Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

03/03/2008

La poltique autrement

EDITORIAL

Ciel Radio

par Michel KONEN

 

 

Yves Leterme signe aujourd’hui son grand retour après 18 jours d’hospitalisation. Samedi déjà, via son site Internet, un média devenu décidément incontournable en matière de communication, le futur Premier ministre s’était adressé à, comment dire ?, osons le mot, à la Nation. En néerlandais et en français. Pour remercier tous ceux qui lui avaient envoyé des messages de sympathie. Pour dire aussi combien son repos forcé l’avait changé. Yves Leterme qui se dit toujours aussi déterminé à œuvrer au bien du pays se dit aujourd’hui plus ouvert et qu’il espérait bien pouvoir « faire de la politique autrement ».

 

On lui souhaite de réussir. Il apporterait ainsi un vrai bol d’air frais. Car son retour à l’avant-scène démontre que si lui a, peut-être, changé, ses petits camarades de jeux eux sont restés les mêmes. Il retrouve un monde où les pompiers côtoient les pyromanes. Et les acteurs, pour pimenter le tout et brouiller les cartes, changent régulièrement de rôle.

 

Monsieur 800.000 voix revient aux affaires à un moment où l’on ne sait toujours pas si les membres de la majorité pressentie ont vraiment envie de faire un bout de route ensemble. Le retour d’Yves Leterme s’opère donc à un moment crucial. Il lui reste 17 jours pour assurer son leadership. Et les écueils sont nombreux : Yves Leterme doit négocier le volet institutionnel et, de son côté, Didier Reynders doit mettre en place le volet socio-économique. Il s’agit donc, ni plus ni moins, de réussir à rédiger, en deux semaines, un programme de gouvernement qui se refuse aux auteurs depuis 267 jours. Avec toujours, et la liste n’est pas exhaustive, BHV, les bourgmestres de la périphérie, l’élargissement de l’actuelle majorité aux verts et/ou aux socialistes flamands, la circonscription électorale unique, la sortie du nucléaire, etc.

 

Il n’y a pas d’alternative à la coalition pressentie. Mais pourront-ils faire contre mauvaise fortune bon cœur ? Cela        reste à démontrer.

 

 

Les commentaires sont fermés.