Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

11/01/2008

Front des francophones, enfin

EDITORIAL

Ciel Radio

par Michel Konen

 

Pour la première fois, depuis des mois, les responsables francophones semblent avoir pris la mesure de l’enjeu qui les attend dans les prochains mois : réécrire l’architecture des institutions belges. Et, les choses étant ce qu’elles sont, de l’impérieuse nécessité de définir une position commune face au rouleau compresseur flamand.

La note de Guy Verhofstadt y est sans doute pour quelque chose. Les derniers espoirs de ceux qui pensaient que la structure institutionnelle actuelle pourrait encore être améliorée ou modifiée à la marge ont été balayés par le document personnel du Premier ministre. C’est d’une révision de fond en comble de la maison Belgique qu’il sera question.

On sait peu de choses, pour l’instant, de ce qu’on décidé les francophones réunis hier à l’invitation de Didier Reynders. « Mais, a reconnu l’un des participants, c’est la première fois depuis des mois qu’on est arrivé à se parler aussi calmement et avec du fond ». Des groupes d’experts seront mis en place et chargés de dresser le catalogue des revendications francophones. Et, c’est une première, les leaders ont décidé de ne parler que d’une seule voix autour de la table de négociation.

Paradoxalement, la discrétion des présidents de parti à l’issue de la rencontre d’hier est cette fois de bonne augure et semble indiquer que les questions de personne ont été réglée au profit du bien commun.

Dans ce contexte, les travaux de la commission Wallonie-Bruxelles co-présidée par Antoinette Spaak et Philippe Busquin prennent une dimension nouvelle. Car si, avec les Flamands les francophones discuteront avenir du pays, c’est dans cette enceinte que doivent se dessiner les contours de la société dans laquelle Wallons et Bruxellois veulent vivre.

 

Commentaires

Front des Francophones mais pourquoi ???

Décider de faire un front avec rien du tout derrière, ça ne sert pas à grand chose en comparaison avec l'autre front qui officiellement via un vote au parlement flamand sait unanimement depuis 1999 (si je ne me trompe) ce qu'il veut.

Le front francophone se retrouvera vite comme un ligne Maginot facilement débordable tellement il manque d'épaisseur.

Écrit par : Ø | 11/01/2008

La ligne Maginot! Ce n'est pas tellement son épaisseur qui a fait problème. Mais sa statique...et surtout le fait qu'elle ne pouvait tirer ...que dans un sens (nord, nord-est)...!Un grand homme dont l'altitude pâtirait de le voir nommer en pareille inspiration avait en effet déclaré que si la ligne Maginot avait pu tirer dans les 2 sens (donc aussi sud,sud-ouest) le sens de la guerre en eut été inversé..!
J'ignore ce que notre grand général Briquemont en pense, mais cet expert de la polémologie contemporaine devrait sans doute être consulté par les temps qui courent! L'ennemi ne serait-il pas déjà à Paris??!
Mais il faut vraiment faire des exercices de no sense. Si par exemple les élus francophones n'ont pas une vision politique pour ...la Flandre, d'abord, et même sans en avoir pour la Wallonie ou Bruxelles, la nouvelle "architecture" de la Belgique est déjà prête chez Leterme
et il est inutile de recommencer des mois de palabres!
Il suffit de se préparer à une nouvelle collaboration (et c'est déjà bien parti!),...ainsi il y en aura eu des deux côtés et l'amnistie en sera d'autant facilitée.

Écrit par : alphonse | 12/01/2008

Les commentaires sont fermés.