Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Envoyer ce Blog à un ami | Avertir le modérateur

25/04/2008

Attendre et voir venir

Édito

La Libre Belgique 

Par Michel Konen

Nous sommes dans une position de vigilance positive !"

Les francophones, réunis hier à l'invitation de Didier Reynders ont, sans surprise, décidé d'attendre et de voir venir.

 

C'est avec une sérénité quelque peu affectée qu'ils ont accueilli la fin de la période de gel de l'explosif dossier de la scission de Bruxelles-Hal-Vilvorde. Certes, la procédure du conflit d'intérêt initiée par le Parlement de la Communauté française n'a pas permis de trouver une solution négociée. Pas plus que la réunion du Comité de concertation qui met face à face ministres régionaux et ministres fédéraux. Et il est vrai que dès le 30 avril, peut-être, dès le 8 mai sûrement, la proposition de loi adoptée à l'unanimité des voix flamandes en commission de l'Intérieur en novembre 2007 pourra reprendre son parcours parlementaire normal.

Les parlementaires flamands de l'opposition, Vlaams Belang en tête, réclament déjà qu'il en soit ainsi et bouillent d'impatience. C'est normal. Que certains parlementaires flamands de la majorité, ceux de la NV.A, évidemment, mais aussi du CD & V - parti du Premier ministre - trépignent eux aussi à l'idée de croiser à nouveau le fer communautaire est, en revanche, plus inquiétant.

Il suffirait aux francophones de relancer une procédure de conflit d'intérêt en activant le Parlement wallon pour gagner 120 jours. Leterme Ier peut-il dès lors dormir sur ses deux oreilles ? Que nenni !

A raison, les francophones ont décidé de tester la solidité de la coalition. Et la capacité d'Yves Leterme de faire respecter les accords. Car le Premier ministre ne pourra, cette fois, rester au balcon. En effet, Les présidents de partis francophones ont notamment rappelé que la recherche d'une solution négociée sur BHV d'ici mi-juillet faisait partie de l'accord sur le premier paquet de réformes institutionnelles.

Par conséquent l'inscription à l'agenda de la Chambre de l'examen de la proposition de loi scindant l'arrondissement de Bruxelles-Hal-Vilvorde serait un casus belli. "Toute tentative de passage en force de la proposition de loi flamande, ouvrirait non pas une crise politique mais une crise d'Etat", a prévenu Joëlle Milquet.

Yves Leterme, qui n'a rien proposé encore, ferait bien d'entendre ce sombre avertissement.

Les commentaires sont fermés.