Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

26/12/2008

Joyeux Noël! Et si c’était vrai?

Édito

Mis en ligne le 24/12/2008

Par Michel Konen

 

Ce qui était sec, Dieu l’appela "terre", et l’amas des eaux, il l’appela "mers". Et Dieu vit que cela était bon".

Et Frank Borman terminait ce passage de la Genèse par ces mots: "Et de la part de tout l’équipage d’Apollo 8, nous terminons par, bonne nuit, bonne chance, un joyeux Noël, Dieu vous bénisse tous, vous sur la bonne vieille Terre".

 

C’était il y a tout juste 40 ans, pour la première fois des hommes découvraient, éblouis, un lever de terre. Une autre époque. Tout paraissait possible pour cette bonne vieille terre et ses habitants. C’était la fin des Golden sixties. Borman avait raison de nous souhaiter bonne chance. On allait en avoir besoin. En quarante années, la planète bleue et ses habitants ont trinqué. Durement!

Noël 2008. L’année s’achève en noir, sur fond de crise économique, financière, politique, sociale, institutionnelle. A priori, rien que des raisons de désespérer. De se souhaiter des vœux comme on lance des bouteilles à la mer. Et pourtant.

Nous avons choisi de vous souhaiter un "Joyeux Noël" d’espérance.

Le sapin qui fait notre Une veut précisément traduire cela. Pas de boules, pas de bougies. 18 portraits de femmes et d’hommes qui, à leur manière, ont façonné le monde, n’ont jamais renoncé à leur idéal. Dominique Pire y côtoie Coluche, Sœur Emmanuelle y fréquente Bob Geldof, Henri Dunant le fondateur de la Croix Rouge y croise Bernard Kouchner fondateur de Médecins Sans Frontières. Ils sont 18, ils auraient dû être bien plus nombreux.

Ce qui les unit, par-delà les différences de culture, de conviction, de religion, c’est sans doute leur foi en l’homme. Ce qui les rassemble c’est l’intérêt désintéressé qu’ils portent à leurs frères humains. Ce qui les rend exemplaires, c’est de n’être pas seulement des hommes et des femmes de bonne volonté mais des hommes et des femmes qui ont la volonté d’être bons.

Ceux-ci sont célèbres, mais ils sont, vous êtes, des milliers, à poser des actes solidaires à l’égard d’autres que les hasards de la vie ont rendus plus fragiles dans nos sociétés modernes pas très fraternelles.

Alors voilà, soyons plus nombreux encore à être simplement humains, à Noël, et chaque jour à venir. Joyeux Noël! Cela peut être vrai!

12:43 Publié dans Perso | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : noël, voeux

Commentaires

BONNE ANNEE, LA BELGIQUE !

Il existe un pays, en cette douce Europe,
Qui possède un milieu sacrément interlope
Où, du père au fiston, du tonton au neveu,
On truste les pouvoirs, on fait ce que l’on veut !

Une CPAS ? Pour tous ces malhonnêtes,
C’est pas fait pour les pauvres ou pour ceux qui s’endettent
Mais c’est un réservoir pour des titres pompeux
Assortis de salaires proprement merveilleux !
Et même un hôpital, pour ces nouveaux bandits,
Ca sert à épuiser des cartes de crédit !

Me voici Secrétaire ? Te voilà Président !
Ne me remercie pas ! Pense à moi dans quatre ans !
Echevin des travaux ? A toi les promoteurs !
Et tous ces appels d’offre, ça va faire ton beurre…
T’as pas été élu ? Tu n’es pas député ?
C’est rien ! A la province, on va te coopter !

Vous l’avez deviné ; je parle d’une clique
Communément nommée : la classe politique.
Et si j’ai pris la peine de souligner le mot,
C’est que c’est bien la classe, ce qui leur fait défaut…

Or donc, en cette année qui très mal se termine
Où banquiers, assureurs font tous la grise mine,
Voilà que quelques-uns de ces élus vainqueurs,
Ont cru que, tout puissants, avec la bouche en cœur,
Ils pourraient, des pouvoirs, bousculer le partage
Et, en faisant pression, aller à l’abordage
De tous ces petits juges salariés bien moins qu’eux.

C’est vrai que la justice, pour ces clowns dispendieux,
A force d’épuiser les ressources publiques,
Ca ne veut plus rien dire ! Parlez-leur donc d’éthique :
Ils vous regarderont comme un original
Et vous affligeront d’un bruit intestinal…

Or donc, ces faux puissants crachent au bassinet
S’offrant hommes de main et chefs de cabinet
Auxquels ils vont confier, parce qu’ils sont fort lâches,
Les travaux interdits et les moins nobles tâches…

Prêts à revendiquer, si tout se passe bien,
Et s’ils sont applaudis par tous ces « gens de rien »
Qui les font exister, que, vrais instigateurs,
C’est eux qui ont guidé leurs collaborateurs…
Mais si ça tourne mal et s’ils sont dans la crotte,
Papa affirmera qu’ils sont droits dans leurs bottes…
J’en sais d’autres hélas, qui, dans leur coin, ricanent.
Entourés comme ils sont, d’amis, de courtisanes,
Ils sont bien loin, ceux-là, de souffrir de la faim,
Patentés profiteurs, limite aigrefins…
Qu’un gouvernement saute, et voilà la curée :
Leur envie de pouvoir est si démesurée
Qu’ils en oublient tout : les pauvres faméliques,
L’économie qui crève, même le linguistique
N’ont plus, pour ces nantis, saprophytes rompus
Aux faveurs du parti, profiteurs, corrompus,
Mercenaires zélés, amis ou adversaires,
Que très peu d’importance ! Et s’ils sont partenaires
Du ministre déchu, dans sa coalition,
Ils sont aussi féroces que l’opposition !

Rien ne compte pour eux, vieux barbons ou jeunots,
Que les voix générées par tous ces péquenots
Qui, comme moi jadis, et comme vous demain,
Iront dans l’isoloir et, gentils béotiens,
Voteront à nouveau pour ces mêmes pourris.

Je pense qu’il est temps d’affûter bistouris,
Epées, dagues et glaives, de sortir les chicottes
Et d’enfin secouer tous ces balais de chiotte !

A Rome et à Athènes, en des temps reculés,
Les politiciens n’étaient pas salariés.
Administrer la ville était honorifique
Et tout aussi sacrée la tâche politique…
Peut-être est-ce là la condition ultime
Pour rendre à ce « métier » un aspect légitime…

Donc 2008 finit par une jolie crise
Et nous, les petits Belges, on est bien dans la mouise !

Que vous souhaiter donc, à vous tous, mes amis
Sinon qu’à tout jamais ces gens soient démis,
Reniés et bannis et qu’enfin, sur leurs cendres,
Et donc sur ce fumier, il faudrait qu’on engendre
Quelqu’un qui apprendrait, supposons « sur le tas »,
Quelqu’un qui deviendrait un vrai homme d’état !

Et qui s’inspirerait d’un Churchill, d’un De Gaulle
Même du petit Spaak aux si fortes épaules
Pour enfin redonner à la pauvre Belgique
L’image d’un pays et non d’une boutique.

Oui je sais que je rêve : y a plus de nation !
Aujourd’hui ne subsistent que de noires factions
Qui revendent trésors et s’endettent à l ‘envi
Pour combler quelques uns toujours inassouvis…

Remettons donc Machtens sous housse naphtaline
Et enfermons ces cons au fond d’une cantine
Où l’on ne servirait que du pain et de l’eau,
Qu’on les oblige enfin, ces tristes rigolos,
A y rester cloîtrés jusqu’à la fumée blanche !
S’ils ne trouvent d’accord que l’on bloque la clenche
Et qu’on les y oublie pour les deux réveillons !

Je gage, mes amis, qu’à cette condition
Nous nous réveillerions très vite gouvernés
Et qu’ils n’attendraient pas cette nouvelle année
Pour enfin dialoguer, s’entendre ET s’écouter !

Allez je crains vraiment d’en avoir rajouté
Et d’avoir un peu fort expectoré ma bile…
Mais cette fin d’année est vraiment trop débile.

Et j’adresse avec joie à tous ces malandrins
La puissance guerrière de mes alexandrins.

Bonne année à vous tous, hommes et femmes de bien,
Ne devenez jamais… des politiciens…





Dodane (alias Daniel D’hondt)

Écrit par : Daniel D'hondt | 28/12/2008

billiger mietwagen mallorca und autovermietung mallorca

Autovermietungen auf Mallorca

Écrit par : Mietwagen Mallorca | 28/07/2010

Les commentaires sont fermés.