Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Envoyer ce Blog à un ami | Avertir le modérateur

14/09/2008

La bouteille à moitié vide, à moitié pleine

EDITORIAL

Mis en ligne le 13/09/2008

Par Michel Konen

Deux événements se sont produits hier. Ils vont alimenter la réflexion du gouvernement Leterme au cours des prochaines semaines.

Le premier : la réunion, à Nice, des grands argentiers européens. Le second : la publication par le Bureau du plan de ses prévisions économiques. Ça tombe bien, c'est précisément le budget qui est la priorité du moment.

A Nice et à Bruxelles, un même constat : il n'y a pas de récession à l'horizon, en tout cas pas de récession durable. D'autre part, l'emballement des prix de ce dernier semestre est derrière nous : l'inflation devrait repasser sous les 3 pc en 2009.

Ça, c'est la bouteille à moitié pleine.

Pour la bouteille à moitié vide, on épinglera que s'il n' y a pas de récession, on est néanmoins passé tout près tant la croissance a ralenti. Résultat, une détérioration probable de l'emploi en 2008 et plus encore en 2009. La poussée de fièvre des prix est derrière nous. Mais elle laissera des traces. Celles-ci notamment : pouvoir d'achat en baisse, donc consommation moindre et donc rentrées fiscales moins bonnes que prévues ; coûts salariaux en hausse et donc compétitivité dégradée. Et Didier Reynders de fixer l'enjeu alors que la négociation interprofessionnelle va démarrer : "Il va falloir se poser la question du coût du travail et des charges qui pèsent sur lui." Le ministre des Finances prévoit d'ailleurs que le gouvernement se devra d'accompagner les discussions entre partenaires sociaux par des mesures visant à réduire les charges pesant sur le travail. Bien vu si l'on veut en effet que ces discussions se muent en négociations plutôt qu'en confrontations.

Reste pour le gouvernement à trouver l'équilibre entre les recettes et les dépenses car il est évident que la seule voie à suivre est celle de la plus grande orthodoxie budgétaire. Un secteur dans lequel ce gouvernement ne s'est pas spécialement illustré jusqu'ici.

Les ministres concernés jouent la sérénité. "Notre plan tient la route, disent-ils. Tout est sous contrôle et en particulier les dépenses de l'Etat."

Côté recettes, il y a pourtant comme un problème. On voudrait croire que Leterme Ier fera ce qu'il faut, comme il faut pour que l'équilibre soit atteint. Mais l'ouverture de la campagne électorale est plus propice au slogan "on rase gratis" qu'au courage politique.

11:52 Publié dans Belgique | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : Politique, budget

Commentaires

Après tous les problèmes communautaires, Leterme fait maintenant de son mieux pour être un vrai premier ministre fédéral. Son rôle principale dans cette fonction, c'est de faire croire que l'état fédéral est encore vivable. Le gouvernement trouvera d'après lui les cinq milliard d'euros pour éviter un déficit en 2009. Vu le fait qu'il a fallu déjà mendier aux régions pour simuler un budget en équilibre en 2008, cela n'est pas très crédible. Pourquoi est-ce que ce gouverment pourrait réaliser des budgets en équilibre en temps difficiles, si les deux gouvernements précédents – en temps prospères- ont pu évitér des déficits seulement par des astuces de comptabilité ?
Avec le financement actuel de l'état fédéral et des régions, il n'est plus possible d'éviter des déficits fédérales. Pour restaurer les équilibres, il faut réviser les systèmes de financement, c'est-à-dire, une restructuration d'état. Je suis sûr que Leterme le sait, mais comme il doit jouer le rôle de premier fédéral, il lui est interdit de le dire, parce que cela donnerait une autre confrontation avec les partis francophones, qui font de leur mieux pour reporter les discussions fondamentales sur le financement.
On verra fin 2009 si le gouvernement fédéral peurra réaliser effectivement un budget en équilibre, sans reporter les coûts aux années suivantes, comme les gouvernements libéraux-socialistes, et sans augmenter les taxes. J'ai de fortes doutes que ce sera probable. 2009 va prouver que la restructuration d'état est inévitable. Un sérieux déficit aura au moins comme avantage que les partis francophones se réaliseront finalement que les discussions communautaires parallèles doivent absolumment mener à des résultats concrèts. Des gestes symboliques, comme les 91 millions d'euro que le gouvernement Wallon ne dépendrait pas en 2008, ne suffiront plus.

Écrit par : Karel | 16/09/2008

la crise pas pour tous le monde quand on voit les gens partis en vacances mais sont les premiers a pleures sur les hauses de prix immatriquulation des voitures neuves plus9 pour cent et l etat qui depense plus vite qu elle recoitcommme voulez vous etre sain dans les finances quand on voit les primes et cadeaux on donne aux proprietaires prime isolation prime renova tion prime pour les panneaux solaires etc etc bientot il aura prime pour une piscine

Écrit par : gain | 25/09/2008

Les commentaires sont fermés.