Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Envoyer ce Blog à un ami | Avertir le modérateur

09/05/2008

La très grande faute d’Yves Leterme

Edito

Par Michel Konen

La Libre Belgique

 

La scène avait quelque chose de pathétique. Le Premier ministre, à la tribune de la Chambre, avait l’air étrangement absent. Yves Leterme lisait son texte comme s’il n’en était pas vraiment l’auteur.

Et c’est sans doute le cas. Chaque mot de sa déclaration a été pesé en comité ministériel restreint. Elle dit : “En ce qui concerne les lignes de force de la réforme des institutions, en particulier le travail relatif à l’élaboration d’une solution négociée au dossier de BHV, et, en ce qui concerne les lignes de force de la politique socio-économique, le gouvernement s’engage à nouveau, comme il a été convenu, à faire une déclaration sur l’ensemble de ces sujets le 15 juillet”.

Pas d’envolée, pas d’appel à sa majorité. Rien qu’un texte qui est un terrible aveu d’impuissance. Les francophones ne peuvent s’opposer, numériquement, au passage en force des parlementaires flamands sur le dossier BHV. Ils mettront donc en œuvre les ressources de la procédure parlementaire pour renvoyer l’examen de la proposition de loi scindant BHV à plus tard.

Par contre les Flamands peuvent faire leur deuil de la date du 15 juillet. Le gouvernement se contentera d’une déclaration sur la réforme de l’état – y compris BHV – ainsi que sur la politique économique et sociale. Ils voulaient tout tout de suite. Ils devront attendre. Et le gouvernement gouvernera à minima, avec son budget étriqué et ses ambitions modestes.

Reste à voir si, dans ces conditions, ce gouvernement a encore des espoirs de survie et s’il n’est pas utile, d’envisager rapidement un plan B. Yves Leterme doit se ressaisir, agir, initier des compromis, piloter sa majorité, abandonner cette mélancolie qui le conduit à l’immobilisme. S’il en est incapable, à quoi bon occuper encore le 16 de la rue de la Loi ?

La solution pour BHV passe nécessairement par la négociation. Aucun francophone ne pourra jamais accepter que Bruxelles soit enclavée dans un pays flamand aux frontières intangibles comme hier Berlin encerclé par l’Allemagne de l’Est. La scission pure et simple de BHV signifierait à terme – et un terme plus rapproché que certains le pensent – en tout cas la fin d’une Belgique fédérale, et peut-être même d’une Belgique confédérale. Leterme, par sa fonction, avait le devoir de tout mettre en œuvre pour éviter les affrontements qui s’annoncent. Il n’a rien fait. C’est sa très grande faute.

Commentaires

Il n'a rien fait ?

Il a fait ce qu'il voulait. C'est à dire rien.

Rien pour la Belgique qui n'est plus une valeur ajoutée pour la Flandre.
Rien contre son Cartel dont il est le leader incontesté et avec lequel il est en parfaite symbiose.
Rien qui puisse faire croire à son vrai peuple qu'il est illégitime de vouloir imposer sa volonté aux Francophones.
Rien qui permette d'empêcher son Cartel d'accuser les Francophones d'être la cause de la mauvaise gestion de la Belgique.

Il n'a rien fait ?
Il a tout fait !

Écrit par : François Giga | 09/05/2008

Il n’a rien fait. C’est sa très grande faute.
Il a tout fait. C'est sa très grande joie !

Écrit par : François Giga | 09/05/2008

Je ne peux que rejoindre l'édito et le commentaire de F. Giga.
Un notaire pour liquider la Belgique, voilà ce que nous a offert la Flandre.

Écrit par : horto | 09/05/2008

Les commentaires sont fermés.