Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

28/01/2008

Les stars du cumul reculent

édito

 

Par Michel Konen

 

 La semaine dernière, “ La Libre Belgique ” révélait une bien curieuse pratique de la part de certains mandataires publics. Quatre d’entre eux, grands spécialistes du cumul de mandats de surcroît, avaient trouvé LE truc : ils ne siégeraient plus en tant que personne physique dans les nombreux conseils d’administration. Non, ils se feraient mandater, au même poste, par une SPRL (Société privée à responsabilité limitée). SPRL dont, cela va de soi, ils sont propriétaires.

 

Le tour de passe-passe est digne des meilleurs spécialistes de l’ingénierie fiscale. Il présentait un double avantage : fiscal d’abord puisque ces mandataires se voyaient soumis à l’impôt sur les sociétés, moins gourmand que l’impôt sur les personnes physiques; politique ensuite en ce qu’il brouillait les cartes et ne permettait plus vraiment, sauf travail de bénédictin, de faire le compte du nombre de mandats réellement cumulés. Bref, nos quatre mousquetaires organisaient l’opacité là où le monde politique affirme vouloir apporter de la transparence.

 

Il faut ajouter que tout cela n’a rien d’illégal et que nos quatre épinglés ne sont sans doute pas les seuls à recourir à cette pratique.

 

L’affaire a fait grand bruit dans les deux partis concernés, le Parti socialiste et le Mouvement réformateur. Tant Didier Reynders qu’Elio Di Rupo ont tapé du poing sur la table. L ’un comme l’autre ont fait savoir que ces pratiques, même légales, ne rencontraient pas les objectifs d’éthique politique que ces formations poursuivent. Et de menacer de poursuivre ceux qui recouraient aux sociétés écrans devant les rouges Comités d’audit et autre bleu Conseil de conciliation et d’arbitrage.

 

Les choses n’ont pas traîné : les annonces d’abandon de cette pratique par les intéressés tombent comme les feuilles à l’automne. On ne peut que se réjouir de la réaction claire et forte des deux présidents concernés. Tant qu’à faire, on ne peut que les encourager à mener l’enquête – dans les autres formations aussi d’ailleurs – pour mettre fin à ces pratiques. Le cumul des mandats est une pratique souvent exécrable et injustifiée. L’opacité qui l’entoure est mal vécue par les citoyens. Elle ouvre la porte à toutes les suspicions.

 

On ne peut que suivre Ecolo qui réclame qu’un cadastre de ce procédé soit dressé et qu’un décret l’interdise.

 

Un petit pas vers la transparence ! Bienvenu.

 

22:58 Publié dans Belgique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : Politique, cumuls, mandats

Les commentaires sont fermés.