Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

15/10/2008

Budget, parce qu'il le faut bien !

Édito

Mis en ligne le 15/10/2008

Par Michel Konen

Les doutes que l'on pouvait avoir sur le sérieux du budget présenté hier à la Chambre sont largement confirmés : le gouvernement nous vend du vent.

Au terme d'un discours soporifique, Yves Leterme, qui a multiplié les expressions du genre "les temps sont durs" et appelé à la rescousse "la crise financière et bancaire sans précédent", et même le "terrorisme international" qui menace, a conclu qu'en "bon père de famille" il présentait un budget en équilibre. Ah, si seulement c'était vrai !

Disons que la présentation faite par le Premier ministre d'un équilibre budgétaire souffre d'une vision platonicienne des choses : il a un caractère purement idéal, théorique, sans effet concret. Il a la couleur d'un budget en équilibre, le goût d'un budget en équilibre, mais n'est pas un budget en équilibre !

A dire vrai, dès potron-minet, sur les antennes de la RTBF, Sabine Laruelle, ministre des PME chargée de porter la bonne parole à l'issue d'une nuit blanche, psalmodiait d'une voix lasse, comme on le lui avait sans doute recommandé, que le budget était en équilibre. Puis, dans la foulée, d'un ton beaucoup plus convaincant, énumérait toutes les raisons pour lesquelles cet équilibre ne serait pas respecté. Quant à Melchior Wathelet Jr, secrétaire d'Etat au Budget, il était lui aussi résigné au micro de la radio, avouant que si le chiffre de 1,2 pc de croissance avait été retenu c'était parce qu'il fallait bien en retenir un à un moment donné. Même si l'on savait d'ores et déjà que le chiffre était largement surévalué.

Quant au président du Parti socialiste, Elio Di Rupo, il avouait sans détours qu'il avait fallu, pas moins, "éviter une crise politique".

C'est peu de chose que relever que l'enthousiasme n'est pas au rendez-vous. Et que ce budget n'est, dans le fond, que le fruit de la nécessité. Un budget parce qu'il le faut bien ! Politiquement impossible d'ajouter à la crise financière une crise politique ouverte qui, en Belgique, est sous-jacente depuis seize mois.

2008, déjà, sera en déficit. Il en ira de même pour 2009. Personne ne croit un instant que le contrôle budgétaire, qui coïncidera avec le début de la campagne électorale pour les européennes et les régionales, sera sérieux.

Le gouvernement se félicite aujourd'hui d'être, parmi les pays européens, l'un des seuls à présenter un budget en équilibre. Peut-être est-il aussi l'un des seuls à prendre ses rêves pour des réalités.

12:54 Publié dans Belgique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : politique, budget, leterme

Les commentaires sont fermés.