Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

22/02/2008

Le gouvernement doit avancer

EDITORIAL

Ciel Radio

par Michel Konen

 

Le gouvernement patine dans son agenda. Pour la deuxième fois la séance de l’Octopus, la version grand messe, a du être reportée. Alors le gouvernement a quelque peu habillé la réalité.

 

Officiellement, les experts  n’ont pas eu le temps de couler en textes les propositions faites par le groupe des sages, le mini groupe composé de ceux qui décident vraiment. En réalité, il n’y a pas, pour l’instant, d’accord au sein de ce mini groupe. Le re-financement de Bruxelles et la gestion de la Mer du Nord n’ont pas fait consensus. Et comme à l’habitude, tant qu’il n’y a pas d’accord sur tout, il n’y a d’accord sur rien.

 

Du moins peut-on estimer positif le truc langagier gouvernemental préférant parler du retard des experts plutôt que du désaccord des sages. Une manière volontariste de dire : la volonté d’aboutir existe bel et bien.

 

L’inactivité étant la mère de tous les vices Guy Verhofstadt en  profite, pour ne pas laisser son gouvernement intérimaire se tourner les pouces, pour finaliser ce week-end le budget. Objectif, trouver quelque 3,5 milliards d’euros pour que les comptes de l’état soient plus ou moins à l’équilibre. On saura donc bientôt si, vraiment, le gouvernement a renoncé aux trucs et ficelles pour boucler son porte-monnaie ou si au contraire il n’y a rien de nouveau sous le soleil, si socialistes et libéraux ont dépassé les clivages idéologiques.

 

Quoiqu’il en soit, il devient urgent de faire des avancées significatives : dans moins d’un mois, Verhofstadt remettra son tablier. Les dossiers vont s’accumuler dans l’entonnoir : budget, institutionnel, négociation du programme gouvernemental, désignation du Premier ministre – Leterme, Reynders ou quelqu’un d’autre, composition du futur gouvernement – avec ou sans la NV.A  avec ou sans les socialistes flamands…

 

Tout reste à faire. Allez, à partir d’aujourd’hui on arrête de faire du surplace et on essaye d’avancer. Qu’ils disent.

 

 

Commentaires

Monsieur Konen,
Deux questions concernant des articles d'un de vos journalistes, M. Christian Laporte :
1. Pourrais-je parier avec M. Laporte une tour Eiffel en plastique contre une caricature en papier mâché du bonhomme "I want you for Belgium" qu'il est incapable de mener une seule interview de Mme Houard sans lui faire dire qu'elle a reçu des insultes de "certains extrémistes flamands mais aussi des militants rattachistes" (voir http://www.lalibre.be/index.php?view=article&art_id=403626 ). Sachant qu'évidemment accoler ces deux options politiques est particulièrement pénible pour l'une des deux tendances. Par ailleurs, dans un pays où des ministres, anciens ministres ou présidents de partis se traitent respectivement de, je cite : "parvenus", "con", "rupin", "mérule", "homme dangereux" ou que sais-je encore, il me semble que relater le fait que cette dame ait reçu des insultes de tel ou tel quidam est une non-information.
2. Mais si je me trompe et que ce genre de considérations est une info digne de La Libre Belgique, il ne faut pas alors s'étonner que Sud Presse révèle au sujet de cette même dame a volé 200.000 francs à des clients de la poste en 2000 (voir : http://www.sudpresse.be/la_une/details/2008/02/22/article_madame_belgique_rattrapee_par.shtml ). Je suis donc curieux de voir comment Monsieur Laporte va gérer cette info et s'il va continuer à balayer d'un revers de plume ce qu'il relatait dans ce même article de La Libre : "L'on sait que des médias ont cru voir la main du CDF derrière Mme Houard et ont avancé que l'on ne voyait pas très clair dans le financement". Il me semble en conséquence que les interrogations que "ces médias ont cru voir" sont moins illégitimes que ce que M. Laporte veut bien croire.

En conclusion, que M. Laporte ait des convictions belgicistes à l'extrême est son droit le plus strict et c'est respectable mais peut-on au moins lui demander un peu de retenue dans l'expression de celle-ci dans les pages de La Libre Belgique ? Cogner sans retenue contre des idées politiques qui ne sont pas les siennes (le rattachement à la France pour être clair) et d'autre part encenser sans limites ni esprit critique des personnes qui rencontrent ses convictions me semble peu conforme à l'éthique journalistique.

Qu'en pensez-vous ?

Écrit par : hippolyte | 22/02/2008

Les commentaires sont fermés.