Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

13/02/2008

Les singuliers colloques de Leterme

Édito

La Libre Belgique

Par Michel Konen

Au terme de longues et minutieuses investigations, nos confrères du "Standaard" ont reconstitué la face cachée des mois de crise politique. Un travail remarquable à maints égards.

Un volet de l'enquête porte sur le rôle joué par le Palais durant les phases critiques de la négociation. Pratiquement, le lecteur dispose là du verbatim des conversations que le Roi a eues avec les leaders des partis politiques. Ces échanges, tenus en tête-à-tête, relèvent de ce que l'on nomme le "colloque singulier". La tradition veut qu'ils soient couverts par le secret et que nul n'en révèle la teneur.

Et ce n'est qu'en de très rares occasions que cette règle n'a pas été observée et jamais au plus fort d'une crise politique majeure. Le Palais, et les huit mois de crise en témoignent, est, en ces circonstances, le dernier refuge pour des hommes politiques déboussolés, incapables de réaliser entre eux les nécessaires consensus qui peuvent mener à la constitution d'un gouvernement.

Nous sommes là au coeur du pouvoir de la monarchie parlementaire. C'est en ces circonstances que le Roi peut et doit jouer un rôle pour dénouer le noeud gordien de négociations qui s'enlisent. Il choisit les hommes, il leur confie des missions (formateur, informateur, explorateur, démineur...). Au sens quasi philosophique du terme le Roi pratique la maïeutique, cette méthode par laquelle Socrate disait accoucher les esprits des pensées qu'ils contiennent sans le savoir.

C'est à l'issue de ces nombreuses consultations, au cours desquelles il sonde les coeurs et les âmes, que le Roi tente de trouver les convergences qui permettront au pays d'être gouverné.

Pour ce faire, ces conversations doivent se dérouler dans le secret absolu. Quel homme politique irait confier ses aspirations intimes s'il n'avait la garantie que celles-ci ne seront jamais répandues sur la place publique ? Quel homme politique oserait encore prendre des risques si ceux-ci sont exploités contre lui ?

C'est ce secret qu'Yves Leterme - mais pas seulement lui - a trahi. Il, et avec lui tous ceux et celles qui ont raconté par le menu leurs conversations avec le Souverain, met ainsi en péril l'un des rouages essentiels du système politique belge.

Ce n'est pas digne de la part de quelqu'un qui se pose en futur Premier ministre. C'est irresponsable. Qu'il prenne donc Verhofstadt pour modèle : il est le seul à avoir refusé de parler.

Commentaires

Suite à votre article j'aimerais savoir comment je peux aujourd'hui empêcher monsieur Leterme de devenir premier ministre. Les électeurs ont parlé mais savaient-ils que ce monsieur était contre la Belgique ou qu'il l'est devenu en cours de route ,ce qui est encore plus interpellant .
Il paraît de plus en plus clair que ce n'est pas le fédéralisme qu'il cherche mais la séparation qui est visée. Le vote à permis de mettre en scène un homme de peu de crédit mais que puis-je faire aujourd'hui pour arrêter sa course au pouvoir car je n'ai aucune envie d'être une complice passive de ces mensonges.
En vous remerciant de l'attention portée à ma demande je vous prie de croire en l'expression de mes sentiments les meilleurs.
V.Duquenne

Écrit par : v.martens | 13/02/2008

Oui je pense qu 'Yves Leterme a dépassé les bornes en rompant le silence des colloques singuliers avec le Roi et à coup sûr on devrait lui barrer la route
du pouvoir car il a définitivement démontré son incapacité de gouverner.
Guy Verhofstadt mérite amplement de continuer à remplir son rôle de Premier ministre!!

Écrit par : vayhair | 13/02/2008

Une seule question:

Monsieur Leterme est-il au service des Belges ou au service de sa soif de pouvoir?

Je pencherais pour la deuxième solution et j'arrive à la conclusion que nous vivons dans une dictature tenue par une "élite politique".

Espérons que je me trompe.

Écrit par : Carrefour632 | 13/02/2008

Les commentaires sont fermés.