Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

01/09/2008

?

Édito

Par Michel Konen

 

Que ceux qui ont profité des vacances pour décrocher de la saga politique de l'année n'aient aucun regret : ils n'ont rien raté. Les choses sont restées en l'état. Au 21 juillet on n'était nulle part. Eh bien nous en sommes au même point : nulle part !

Le triumvirat des sages après avoir inventé, en juillet, un futur dialogue "interinstitutionnel" qui veut tout dire et ne rien dire est parti en congé et ne reprendra le collier qu'après le 8 septembre. Ils se sont, comme il se doit, montré d'un optimisme de bon aloi, persuadés néanmoins que le grand soir institutionnel n'est pas pour demain. Voilà qui nous promet des moments passionnants pour le premier jour de l'automne, date à laquelle la N-VA tient congrès. Son sémillant leader Bart De Wever a fait le plein d'oxygène dans les Alpes autrichiennes. Et il n'en démord pas : il faut une grande réforme pour cette date. Et le CD&V sera à la fête deux jours plus tard. Lui aussi tient congrès. Sur le même thème. Et Kris Peeters, le président du gouvernement flamand, vient de le répéter sans détour : il faut un dialogue de communauté à communauté. Sans Bruxelles ! Vous ajoutez, en guise de cerise sur le gâteau, les dernières déclarations d'Yves Leterme : "Le cartel c'est mon enfant. Pas question de le sacrifier", et la boucle est bouclée.

Côté francophone, on fait dans les universités d'été. On étudie, quoi ! Le CDH renvoie Peeters au diable vauvert et réclame une priorité pour les "sujets qui intéressent les gens"; le PS itou. Les Ecolo daubent l'action de Leterme Ier et vantent leurs liens avec Groen ! qui, soit dit en passant, n'ont pas permis aux verts de faire des propositions dans le domaine communautaire. Rien donc n'a changé.

Si, pourtant ! Les choses vont encore un peu plus mal encore.

Didier Reynders, ministre des Finances, vient de reconnaître qu'on pouvait faire son deuil de l'équilibre budgétaire pour 2008 : ce qui, à vrai dire,n'étonne pas grand monde mais est, hélas, tragique pour le pays.

L'exceptionnelle inflation qui sévit en Belgique est due, tous les experts sont d'accord là-dessus, à l'absence de gouvernement qui gouverne. La récession qui s'annonce, en l'absence de gouvernement digne de ce nom, pourrait bien avoir des effets surmultipliés chez nous.

Les autres dossiers sont eux aussi en cale sèche. Ils sont de retour ! Et l'avenir s'écrit sous forme de point d'interrogation.