Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Envoyer ce Blog à un ami | Avertir le modérateur

13/06/2008

Overijse, le regard de l'étranger

EDITORIAL

Ciel Radio

par Michel Konen

 

 

Lamentable ! Le bourgmestre d’Overijse vient de progresser de plusieurs échelons sur l’échelle des âneries qui animent la vie politique de notre pays.

 

Il vient de créer, ni plus ni moins un centre de délation linguistique. Il s’agit de permettre aux excités linguistiques de sa commune de dénoncer les commerçants qui posent à leur devanture des affiches rédigées dans une langue autre que le néerlandais, entendez en français donc. Le commerçant fait alors l’objet de « pressions amicales »  de la part de la commune.

 

Cette fois, tout de même, les autorités, ont réagi, à commencer par Yves Leterme en personne qui a condamné ces pratiques, tout en comprenant le souhait des autorités communales de  préserver le statut linguistique de la commune. « L’utilisation d’un tel procédé n’est pas acceptable », a-t-il dit.

 

Même le ministre flamand de l’Intérieur Marino Keulen est sorti de sa réserve. Il rappelle dans une lettre au bourgmestre, que cette pratique est illégale, l’emploi des langues dans la vie privée n’étant pas règlementé en Belgique. Il ne pourra toutefois pas agir en tant qu’autorité de tutelle la décision prise n’ayant pas fait l’objet d’un vote par le conseil communal.

 

L’affaire vaudrait à peine qu’on s’y arrête si le ministre Keulen ne s’était inquiété de l'impact d'une telle initiative à l'étranger où l'image de la Flandre s'est, selon lui, dégradée. Ce genre d'appel risque de « nourrir les caricatures. C'est le genre d'action que l'on paie cher à l'étranger », a souligné M. Keulen.

 

Le manque de tolérance d’une certains en Flandre qui se ferme peu à peu à la diversité et à la richesse culturelle commence à faire régulièrement l’objet de reportages critiques dans la grande presse internationale. C’est sans doute cela qui dérange le plus les leaders flamands : le regard médusé de l’étranger sur ce petit coin de terre devenu intolérant.

 

 

Commentaires

Ce n'est qu'un début ...

Mark Demeesmaeker (NVA) vient de réagir en disant qu'il ne trouvait rien d'anormal et que la province du brabant flamand agissait aussi dans ce sens.

La condamnation de Yves Leterme et de Marino Keulen est un peu faible. Ca reste très diplomatique. On condamne mais on ne sanctionne pas ... Doit-on encore accepter dans un parti dit démocratique d'avoir un élu qui pratique la délation ? Apparemment oui. Dans un autre pays, on l'aurait exclu de son parti.

Au fait, les règlements d'autre communes concernant des panneaux publicitaires de commerçants dans des marchés ou des entreprises de construction ont-ils été suspendus ? Non ... Ce qui a juste choqué Keulen ici c'est pas le règlement c'est la délation.

Écrit par : Guillaume | 13/06/2008

La forme d'une Svastika qui se dessine sur un tissus vichy, des bruits de bottes qui claquent et de longs imperméables en cuir noir... Des messieurs à la mine patibulaire qui font irruption dans l'échoppe, détruisent l'étalage et écrivent "Francophone" en néerlandais, à la peinture jaune, sur la vitrine.

Voilà l'image qui me vient à l'esprit.

J'ai déjà prévenu mes enfants : lorsqu'ils verront qu'on commence à brûler les livres (en français) ils sauront qu'il faut tout abandonner et partir.

Écrit par : Philippe Hanchir | 13/06/2008

Pour préparer les Etats-Généraux de Wallonie

écrit (Forum La Libre Begique) par Jules Gheude le 12/06

Chaque jour apporte un nouvel élément attestant de la la dégradation manifeste des relations entre Flamands et francophones.
Tous les commentateurs expriment leur pessimisme quant à la possibilité d'aboutir à un accord institutionnel pour le 15 juillet.
Des élections anticipées ne feraient qu'entraîner la radicalisation des esprits au Nord.
Dans la mesure où l'arrêt de la Cour constitutionnelle exige qu'un règlement préalable intervienne au sujet de Bruxelles-Hal-Vilvorde, il est même permis d'envisager un boycott flamand de ces élections.
Dans ce contexte, la tenue d'Etats-Généraux de Wallonie trouve plus que jamais sa justification.
C'est dans cet but qu'une réunion se tiendra le vendredi 20 juin, de 19h00 à 22h30, à la Salle académique de l'Université de Liège, Place du XX Août.
Il sera notamment procédé, à cette occasion, à la constitution d'un comité chargé des diverses tâches organisationnelles que requiert un tel événement.
L'initiative, il convient de le rappeler, concerne l'ensemble des forces vives de la Région, abstraction faite des sensibilités politiques et idéologiques.
L'objectif est d'opter pour un schéma d'avenir dans la perspective, de plus en plus probable, d'un démantèlement à court terme de l'Etat belge.
Le choix devra se porter sur l'une des options suivantes, et ce au départ de dossiers soigneuesement préparés : 1° un Etat wallon indépendant; 2° un Etat Wallonie-Bruxelles; 3° la réunion à la France: 4° la réunion à une autre composante européenne que la France.
La réunion du 20 juin est donc ouverte à quiconque se sent concerné.

-----

Cher Jules Gheude,
Je vous félicite pour votre initiative qui j'espère rencontrera l'adhésion des Wallons.
Je partage votre opinion que la Belgique va disparaitre et qu'il faut dès maintenant penser exclusivement dans cette perspective.
Etant Bruxellois, je ne veux pas interférer sur l'option qui aura votre préférence.
J'aimerai néanmoins vous demandez qu'au moment (ou juste après) de vous décider pour vous mêmes (Wallons) vous vous efforciez aussi de déterminer le type de lien que vous envisagez avec Bruxelles.
Etant né en Wallonie, j'espère que des liens forts (quels qu'ils soient) pourront être maintenus entre Wallons et Bruxellois.
Pour l'heure, l'essentiel est que vous vous décidiez d'abord entre-vous et je vous réitère mes voeux de réussite.
François Giga
francoisgiga@yahoo.fr

Écrit par : François Giga | 13/06/2008

Avis !!! Dorénavant toute personne ne parlant pas bien le flamand circulant en région flamande doit, "pour sont bien", porter soit : un écusson en forme de coq jaune s'il est wallon, soit un rond jaune portant en sont centre le drapeau de son pays et doit posséder un document avec l'adresse à laquelle on peu l'expulser sans sommation si il ne semble pas intégrable sur le sol flamand.
Avis 2 !!! Dorénavant son seul autorisé dans les bus "De Lijn" les personne pouvant faire preuve d'une connaissance suffisante du flamand, toujours pour des raisons de sécurité. Plus généralement toutes personnes portant un écusson jaune ne peu, en Flandre : prendre le bus, allez à la piscine, se rendre dans une administration (sauf les prisons et autres centre fermés), parler une autre langue que le NL dans la rue et tous lieux publics, ouvrir un compte, travailler dans une entreprise flamande.
Avis 3 !!! En cas de trouble de l'ordre, toute personnes n'étant pas en état de parler flamand peut être emenée en centre fermé pour soit leur imposer un apprentissage du NL, soit les expulser.
Avis 4 !!! Un numéro vert est à la disposition des bon flamands qui souhaitent aider la justice et l'ordre en signalant les personnes ne respectant pas les consignes reprises ci dessus. Une prime de 100€ sera remise par informations utiles.
Ces avis ne sont pris que dans le soucis et l'intérêt de tous. Vive la Flandre, vive la démocrassie !

Écrit par : sprotch | 13/06/2008

cette discrimination est loin d'être nouvelle et existait officieusement depuis pasmal de temps.
une grande surface alimentaire d'Overijse,, enseigne bien connue, ayant une rayon "boucherie frais"
a du "discrètement retirer, il y a plus de 2 ans, ses formulaires
de commandes de frais en français, sous pression de la commune;
bien rangés au fond d'un tiroir, ils sont toutefois disponibles sur demande.

Écrit par : alex | 13/06/2008

dans la même commune d'overijse, j'étais au ******* (enseigne de restauration rapide) quand des malades du TAK ont débarqué il y a environ dix maintenant.

Sous la menace (on va tout casser, c'est une menace non? On va vous faire fermer aussi non?) tous les menus et autres indications en français ont du être retirées...

Bienvenue dans le national socialisme flamand.
La flandre n'est pas malade des étrangers et non néérandophones qui y vivent, elle est malade d'elle-même.
Je propose l'euthanasie. Le rattachement des communes à majorité francophone et ensuite, qu'ils fassent ce qu'ils veulent chez eux... l'ONU se déploiera na!

Écrit par : Eigen Volk Barst | 13/06/2008

Si la flandre se rattachait à aux Pays Bas, en tout qu'à c'est ce qu'espèrerait Vivement que une certaine partie de la population ces 'jeunes' qui ne devraient plus faire de la route pour aller s'acheter une barette ou même ces touristes en mal de sensation stupéfiantes! Et oui on verrait alors fleurir des cofeeshops dans notre 'Vlaams Brabant'.

imaginez-vous indiquer le chemin à un japonais grand place:" cofeeshop? Very easy! you have to go to de quatre bras carrefour, and after de tunnel, you take de second a droite to Overijse, and you will find de cofeeshop. Warning! it is written in flamish:
"kofie winkel

Écrit par : politiekaerd | 13/06/2008

Pour une vraie réforme de la Belgique
Faute d'argent l'état ne doit plus s'occuper que de l'essentiel.
Excellent. Nous allons enfin pouvoir réfléchir sérieusement sur notre politique d'enseignement. Assurons le financement des écoles primaires et de l'enseignement secondaire inférieur (obligation scolaire jusque 15 ans). Pour l'enseignement secondaire supérieur et universitaire, laissons les parents payés ces études à leurs frais dans des écoles privées. Les pauvres recevront des bourses données généreusement par des entreprises. Ils faut arrêter de payer un enseignement dont une population importante n'y trouve rien d'intéressant à faire. Les jeunes qui ne s'intéressent pas aux études seront orientés vers des contrats d'apprentissage et pris en charge par les entreprises. Voyons la réduction de moyens comme un super moment de réfléchir enfin sérieusement à notre enseignement.
En effet, aujourd'hui les ouvriers payent des impôts pour l'enseignement secondaire supérieur et pour l'université. Et pourtant à peine 3% des fils d'ouvriers accèdent à ce type d'enseignement. En somme, ces ouvriers paient pour les futurs patrons de leurs enfants. Comique non !
Sans compter que la communauté doit payer les études aux très nombreux européens qui viennent en Belgique et aussi d'autres venant d'Afrique, d'Asie, .... Après leurs études tous ces jeunes (dont aussi des belges fils de riches) quittent le pays sans rembourser les études que les ouvriers belges leurs ont payés. Ces ouvriers (40% des travailleurs de Belgique) sont de vrais comiques. On les couillonne comme on veut !
Laissons l'état ne s'occuper que des pensions et de l'assurance maladie. Le reste peut être supprimé. Plus d'allocations familiales, plus de chômage, plus de subventions aux écoles secondaires supérieures et universitaires. Les familles qui veulent des enfants n'ont qu'en avoir les moyens. Les autres n'ont qu'à mettre des préservatifs. Les chômeurs n'ont qu'à travailler. Allez vite régionalisons enfin notre état et profitons en pour le moderniser et se débarrasser des frais inutiles.

Écrit par : Bel Gicle | 15/06/2008

Pour une vraie réforme de la Belgique
Faute d'argent l'état ne doit plus s'occuper que de l'essentiel.
Excellent. Nous allons enfin pouvoir réfléchir sérieusement sur notre politique d'enseignement. Assurons le financement des écoles primaires et de l'enseignement secondaire inférieur (obligation scolaire jusque 15 ans). Pour l'enseignement secondaire supérieur et universitaire, laissons les parents payés ces études à leurs frais dans des écoles privées. Les pauvres recevront des bourses données généreusement par des entreprises. Ils faut arrêter de payer un enseignement dont une population importante n'y trouve rien d'intéressant à faire. Les jeunes qui ne s'intéressent pas aux études seront orientés vers des contrats d'apprentissage et pris en charge par les entreprises. Voyons la réduction de moyens comme un super moment de réfléchir enfin sérieusement à notre enseignement.
En effet, aujourd'hui les ouvriers payent des impôts pour l'enseignement secondaire supérieur et pour l'université. Et pourtant à peine 3% des fils d'ouvriers accèdent à ce type d'enseignement. En somme, ces ouvriers paient pour les futurs patrons de leurs enfants. Comique non !
Sans compter que la communauté doit payer les études aux très nombreux européens qui viennent en Belgique et aussi d'autres venant d'Afrique, d'Asie, .... Après leurs études tous ces jeunes (dont aussi des belges fils de riches) quittent le pays sans rembourser les études que les ouvriers belges leurs ont payés. Ces ouvriers (40% des travailleurs de Belgique) sont de vrais comiques. On les couillonne comme on veut !
Laissons l'état ne s'occuper que des pensions et de l'assurance maladie. Le reste peut être supprimé. Plus d'allocations familiales, plus de chômage, plus de subventions aux écoles secondaires supérieures et universitaires. Les familles qui veulent des enfants n'ont qu'en avoir les moyens. Les autres n'ont qu'à mettre des préservatifs. Les chômeurs n'ont qu'à travailler. Allez vite régionalisons enfin notre état et profitons en pour le moderniser et se débarrasser des frais inutiles.

Écrit par : Bel Gicle | 15/06/2008

Il est clair que l'usage des langues dans la vie privée doit rester libre. L'objectif du bourgmestre d'Overijse est parfaitement correct (freiner la francophonisation d'une commune Flamande), mais le moyen ne l'est pas. Néanmoins, ce bourgmestre est beaucoup moins extrémist que les milliers de francophones qui viennent vivre en Flandre avec l'intention délibérée de parler néerlandais seulement quand il n'y a pas d'alternative, et de se comporter donc comme des colonialistes sans respect pour la culture de la population originaire.
Comparés à ces francophones du type FDF, le bourgmestre d'Overijse est un enfant de choeur.

Écrit par : K. Lemmens | 19/06/2008

Heuuu la "francophonisation"?
j'ai presque envie d'être vulgaire tellement c'est mensonger... il ne s'agit même plus de l'olievlek... il s'agit d'envoyer, entre autre, des lettres à des société qui à côté du "Te Koop" ont le malheur de mettre "For Sale".

Quand je pense que sur une journée je switche sur quatre langues en permanence, je me dis que la Flandre est en train de tristement s'appauvrir.

Dites monsieur Lemmens, j'ai noté que le Prince Albert de Monaco est passé à Ostende cette semaine...
-Kris Peeters était présent : lui a-t-il parler en Flamand exclusivement?
-Joelle Milquet a-t-elle du obtenir un Visa de mère flandre pour être présente?

Alors vos rengaines colonialistes, conserver les pour vous sinon je hurle au fascisme d'esprits primaires, crétins, et foncièrement limités.

Parfait... vivez en autarcie, mettez des amendes aux touristes de Brugges qui ne parlent pas votre langue, n'envoyez vos exportations qu'avec des modes d'emploi en Flamands.

C'est serait risible si ce n'était aussi con.votre bourguemstre pas extrémiste... faite mois rire, il doit tendre le bras bien droit tout les matins... un enfant de coeur.. je crois rêver... que vous êtes bête et aveugle. Au moins autant que les Allemands en 36.

Écrit par : Eigen Volk Barts! | 19/06/2008

Les francophones devraient comprendre que le déménagement de milliers de familles francophones Bruxelloises vers la Flandre n'est pas un acte aussi paisible, si elles n'ont pas l'intention de parler néerlandais dans la vie publique. Cela a finalement le même effect qu'une invasion militaire. On pourrait faire la comparaison avec Jerusalem-Est. Cette partie de Jerusalem est Palestinien, pendant que la partie Ouest de la ville est Juive. On observe maintenant que le les habitants Juifs achètent de plus en plus de maisons dans Jerusalem-Est. Ils colonisent donc lentement Jerusalem-Est, et finalement, cette partie sera aussi Juive. Le gouvernement Israelien pourrait utiliser aussi l'armée pour atteindre le même but, mais cela aurait beaucoup de désavantages. L'annexation discrète et 'paisible' est beaucoup plus efficace. Mais il est clair qu'il s'agit d'une agression. C'est la même chose pour la colonisation de communes Flamandes par des francophones Bruxellois. Je ne dis pas que c'est un plan organisé, mais l'effet est le même.

Les francophones qui viennent en Flandre de temps en temps savent d'ailleurs qu'il y a une bonnne chance que les Flamands essaient de parler français avec eux s'ils voient que le francophone ne parle pas bien néerlandais.
Les Flamands qui visitent Bruxelles ou la Wallonie de temps en temps savent que la chance que les francophones indigènes essaient de parler néerlandais est très petite.

Dans des circonstances normales, les Flamands n'ont pas du tout des problèmes avec l'utilisation de langues étrangères. Au contraire, ils veulent montrer à tout le monde qu'ils sont des meilleurs polyglottes du monde. (moi-même, je parle français et anglais la moitié du jour; en Allemagne, je parle allemand). C'est seulement quand il sent que l'autre parti veut imposer sa langue, que les Flamands révoltent, comme tout le monde qui se respecte.

Écrit par : K. Lemmens | 19/06/2008

Les commentaires sont fermés.