Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

29/02/2008

Reynders monte à l'assaut

Édito

LA LIBRE BELGIQUE 

Par Michel Konen

On reconnaîtra à Didier Reynders qu'il a de la suite dans les idées. Dès le soir du 10 juin 2007, les urnes à peine fermées, il a fixé son objectif : après trente-quatre ans d'absence, être le premier francophone à réinvestir le 16 rue de la Loi.

Comme un général de corps d'armée qui monte au combat, il a disposé ses troupes. Et depuis six mois, il manoeuvre. Il sait que gagner une bataille ce n'est pas gagner la guerre.

Six mois de coups de mains, de coups de force, de coups de gueule. Et toujours cette conviction, cette obstination : le poste de Premier ministre est, doit rester l'objectif.

Depuis juin il vit avec cette ambition et met tout en oeuvre pour la réaliser. Il ruse s'il le faut, il pilonne sans pitié quand il le juge nécessaire. Il ne ménage personne - si ce n'est Guy Verhofstadt - au risque de se mettre tout le monde à dos. Cette opération-là, en tout cas, a parfaitement réussi. Les rancoeurs accumulées à son égard le privent, dans sa quête, du soutien des partis francophones.

Avec l'avènement du gouvernement intérimaire Verhofstadt, on le croyait battu, défait en rase campagne, vaincu par sa victoire. Songez donc : l'orange bleue définitivement blette, le retour des socialistes, la tripartite tant vomie et, surtout, le poste de Premier promis à Yves Leterme, le rival aux 800 000 voix.

Le Liégeois ne désarme pas pourtant. Au contraire, il retrouve toute son agressivité politique. Il fait monter en ligne ses grognards. Olivier Maingain, Sabine Laruelle, Charles Michel, Serge Kubla tirent à vue sur tout ce qui bouge.

Avec la complicité du grand Guy, il "profite" de l'hospitalisation de Leterme pour boucler un mini-accord communautaire et le budget. Et il ne se prive pas de dire, il le clame même, que cet accord institutionnel n'est qu'anecdotique. Au point de semer le trouble dans les rangs du cartel CD&V/N-VA. Les séparatistes de Bart De Wever n'y résisteront pas : ils prennent leurs distances et le CD&V est en passe d'être un parti comme les autres, miné par le doute, hanté par la perspective d'une défaite annoncée.

Comme les autres, pas plus que les autres. Et Reynders de concéder aujourd'hui que Leterme, au soir du 20 mars, ne sera qu'un formateur. Pas plus. Que le poste de Premier se jouera au mérite. Et qu'Yves Leterme n'est pas le plus méritant, lui qui, jusqu'ici, ne peut aligner que des échecs.

Commentaires

Monsieur Michel Konen

Pourquoi tant de haine? Alors j'emprunterai ce document au dosier SARKOZY ---Actuellement, les gens ont de plus en plus de peine à juger un homme politique sur son action, ils n'ont plus les clés pour cela, ils démissionnent. Alors ils portent un jugement sur son comportement, plutôt que sur la valeur de ses choix ou l'efficacité de ses politiques", analyse M. Muzet. (Denis Muzet dirige les études de l'institut Médiascopie). Avez vous déjà joué au POKER ? ou aux Echecs ?

Écrit par : PAPY2 | 29/02/2008

L'excellente répartie de Marc Heyskens interrogé par un journaliste de la RTBF sur l'attitude ambitieuse de didier reynders
" - ...cela peut se traiter...
- Cela peut se traiter?
- Oui, cela peut se traiter ... psychologiquement! "

Tout comme sarkozy, didier reynders semble effectivement avoir quelques blessures narcissiques à soigner.
A ses débuts en politique, d. r. était surnommé par l'entourage de Jean Gol "bébé requin".

Écrit par : michel | 04/03/2008

Les commentaires sont fermés.