Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

07/05/2008

Et si Leterme jouait les élections ?

EDITORIAL

Ciel Radio

par Michel Konen

 

 

Cette fois, c’est sûr, la situation doit être grave, voire désespérée. Yves Leterme a en effet du renoncer au rendez-vous du jour. Personne ne l’a vu hier dans la Cité ardente célébrer, avec 25.000 autres supporters en délire, la victoire du Standard en championnat de Belgique. C’est tout dire ! Il reste à présent moins de trente heures au Premier ministre pour prendre initiative et ramener l’ordre et la discipline dans les rangs de sa majorité branlante. Car si les parlementaires gardent la main il ne fait pas de doute que la proposition de loi scindant l’arrondissement électoral de Bruxelles-Hal-Vilvorde sera adoptée par la majorité flamande. Les membres du CD&V-N-VA sont les plus excités à vouloir en découdre. Si l’incident devait se produire, on ne donne pas cher de la peau de ce fantomatique gouvernement Leterme Ier. La seule question qui vaille est : Yves Leterme garde-t-il dans sa manche un maître atout ? L’étrange passivité, voire l’indifférence, dont a fait preuve jusqu’ici le Premier ministre permet d’en douter.  On restera néanmoins prudent tant, il est vrai, que le sac à malice de la politique belge permet de réaliser des tours de prestidigitation extraordinaires. Mais si c’est le cas on comprend moins encore la stratégie de Monsieur 800.000 voix car, s’il réussit à sauver sa tête, la crise qu’il aura laissé se développer laissera des traces profondes et durables au sein de sa majorité et de son équipe gouvernementale. A moins qu’Yves Leterme, machiavélique, n’ai déjà fait son deuil d’une Belgique à laquelle, il y moins d’un an, il ne trouvait plus la moindre valeur ajoutée. Yves Leterme jouerait alors la carte d’élections rapides, qui lui permettrait de se présenter comme le plus flamand des flamands, celui qui n’a rien cédé aux francophones. Sa cote de popularité est restée intacte en Flandre. Tout ceci ne serait alors qu’un scénario catastrophe destiné à préparer le vrai rendez-vous communautaire. Son attitude permet toutes les spéculations. A lui de jouer !

 

06/05/2008

BHV, les chimères communautaires

EDITORIAL

Ciel Radio

par Michel KONEN

 

Yves Leterme finira bien par se poser la question : mais que s’est-il donc passé pour qu’il ne pèse soudain plus rien au sein de sa propre famille politique ? Hier soir encore le scénario proposé pour sortir de la crise a été rejeté sans état d’âme par le CD&V-NV-A. De quoi s’agissait-il ? De peu de choses en vérité : une déclaration du Premier ministre à la Chambre affirmant que le gouvernement cherchait une solution négociée à ce maudit dossier de BHV et, en compensation, les francophones actionnaient la procédure en conflit d’intérêt. Après les séances de musculation linguistique de ces derniers jours ce n’était pas vraiment une sortie de crise flamboyante, tout le monde avait l’air un peu bête mais, bon, l’animal politique made in Belgium survit parfaitement à ces tours de foire.

 

Mais non, rien à faire, Le CD&V-NV-A a renvoyé Leterme dans le coin. C’est qu’ils ont vraiment envie de presser le bouton vert de leur banc de parlementaire, les démocrates chrétiens flamands ! Tout en affirmant, comme de bien entendu, qu’ils sont pour une solution négociée du dossier.

 

Désormais, le CD&V-NV-A se retrouve seul aux côtés des extrémistes ultranationalistes pour imposer BHV à l’agenda de la Chambre. Open VLD et SP.A sont d’accord, pour leur part, d’attendre. A condition que le parti du Premier ministre renonce à inscrire ce point à l’ordre du jour. Ce qu’il refuse ! Comprenne qui pourra !

 

Le CD&V, cornaqué par son allié de la NV-A, veut une victoire symbolique à l’approche des élections régionales et européennes de 2009. Quel qu’en soit le prix. Au mépris de l’intérêt du pays et de ses citoyens !

 

Le CD&V est bien le digne héritier du CVP : c’est avec délectation qu’il sacrifie ses leaders sur l’autel des chimères communautaires.

 

 

05/05/2008

Leterme, erreur de casting ?

Editorial

Ciel Radio

par Michel Konen 

Du propre aveu d’Yves Leterme, il faut que le gouvernement s’occupe - enfin, ajoutera-t-on - des vrais problèmes qui intéressent les gens. Exemples : l’énergie chère, l’inflation, l’emploi, le prévisible dérapage budgétaire, les problèmes nés des flux migratoires, etc. Sur foi de quoi le Premier ministre a joué le surplace en matière institutionnelle. Sur tout le reste aussi d’ailleurs.

 

Depuis le passage du « bon » docteur Verhofstadt, plus rien, nada. Le groupe des sages, qui a défini le premier paquet de réformes – vivement critiqué, la semaine dernière, par le Conseil d’état -, le groupe des sages donc, qui avait suggéré un deuxième paquet de réformes pour le 15 juillet semble s’être évaporé. On ignore s’il existe encore et si oui quelle est sa composition. Leterme ferait bien d’accélérer sa réanimation. Les mois qui viennent de s’écouler ont démontré que le numéro I du CD&V est incapable de s’en sortir tout seul. Tous les compromis qui ont été nécessaires pour mettre sur pied cette coalition ne sont pas de son fait. Ils ont été imaginés et négociés par d’autres.

 

Depuis que les cloches de Pâques ont déposé Leterme Ier dans le jardin des Belges, rien n’a bougé. La majorité a déjà commencé à se disputer, comme l’ont si bien montré les premiers débats parlementaires sur les sujets les plus divers.  Ces gens là n’ont tout simplement pas envie de faire un bout de chemin ensemble.

 

Qu’il s’agisse de l’institutionnel ou de l’économique et social, Leterme ne « sent » pas cette coalition qui, au fond, n’est pas vraiment la sienne. Au point d’avoir « cru », avec son cartel CD&V-NV-A , que les francophones, tranquillement, enclencheraient un nouveau conflit d’intérêt sur BHV afin de donner du temps au gouvernement.

 

Question : mais qu’à fait Leterme du premier répit de 120 jours ? Réponse rien ! Et qu’a fait ce gouvernement depuis qu’il est en place ? Réponse : rien.

 

Tout ça commence à sentir l’erreur de casting !