Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

19/06/2008

La peur est un ciment puissant

Édito

La libre Belgique 

Par Michel Konen

La chose est désormais quasi certaine : Leterme Ier, proche jusqu'il y a peu encore de l'état végétatif, est quasiment assuré de sortir de la catégorie des "passera pas l'été". Mais, s'il y a un mieux, une rechute reste, évidemment, toujours possible.

Le mal dont souffre le malade est en effet très complexe. Et les spécialistes en maux politiques ne donnaient pas cher de la peau de l'alité. Il est vrai que tous les membres de ce grand corps malade étaient touchés par ce mal mystérieux.

Les chefs de parti rassemblés au chevet de ce gouvernement protéiforme étaient perplexes et se perdaient en conjectures sur le traitement à administrer.

Le "bon docteur" Bart De Wever, diplômé de l'académie de la NV-A, très portée sur les solutions radicales, était d'avis qu'au-delà de la date du 15 juillet, il faudrait cesser l'assistance médicale faute de quoi cela passerait pour de l'acharnement thérapeutique. Son diagnostic, partagé par une partie du personnel soignant du CD & V était simple : seule une forte saignée de type linguistico-communautaire, assortie d'une ablation chirurgicale du BHV et d'une cautérisation profonde des mélanomes appelés bourgmestres de la périphérie - il en avait découvert trois très mal placés - donnaient une chance de survie à Leterme Ier.

Tous les autres, au contraire, pensaient que, certes, le système linguistico-communautaire était atteint, mais qu'il devait être possible de traiter le mal sans amputer le patient. Ils considéraient même que l'état de Leterme Ier pourrait rapidement s'améliorer si une bonne dose de socio-économique lui était administrée. La posologie serait particulièrement délicate à établir car les marges de manoeuvre étaient étroites. Il fallait être certain que les remèdes tiendraient leurs promesses faute de quoi l'étrange maladie risquait de provoquer une épidémie et de mettre à mal l'ensemble de la population. Certains craignaient d'ailleurs que le mal se soit déjà répandu : ne voyait-on pas de plus en plus souvent des citoyens manifester dans les rues pour se procurer un remède connu sous le nom de "pouvoir d'achat" ?

Aujourd'hui, plus personne n'a envie de pratiquer une euthanasie sur Leterme Ier. Le remède risque d'être pire que le mal. Le virus du radicalisme flotte dans l'air, au sud comme au nord. On devrait alors faire face à une pandémie. Et cela effraye. La peur est un ciment puissant même si souvent elle empêche de poser les actes nécessaires.

Commentaires

Blabla. Dommage !

Écrit par : Bel Gicle | 19/06/2008

ce n'est pas Leterme qu'il faut euthanasier, c'est l'Etat Belge. C'est triste, je n'ai jamais cur que je dirais un jour cela mais nous devons être lucide...

De régionaliste, les flamands devinrent fédéralistes... de fédéralistes, ils deviennent confédéralistes... ce pour une seule raison, ne garder que ce qui les intéresse et leur rapporte, 'est à dire le nom (la marque) Belgique et Bruxelles.

En sommes, la séparation, oui, mais pas trop quand même. Alors, moi j'en pense, la séparation oui, et jusqu'au bout, assumer donc vos idées.
Et cesser de dire que vous ne voulez pas la fin de la Belgique, on le sait... vous voulez juste votre etat (avec un petit "e") et les avantages de l'Etat Belge. Alors non.

Bien sur, vous aurez beau jeu de dire que nous, francophones, sommes anti-démocratique ca rnous refusons à 60% de la population ce qu'elle "désire" (enfin, ce que des politiciens démago rêvent).

Et nous, nous pourrons toujours hurler que nous ne pouvons accepeter, nous minorité opprimée, les dictats flamands.

Et oui... nous en sommes là... vous avez raison, vous êtes majoritaire. Mais aujourd'hui, ils ne vous suffit plus de nous demander "négocation", vous voulez aussi en imposer les clauses et les résultats.

Vu la situation, qu'on en finisse une fois pour toute. Et tout ce que j'espère après, c'est un rattachement à un pays qui enverra nos incapables gouvernants wallons à la retraite.

Écrit par : Chaos Theory | 19/06/2008

Les commentaires sont fermés.