Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

09/01/2008

Pour qui sonne le glas

EDITORIAL

Ciel Radio

par Michel Konen

 

Guy Verhofstadt vient de nous jouer « Pour qui sonne le glas ». La messe est dite. Ceux qui s’accrochaient au «Grand Bleu comme le pendu à sa corde en sont pour leur frais. Ils s’imaginaient qu’après huit années à la tête du gouvernement fédéral l’homme qui avait mis le communautaire sous le boisseau allait « sauver » la Belgique dans sa structure actuelle. C’est raté.

 

Sa note au Roi démontre, si besoin était encore, qu’il existe, au nord, une unanimité sur l’objectif : donner à la Flandre une très large autonomie. Sa note est une espèce de feuille de route pour les dix quinze ans qui viennent. Ce n’est pas une critique, c’est un constat.

 

Les réactions à la note personnelle de Guy Verhofstadt sont révélatrices de la fracture actuelle : les flamands estiment cette note intéressante, les francophones expriment plus que des réserves.

 

Mais cette note a le mérite d’exister. Plus personne ne doute aujourd’hui que, par la porte ou par la fenêtre, une négociation fondamentale pour le pays va s’ouvrir. Elle durera de longs mois.

 

On regrettera une fois de plus l’incapacité des francophones à présenter un front uni, l’incapacité à présenter un projet d’avenir pour les Wallons et les Bruxellois, l’incapacité à présenter une vision commune de la Belgique de demain.

 

Les francophones ont déjà perdu six mois dans des jeux partisans stériles. Il est urgent que Didier Reynders sonne le rassemblement, puisque telle est sa responsabilité en tant que président du premier parti francophone. C’est pour bientôt. Paraît-il !

 

 

Les commentaires sont fermés.