Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Envoyer ce Blog à un ami | Avertir le modérateur

01/04/2008

Pourquoi parler de Fourniret ?

Édito

La Libre Belgique

Mis en ligne le 01/04/2008

Par Michel Konen

La question fait débat parmi les lecteurs et aussi dans les médias : la presse parle-t-elle trop, et mal du procès Fourniret ? Fallait-il consacrer à cette affaire un tel nombre de pages ? Fallait-il donner les détails des actes commis par ce couple diabolique ?

La Libre a choisi de couvrir et de commenter ce procès pas seulement parce qu'il sort de l'ordinaire mais parce que, croyons-nous, il relève de l'extraordinaire et parce qu'il pose, comme le procès Dutroux en son temps, de graves questions de société. Et qu'il est nécessaire dès lors, sans se complaire dans l'horreur et la perversité des crimes commis, de décrire les choses dans leur totalité. Pour que chacun se fasse son opinion.

Il y a d'abord, s'agissant d'Elisabeth Brichet, cette enquête qui s'étale sur des années et l'admirable volonté de sa maman, Marie-Noëlle Bouzet, de se battre sans répit pour connaître la vérité. Il y a bientôt 12 ans qu'avec les Russo et les Lejeune elle mobilisait l'opinion et faisait descendre dans la rue près de 300 000 Belges : c'était la marche blanche. Une marche qui interpellait toutes les institutions et servait de catharsis à une population entière. Et en particulier notre système judiciaire et policier.

Exemple, la libération conditionnelle. Fourniret, comme Dutroux d'ailleurs, a bénéficié, en France, d'une libération conditionnelle. Condamné pour viol, il a pu bénéficier de cette mesure. Et commettre la série de crimes que l'on sait. Aujourd'hui, les experts estiment que Fourniret n'est pas guérissable. Question : pourquoi, à l'époque, cette perversité n'a-t-elle pas été détectée ? Et si elle l'avait été, quelles mesures fallait-il prendre ? Cette question est aujourd'hui au coeur du débat judiciaire belge. Et elle dépasse, de beaucoup, le problème des peines incompressibles. Au-delà du cas Fourniret il y a l'utilité de la prison, l'application de mesures telles que la castration chimique.

Fourniret, c'est aussi une interpellation européenne. On sait que l'homme a pu se livrer à ses actes odieux, inhumains, parce que la communication des condamnations entre les pays européens n'est pas ce qu'elle devrait, ce qu'elle pourrait être. Depuis les choses se sont améliorées, heureusement. Mais on est encore loin du compte en matière de coopération judiciaire et policière.

C'est tout cela qui fait de Fourniret non pas un exemple, mais un cas exemplatif.

08:01 Publié dans Belgique | Lien permanent | Commentaires (9) | Tags : Justice, Fourniret

Commentaires

Assez d'hypocrisie... "poser les questions de société", on peut tout à fait le faire SANS parler de Fourniret, ni en faire les gros titres!
Si Fourniret est juste là à titre "d'exemple" ou plutôt d'illustration du débat, dans ce cas pourquoi en faire le titre principal.
Pourquoi pas plutôt un titre du style: "Le système judiciaire belge: qu'a changé la Marche Blanche?" - Analyse en profondeur du système et de ce qui a (ou pas) changé avec en "exemple" le cas Fourniret.
Ou alors: "Peut-on se fier aux tests psychologiques pour les libérations conditionnelles?" - idem (analyse et "exemple")
Ou encore: "Utilité/nécessité de la castration chimique?" - idem
Enfin: "Coordination policière: Problèmes de communication intra-européenne?" - idem.

On voit clairement dans les titres que je propose, que le but est bien de débattre des questions de société, avec accessoirement le cas Fourniret en "exemple"... Contrairement aux titres habituels de nos journaux où Fourniret et tout le contexte "émotionnel" (le courage de Marie par exemple...) sont mis en avant et les questions de société utilisées comme un prétexte donnant bonne conscience...

Signé Sk1ppy!;-)

Écrit par : Sk1ppy | 01/04/2008

C'est vrai « l'admirable volonté de sa maman, Marie-Noëlle Bouzet » comme vous dites est à souligner. Mais le courage, la discrétion, l'abnégation, la disponibilité de Monsieur Brichet est à ce point passé sous silence que si j'étais le papa d'Elizabeth, j'en trouverais cela insultant.

Les affaires de couples ne nous regardent pas mais, déjà, à l'enterrement de la petite Elizabeth, on aurait pu penser que la fillette n'avait qu'un seul parent tant le père fut tenu à l'écart.

Alors, oui, je le dis sans ambages - pour avoir eu l'un ou l'autre contacts avec Monsieur Francis Brichet - il est un homme admirable !

Charly Nyst - Animateur www.libertzone.org - Bruxelles

Écrit par : Charly Nyst | 01/04/2008

Absent la semaine dernière et coupé de télévision, j'ai lu, dès mon retour, les uns à la suite des autres les articles publiés par La Libre à propos du procès et je n'ai rien trouvé de scandaleux, même s'il me semble que RP s'est retenu à plusieurs reprises de publier des informations sordides. La Libre a balayé l'ensemble du spectre permettant à ses lecteurs de savoir l'essentiel.
Par contre j'évite absolument de regarder un journal télévisé où le souci d'informer passe après la recherche d'audience à tout prix.

Écrit par : vincent | 01/04/2008

J'ai recu ce mail non sollicité!!! Oui, il faut en parler, mais de là à organiser des jeux pour des sacs Hush Puppies et des cds de Francis Cabrel, NON MERCI!

Suivez le procès Fourniret en direct / Remportez des sacs Hush Puppies et des cds de Francis Cabrel‏
De : actu24 (actu24@messagent.vummail.be)
Vous ne connaissez peut-être pas l'expéditeur.Autoriser|Bloquer
Envoyé : vendredi 28 mars 2008 10:44:59
Répondre à : noreply
À : Maria

Newsletter du 28 mars 2008

Le procès Fourniret comme si vous y étiez

Deuxième jour du procès de Michel Fourniret et Monique Olivier ce vendredi. Notre envoyé spécial au palais de justice de Charleville-Mézières rend compte des événements de la journée en direct. Témoignages et émotion, découvrez l'ambiance qui règne dans la cour d'assises.
+ Notre blog en direct de Charleville-Mézières
+ Notre dossier Fourniret

Écrit par : Maria | 01/04/2008

Désolé pour La Libre! ce n'est pas la première fois - et probablement pas la dernière à la lecture du justificatif faiblard, alambiqué, confus et de mauvaise foi, de son rédacteur en chef - qu'elle cherche à accrocher le lecteur par une débauche d'articles "ridicules" (dixit le Juge Panier,un des meilleurs magistrats de la francophonie) sur des sujets à caractère sexuel. Fourniret n'est en fait qu'un prétexte pour ratisser large. Il ne manque plus que Bouffioux et notre remarquable procureur Verwilghen dans le comité de rédaction. Continuez, mais sans illusions: vous ne retrouverez pas les tirages d'antan.

Écrit par : BEI | 01/04/2008

Les chaines de télévision belges et la presse écrite sont folles. Ils jouent sur l'émotion, et c'est gagné.
--------------------------------------------------------------------------------

Beste groeten meilleures salutations!
Alfons Kuijpers
Rue du Vieux Chemin de Fer, 45
7170 Manage

Écrit par : Kuijpers | 01/04/2008

Et Laloux alors ???

Écrit par : fol de lui | 01/04/2008

La presse d'information est morte, elle s'est progressivement peopelisée... Le dernier canal permettant une information plurielle, libre et démocratique est internet et la magie des blogs et du droit au commentaire. Le pti soucis... Monsieur tout le monde ne s'y retrouve pas facilement, faut-être motivé. Monsieur Konen, je crains qu'avec cet article, vous ne convainquez que vous même... Nous ne sommes plus dupes... Et la génération à venir ce sera pire encore. Allez un point positif : votre journal est fondamentalement démocratique, permet la critique, avec vous monsieur tout le monde (motivé) peut créer l'info... Cette période est charnière, pour l'info vous êtes out, pour le coté visionnaire vous êtes en avance...C'est le principal.

Écrit par : Politicus | 01/04/2008

Je suis déçu de votre éditorial(1/4/08),monsieur Konen,vous ne semblez pas avoir lu les objections des lecteurs publiés dans l'édition di 1/4.Moi aussi en achetant LALIbre ,je me demandais si je ne devais pas m'en abstenir pendant qqs jours.(Quelles ideuses photos de ces deux criminels en couverture!)Vos arguments avancés sont ceux qu'on lit d'habitude pour jutifier un reportage de RTL ou dela DH.
De plus,vos arguments pourraient facilement appuyer les poussées populistes émotionnelles du"plus d'enfermements à vie,toujours des peines plus sévères"sans aucunes réflexions,ni études sans passion.
Avec mes salutations distinguées,
Yves

Écrit par : Yves Michel | 02/04/2008

Les commentaires sont fermés.