Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Envoyer ce Blog à un ami | Avertir le modérateur

21/05/2008

Des problèmes qui intéressent les gens

EDITORIAL

Ciel Radio

par Michel Konen

 

 

Yves Leterme prépare donc, dans une ambiance toujours aussi exécrable, son super-conseil des ministres. Au cours de celui-ci, vendredi, nos éminences vont donc, c’est promis juré, s’occuper de ce qui intéresse les gens. Il est plus que temps en effet.

 

Mais la dernière prévision du bureau du Plan fait figure de douche froide et va peut-être sortir, enfin, ce gouvernement de sa torpeur.

 

Ce qui tient lieu de budget  prévoit un difficile équilibre. C’est raté : comme prévu, la croissance ralentit et, donc, les recettes de l’Etat augmentent moins que prévu et les dépenses, elles s’envolent. Résultat, selon le Plan, un déficit sera au rendez-vous en lieu et place de l’équilibre mollement espéré.

 

La marge de manœuvre prévue était étriquée. Aujourd’hui elle est nulle. Et comme une mauvaise nouvelle ne vient jamais seule voici que le baril de pétrole poursuit son envolée, il va franchir le cap des 130 $. Et pour couronner le tout, voilà qu’après les entreprises qui avaient déjà manifesté leur vague à l’âme dans le dernier baromètre de la Banque nationale, c’est au tour des consommateurs de manifester leur perte de confiance. Les ménages belges considèrent que les perspectives relatives à la situation économique générale et à l’évolution du chômage se sont considérablement détériorées.

 

Yves Leterme, pendant ce temps, joue à l’homme tranquille : nous prendrons, dit-il, les bonnes décisions au bon moment après avoir étudié la nature des problèmes. C’est-à-dire le 15 juillet.

 

On a déjà vu ce que cela donnait  sur le plan institutionnel : du néant. Il ne faudrait pas que la méthode d’examen des problèmes qui intéressent les gens ne conduise à créer de vrais problèmes aux gens. Gros paquet fiscal pour les uns ou gros paquet social pour les autres ne seront peut-être que des chimères.

 

Le pouvoir d’achat de la population continue à se dégrader à un rythme soutenu. La grève générale à la S NC B a sonné comme une alarme.

 

 

Commentaires

Le futur économique de la Belgique est beaucoup plus noir que celui d'autres pays comparables, parce que les gouvernements Verhofstadt n'ont pas pris les mesures nécessaires pour se préparer aux temps difficiles. If faut un gouvernement fédéral fort pour cela, et en Belgique, c'est impossible. Chaque gouvernement est paralysé par les positions opposées entre Flamands et francophones. La structure fédérale ne permet pas de gouvernement efficace. Bien qu'il y aura sans doute aussi de l'opposition en Flandre, les mesures durs nécessaires seront bloqués d'abord par les francophones, parce qu'ils savent que les conséquences d'une diminution des dépenses de l'état fédérale seront plus dures pour eux.
La situation est quand-même clair: ou bien on choisit pour la douleur courte, et on met fin à tous les mécanismes qui stimulent le goût de la facilité et qui freinent le goût du travail, ou bien on continue à sombrer dans une situation qui s'aggrave de jour en jour.

Écrit par : K. Lemmens | 21/05/2008

Les commentaires sont fermés.