Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

18/07/2008

Leterme, le retour de la demi-portion

Édito

La Libre Belgique

Par Michel KONEN

Mis en ligne le 18/07/2008

La vie politique belge est toujours pleine de surprise. Et l'on peut faire confiance à nos hommes politiques pour trouver des solutions aux problèmes apparemment insolubles.

La vie politique belge est toujours pleine de surprise. Et l'on peut faire confiance à nos hommes politiques pour trouver des solutions aux problèmes apparemment insolubles.

Dans la présente crise l'équation soumise au Roi avait les apparences d'un noeud gordien, inextricable. Comment faire se parler des gens qui n'ont plus envie de se voir ?

On le sait, la situation économique et sociale intérieure et mondiale pèse lourd, très lourd. Pas question de s'enfoncer dans une crise qui laisse le pays sans conducteur. D'un autre côté, les problèmes communautaires étant ce qu'ils sont, le gouvernement belge se retrouvait pétrifié avec, face-à-face, des hommes et des femmes installés dans des camps retranchés.

Il n'existe aucun bon scénario pour sortir de cette crise. Il n'en existe que de moins mauvais. Durant toute cette semaine, des dizaines d'hypothèses ont été testées, des ballons d'essai ont été lancés. Le Roi a très largement consulté. Hier, en cours de soirée, alors que les derniers détails étaient encore en cours de négociation, le Roi attendait Yves Leterme pour le confirmer dans ses fonctions. Leterme I bis est donc sur les rails.

Mais c'est un Leterme en quelque sorte amputé qui revient au 16 rue de La Loi. Le Premier ministre, en effet, aura pour unique tâche de prendre en charge les dossiers socio-économiques. On sait que le gouvernement avait réussi à se mettre d'accord sur cette matière. Ainsi, les projets de soutien au pouvoir d'achat, notamment, pourront être mis en oeuvre. Pour rappel, c'est le seul volet de l'action gouvernementale qu'Yves Leterme, en treize mois, ait réussi à maîtriser. C'est ici qu'intervient le "génie" belge. Le volet communautaire est momentanément retiré à Leterme et au gouvernement. Il est confié à trois sages francophones (de Donnéa, Langendries et Lambertz) qui devront, dans un temps relativement bref, remettre un rapport sur une méthode, un agenda et un contenu de réforme de l'Etat. Pourquoi des francophones uniquement ? Parce que le CD&V/N-VA considère que c'est aux francophones qu'il appartient de démontrer leur volonté d'aller de l'avant.

Si ce n'est pas de la grande plomberie politique, çà, on n'y connaît plus rien !

Albert II, lui, en dénouant le fil de cette crise, s'est offert, ma foi, un très joli cadeau pour la Fête nationale.