Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

13/03/2008

Le ton et la méthode Val Duchesse

EDITORIAL

Ciel Radio

par Michel KONEN

 

 

Nous voilà revenus aux plus beaux jours de l’orange bleue. Par le ton et par la méthode. Le trottoir de la Rue de La Loi a remplacé les grilles de Val Duchesse. Les sans doute futurs partenaires s’invectivent à qui mieux-mieux. Reynders est occupé à retailler un costume de Madame Non à Joëlle Milquet Et au passage à la repeindre en rouge écarlate ne manquant jamais de répéter que le CDH est désormais plus à gauche que le Parti socialiste. Le CDH traite les libéraux d’arrogants dézingueurs. Et ainsi de suite… A l’intérieur, on est sur l’air du « Quand c’est fini ça recommence ». Puisque les négociateurs s’étripent sur le volet socio-économique et en particulier sur le volet fiscal du programme, on parle d’autre chose. Yves Leterme met les sujets qui fâchent au frigo. Il espère pouvoir y revenir en fin de négociations quand d’autres accords auront été engrangés. On ne peut pas dire qu’à Val Duchesse la méthode avait porté ses fruits. Ou alors, on en vient à des propositions surréalistes : les libéraux proposent de ne pas entrer dans les détails. De se contenter de lignes de force que le gouvernement s’engagerait à suivre. Déjà que cette coalition n’accouchera que d’un programme riquiqui, on imagine ce que cela donnerait avec un texte vague à souhait que chacun interprètera à sa guise. Ce serait comme distribuer des armes lourdes à des belligérants. Une embellie pourtant dans le ciel de Leterme : il y aurait un début d’accord sur les vols de nuit à Zaventem. On dit bien un début d’accord. C’est peu mais par les temps qui courent il n’y a pas de petits profits pour Monsieur 800.000 voix. Et dans la coulisse, le leader social-chrétien négocie pour ramener son partenaire de la NV.A à de meilleurs sentiments en les réintégrant dans la majorité. Histoire de rééquilibrer cette majorité et de calmer les appétits ministériels de Reynders Il reste sept jours, tout juste, à Leterme pour arranger les bidons. C’est peu, très peu. Trop peu ?

 

Commentaires

La vérité que peu de francophones veulent regarder en face: la Belgique n'existe plus. Il reste seulement un pays virtuel, avec un gouvernement virtuel. Combien de temps va-t-on encore continuer ce cinéma ? Les francophones pensent-ils vraiment que cette Belgique faillite va leur garantir un avenir prospère ?

Écrit par : Karel Lemmens | 13/03/2008

entre un avenir "prospère" et un avenir au ban des nations, condamné par le conseil de l'europe, la commission européenne, diverses associations de droits de l'homme et même l'ONU aujourd'hui, vous avez définitivement raison. Il faut qu'on quitte au plus vite le navire fascisant flamand.

Je fais partie de ces convaincus qui pensent que la Flandre manipule les chiffres et qu'on pourrait très bien se débrouiller sans elle...

Écrit par : Chaos Theory | 14/03/2008

Les commentaires sont fermés.