encombrant allié de cartel, la NV.A. Car , du côté des séparatistes flamands on s’étrangle à l’idée de respecter l’accord conclu.

 

Il est vrai qu’en négociant l’avenir de BHV en même temps que les nouvelles compétences à régionaliser la Flandre est ébranlée dans ses certitudes d’une scission pure et simple de cet arrondissement explosif.

 

Il aura fallu, pour que le Premier ministre sorte de l’atonie, que les francophones se montrent intransigeants sur le respect des accords, quitte à mettre en jeu la survie de Leterme Ier. Le Front des francophones, conduit par Didier Reynders , vient de démontrer toute son utilité. Voilà donc un instrument qu’il faut consolider et qu’il convient de pérenniser en réformant pour les rendre plus efficaces les institutions régionales et communautaires francophones.

 

Les heures qui viennent diront si cette majorité de Leterme à un avenir ou si une crise d’état pointe à l’horizon.

 

 

13/03/2008

Le ton et la méthode Val Duchesse

EDITORIAL

Ciel Radio

par Michel KONEN

 

 

Nous voilà revenus aux plus beaux jours de l’orange bleue. Par le ton et par la méthode. Le trottoir de la Rue de La Loi a remplacé les grilles de Val Duchesse. Les sans doute futurs partenaires s’invectivent à qui mieux-mieux. Reynders est occupé à retailler un costume de Madame Non à Joëlle Milquet Et au passage à la repeindre en rouge écarlate ne manquant jamais de répéter que le CDH est désormais plus à gauche que le Parti socialiste. Le CDH traite les libéraux d’arrogants dézingueurs. Et ainsi de suite… A l’intérieur, on est sur l’air du « Quand c’est fini ça recommence ». Puisque les négociateurs s’étripent sur le volet socio-économique et en particulier sur le volet fiscal du programme, on parle d’autre chose. Yves Leterme met les sujets qui fâchent au frigo. Il espère pouvoir y revenir en fin de négociations quand d’autres accords auront été engrangés. On ne peut pas dire qu’à Val Duchesse la méthode avait porté ses fruits. Ou alors, on en vient à des propositions surréalistes : les libéraux proposent de ne pas entrer dans les détails. De se contenter de lignes de force que le gouvernement s’engagerait à suivre. Déjà que cette coalition n’accouchera que d’un programme riquiqui, on imagine ce que cela donnerait avec un texte vague à souhait que chacun interprètera à sa guise. Ce serait comme distribuer des armes lourdes à des belligérants. Une embellie pourtant dans le ciel de Leterme : il y aurait un début d’accord sur les vols de nuit à Zaventem. On dit bien un début d’accord. C’est peu mais par les temps qui courent il n’y a pas de petits profits pour Monsieur 800.000 voix. Et dans la coulisse, le leader social-chrétien négocie pour ramener son partenaire de la NV.A à de meilleurs sentiments en les réintégrant dans la majorité. Histoire de rééquilibrer cette majorité et de calmer les appétits ministériels de Reynders Il reste sept jours, tout juste, à Leterme pour arranger les bidons. C’est peu, très peu. Trop peu ?

 

10/03/2008

Leterme omniprésent

EDITORIAL

Ciel Radio

par Michel KONEN

 

 

Il fallait être aveugle pour échapper à Yves Leterme ce dimanche. Le futur Premier ministre était omniprésent à la télévision. Côté francophone comme côté néerlandophone il a trusté les antennes pour enfiler son habit de chef du futur gouvernement.

 

Et, manifestement, Yves Leterme a cherché, cette fois, à se situer au-dessus de la mêlée tout en prenant ses responsabilités. Côté RTBF et RTL le message était consensuel. Il laissait même entendre qu’une « bonne » régionalisation de l’emploi suffirait à son bonheur, et donc à celui de la Flandre. Et que, certes, s’il n’ignorait pas que le cartel CD&V/NV.A exigeait davantage, il saurait, le cas échéant, prendre ses responsabilités.

 

Côté flamand, Monsieur 800.000 voix a directement interpellé la NV.A : « elle aurait tort de ne pas soutenir ce gouvernement. Le premier paquet – celui que les francophones qualifient d’anecdotique - contient des choses très intéressantes pour les flamands », a-t-il jugé. Le leader social-chrétien met la pression sur son ami séparatiste. Bart De Wever, gêné aux entournures, laisse déjà entendre que son parti pourrait revoir sa position si…..

 

Cela dit le club des cinq ne serait pas ce qu’il est si, malgré les appels au sang-froid lancés par Leterme, quelques disputes n’avaient émaillé le week-end. Un  proche d’Yves Leterme s’en est pris à Didier Reynders en lorgnant sur le département des fiances. De quoi irriter le bouillant liégeois.

 

La semaine qui vient sera consacrée à la rédaction d’une déclaration gouvernementale. Le texte qu’Yves Leterme a envoyé ce week-end à ses petits camarades fait un peu fourre-tout et donnera l’occasion aux futurs partenaires de se disputer pour voir leurs priorités prises en compte. Un chapitre socio-économique rédigé par l’équipe Reynders en fait partie. Celui-là par contre, est fort clair.  Puisque Reynders n’obtiendra pas le poste de Premier ministre, c’est dans la politique gouvernementale que l’on trouvera l’empreinte libérale. Réduction et simplification de la fiscalité, consolidation des intérêts notionnels, incitants fiscaux, etc., sont au rendez-vous Le menu est copieux. Reste à savoir s’il intéressera tous les invités au banquet.

 

Yves Leterme devra sortir le grand jeu pour s’imposer. La partie n’est pas gagnée d’avance.