Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

01/04/2008

La grâce pour les "Zoé"

EDITORIAL

Ciel Radio

par Michel Konen

 

Le président Tchadien Idriss Deby l’avait clairement laissé entendre : il était prêt à pardonner aux six Robin des bois français de l’Arche de Zoé. Sous prétexte humanitaire ils avaient tenté d’enlever vers la France, en décembre dernier, 103 enfants tchadiens présentés à tort comme des orphelins du Darfour.

 

Condamnés à huit ans de prison pour enlèvement d’enfants ils avaient été transférés en France, où ils purgeaient leur peine, grâce à l’action du président français Nicolas Sarkozy. Leur seul espoir de libération rapide tenait à la grâce du président tchadien. C’est chose faite depuis lundi soir. Les six « humanitaires » ont été aussitôt libérés.

 

Officiellement, la France n’a rien promis, rien donné en échange. Mais on ne manquera pas d’observer qu’à peine sauvé, avec le soutien militaire de la France, d'une attaque rebelle qui a failli le renverser les 2 et 3 février, le chef de l'Etat tchadien s'était dit "prêt à pardonner" aux six condamnés français. Ni que les « Zoé » sont toujours redevables de six millions de dommages et intérêts au bénéfice des familles dont ils ont tenté d’enlever les enfants. Et dont, sur place, nul n’a encore vu la couleur. Officiellement du moins.

 

Cela dit, les six de Zoé n’en ont pas fini avec la justice. Ils restent inculpés en France de diverses préventions allant de l’exercice illégal de l’adoption jusqu’à l’escroquerie. Autant de délits pour lesquels les graciés encourent des peines jusqu’à 10 ans de prison et 75.000 euros d’amendes.

 

Ils ont donc été graciés. Ils ont donc été libérés. Tant mieux pour eux.

 

Au fait, on n’en parle plus beaucoup : que sont devenus les 103 enfants tchadiens abandonnés ? Leur sort ne semble plus intéresser grand monde.

 

 

07:29 Publié dans International | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : France, justice, Zoé