Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

28/03/2008

Islam

EDITORIAL

Ciel Radio

par Michel Konen

 

 

Il l’a donc fait. Le député néerlandais d’extrème-droite Geert Wilders est passé à l’acte. Il a mis en ligne, sur Internet, son film anti-islam : Fitna, ce qui, en arabe signifie, discorde au sein de l’islam.

 

Le film montre notamment des images violentes de victimes d’attentats terroristes entrecoupées de versets du Coran. Wilders prétend ainsi démontrer que le Coran est un livre fasciste, comparable au Mein Kampf d’Adolf Hitler. Un livre qu’il convient purement et simplement d’interdire aux Pays-Bas.

 

Le gouvernement néerlandais a tenté en vain de persuader Geert Wilders de renoncer à son projet. Rien n’y a fait. Dès hier soir, les associations musulmanes appelaient leurs fidèles à rester calmes et à ne répondre pas à la provocation. Le gouvernement de La Haye craint des violences en Hollande même ainsi que des agressions à l’encontre de ses ressortissants à l’étranger. Des pays musulmans ont d’ores déjà menacé les Pays-Bas de  mesures de rétorsion économiques. On se dirige donc tout droit vers une crise semblable à celle qui a agité les foules musulmanes lors de la publication des caricatures de Mahomet au Danemark.

 

Il faut le rappeler : rien, dans un régime démocratique, où il y a séparation entre l’Etat et les religions, où règne les libertés d’opinion et de presse, ne peut empêcher la réalisation et la diffusion d’un tel film. C’est par le débat pacifique qu’il convient donc de démonter le discours haineux de ce député de la droite fasciste. L’Islam, pas plus que les autres religion ne dispose d’un statut spécial qui le mettrait à l’abri de la critique, fut-elle outrancière, ou de la caricature.

 

L’entreprise de ce député n’en reste pas moins condamnable : elle attise la haine et ne propose aucune solution. Le brûlot produit par ce député pourrait s’appliquer à d’autres religions, à commencer par la Bible au nom de laquelle des massacres ont été commis par le passé.

 

Que l’interprétation littérale de certains passages du Coran par les musulmans les plus radicaux pose problème, nul ne le niera. Des événements sanglants ou des discours haineux tels ceux du chef de l’état iranien le démontrent chaque jour.

 

Il appartient aux responsables musulmans d’Europe et du monde de démontrer par leur attitude que ce député est dans l’erreur et que l’islam, comme les autres religions, est aussi un appel à l’amour du prochain et à l’harmonie entre les hommes.