Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

04/03/2008

Saga Sagawé : du populaire au populisme !

Édito

La Libre Belgique
par Michel Konen

Mais qu'est-il donc allé faire dans cette saga ? On sait que la télévision rend fou ceux qu'elle veut perdre. Le ministre André Antoine s'est livré, ce week-end, sur les antennes de la télévision privée, à une triste pantalonnade. Il vaut mieux que ça, ce qui rend d'autant plus sévère le regard porté sur sa prestation.

Les faits : un couple, les Sagawé, en 1992, construit, sans permis de bâtir, une maison pour ses vieux jours. Quinze années durant, de procédures judiciaires en menaces et en inactions ministérielles wallonnes, les Sagawé vont tenir bon dans leur maison illégale. 2004 : André Antoine, fringuant ministre wallon du logement, décide de faire de ce dossier l'exemple qui montrera que quelque chose a changé au pays du laisser-faire. La maison doit être détruite ? Elle le sera. Tout juste si le bouillant Brabançon ne veut pas descendre lui-même sur le terrain avec son marteau-piqueur. On va voir ce qu'on va voir, donc ! C'est tout vu.

Epilogue sur un plateau de télévision. Le marteau-piqueur regagne le magasin des accessoires inutiles. Les Sagawé pourront couler leurs vieux jours dans leur logis illégal. On démolira leur maison dès qu'ils auront cessé de vivre. Et au frais de la famille, s'il vous plaît. Si ça n'est pas de la bonne gestion... avec juste ce qu'il faut d'humain. Comme si André Antoine s'était souvenu, à la dernière minute, qu'il est un élu du CDH, un humaniste, quoi.

Cherchez l'erreur ! L'erreur, d'abord, c'est que cet accord entre Monsieur Sagawé et le Ministre Antoine a été négocié par un animateur de télévision. L'erreur, c'est qu'il a été signé dans les studios, sous le regard complaisant des caméras. L'erreur, c'est qu'il a donc fallu trois ans au Ministre Antoine pour se rendre compte des implications humaines de ce dossier. L'erreur, c'est que cet arrangement publicitaire donne un mauvais signal à la population quant aux respects des règles légales en Wallonie. L'erreur, c'est qu'après avoir plastronné des années durant sur la rigueur nécessaire dans la conduite du dossier, le Ministre Antoine s'offre, en un quart d'heure de publicité seulement, un effondrement de sa crédibilité.

Personne ne lui aurait reproché de traiter, discrètement, ce dossier de manière humaine. Au lieu de quoi il a choisi les trompettes du "dura lex sed lex" avant de se proclamer "homme de coeur".

La saga Sagawé, l'histoire de quelqu'un qui se voulait populaire et a fini populiste !

Commentaires

Je vous cite :"L'erreur, d'abord, c'est que cet accord entre Monsieur Sagawé et le Ministre Antoine a été négocié par un animateur de télévision". Ah, si c'était négocié par La Libre ou Ciel Radio... ;-)

Franchement, je me souviens avoir été des plus durs avec ce ministre Antoine sur mon blog, c'était concernant la démolition de force d'une terrasse à Nivelles. Autant j'étais fâché hier, autant je ne le suis plus dans ce cas aujourd'hui car contrairement à vous j'enregistre ceci : Antoine s'est trompé, assume et se corrige, tout en faisant respecter le droit, HUMAINEMENT... Qui pourrait croire que cet exemple va inciter à ne pas respecter les lois? Bon je suis probablement un spectateur moyen de la vie politique mais il n'empêche que pour moi, il se ratrappe... Je ne comprend pas autrement votre colère que comme une sorte de crise de jalousie que ce soit à RTL que l'affaire se joue... Je pense sincèrement que la grande majorité y voit du positif... ou n'y voit que du feu, c'est selon. Si vous pouvez nous éclairer plus???

Écrit par : Politicus | 04/03/2008

Politicus,

Je ne vous rejoins pas. Je trouve les deux éditos sur l'affaire assez bien écrit et réaliste.

Car, qu'André Antoine attende de se retrouver sur un plateau de télévision pour rencontrer pour la première fois les protagonistes de l'affaire en laisse penser long sur "l'humanisme" de ce garçon.

Ensuite, je pense qu' un éclairage plus cru de la situation est nécessaire: ce n'est pas qu'humain... c'est aussi que des erreurs ont été commises à l'époques par la région. Historiquement, le terrain acheté par les Sagawe était à batir si je ne m'abuse...

Maintenant, que ça se soit joué sur RTL, RTBF, la Libre ou autre... peu importe... ce genre de négociation ne doit pas se faire sous l'oeil des caméras... c'est comme un procès... ça ne se fait pas dans la presse...

Écrit par : Chaos Theory | 04/03/2008

En ce qui me concerne, c'est aussi l'aspect médiatique qui me choque le plus...

Je dois bien avouer que je n'aimais déjà pas beaucoup Pascal Vrebos, mais que pour moi ici, il a encore franchi une étape de plus...

Bien sûr que la solution est très humaine: comment admettre que l'on mette un vieil homme à la rue. L'erreur "administrative" a eu lieu il y a 15 ans, c'est sans doute à ce moment-là qu'il aurait fallu réagir correctement... A présent, les torts sont sans doute partagés et la "solution" trouvée, sans doute "acceptable"...

Néanmoins, on ne peut pas commencer à justifier tous les actes illégaux par le côté "inhumain" de l'éventuelle punition. Exemple, on ne peut pas "légaliser" le commerce d'un trafiquant de drogue sous prétexte que c'est son unique source de revenus et que sans celle-ci il se retrouvera, lui et ses enfants, à la rue...

Je sais que j'exagère, je caricature, mais je pense que cette histoire Sagawé, va tout de même dans cette direction...

Signé Sk1ppy! ;-)

Écrit par : Sk1ppy | 09/03/2008

Les commentaires sont fermés.