Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

12/02/2008

L'échec au bout du chemin ?

EDITORIAL

Ciel Radio

par Michel KONEN

 

A moins de six semaines de l’échéance, le 23 mars, on reste perplexe sur les chances de réussite de la formation d’un « vrai » gouvernement. Car, moins que jamais, on n’ose qualifier de gouvernement la coalition hétéroclite et intérimaire dirigée par Guy Verhofstadt. Elle fait acte de présence, sans plus.

 

Pour le reste, les batailles de chiffonniers tiennent le haut du pavé. La coalition violette, socialiste-libérale, avait été considérée comme un mariage contre-nature. Que dire de celle qui tente – mais le veut-elle vraiment ? – de se mettre en place. Les candidats jouent au divorce avant même d’avoir convolé. Les noms d’oiseau ont pris la place des billets doux. Et pour ce qui concerne la liste de mariage chaque fiancé à son idée concernant la porcelaine et les couverts. A les regarder se disputer avec entrain, on à l’impression qu’ils ne sont mis d’accord que sur une chose : les couteaux. Ils devront être longs et acérés.

 

Ni sur le budget, ni sur l’institutionnel les points de vue ne semblent se rapprocher de manière décisive. A l’entame du neuvième mois de crise, à quarante jours de Pâques, le pays reste immobile. Les cris font figure d’action.

 

Est-il donc, messieurs-mesdames, si difficile de mettre vos ego au vestiaire. De penser, au-delà de vos destins personnels, au bien commun.

 

Qu’il faille réformer l’Etat est aujourd’hui une évidence puisque sa structure actuelle le rend ingouvernable. Qu’il faille faire un budget sérieux, en équilibre, avec des réformes structurelles est une autre évidence : chaque jour qui passe rend les choses plus difficiles. Fin des années ’70 la gestion erratique du budget a plongé la Belgique dans une crise financière dont nous ne sommes pas encore sortis. Les efforts demandés à la population ont été importants. Il ne faudrait pas que le pays replonge et que tous ces efforts été vains. Il est temps, mesdames-messieurs, de vous ressaisir. A manœuvrer comme vous le faites, c’est l’échec qui vous attend au bout du chemin.

 

 

 

Les commentaires sont fermés.