Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

18/12/2007

L'Arménienne

EDITORIAL

Ciel Radio

par Michel Konen

 

 

Deux doses de bleu, une dose de rouge et, selon le goût une ou deux doses d’orange : voilà le secret de ce nouveau cocktail politique mis au point par le barman de service Guy Verhofstadt. Son nom : l’Arménienne, un dérivé de la célèbre composition dite « tripartite », déjà bien connue. La difficulté, ici, est dans le dosage. Pour certains l’excès d’orange rend le breuvage trop amer.

 

La question est donc : ira, ira pas ? Le CDH n’est manifestement pas le bienvenu autour de la table. Pas , en tout cas pour Didier Reynders , qui a toujours un compte à régler et quelqu’un à exclure. Le Parti socialiste, lui, voit les choses autrement et exige la présence de Joëlle Milquet et souhaite même la présence d’Ecolo.

 

Surtout, le CD&V/NV.A fait lui aussi pression pour que les humanistes participent au gouvernement intérimaire. C’est qu’ils ne voient pas d’un bon œil la seule famille libérale être représentée au sud et au nord du pays. Voilà qui donnerait trop de poids à Didier Reynders.

 

L’Arménienne paraît néanmoins être sur les rails, avec ou sans le CDH à qui certains ont imaginé de donner une espèce de sous-ministre. Formule que les humanistes francophones devraient refuser : ou bien ils sont partenaires à part entière, ou bien ils n’en seront pas.

 

Quoiqu’il en soit Verhofstadt trois devrait voir le jour sous le sapin de Noël et disparaître avec les cloches de Pâques le 23 mars. Entre-temps c’est un gouvernement de plein exercice qui assurera la gestion du pays avec un programme minimum portant sur les urgences telles que le budget ou la hausse des prix de l’énergie.

 

Le premier trimestre 2008 devrait donner un répit pour mettre au point un programme socioéconomique – on parlera donc enfin contenu – et un projet de réforme des institutions. Puis, c’est déjà acquis, Yves Leterme reprendra la main pour mener un attelage un peu hétéroclite vers un port encore mystérieux.

 

En attendant, les francophones continuent d’offrir le spectacle de leurs divisions.

 

 

Commentaires

Votre analyse sur le plus mégalomane des politiciens est très juste, j'espère que le PS ne laissera pas tomber le CDH et j'espère aussi voir les écolos rejoindrent le "front" francophone.
A force de vouloir dominer les francophones, il va se casser les dents qu'il a trop longues. Mais sans rire, il s'agit d'un homme bien plus dangereux que Bart de Wever....

Écrit par : Reiter | 18/12/2007

Est-il possible de prendre un peu de recul et de ne pas se focaliser sur un homme, ou même un parti ?
Je ne partage pas votre analyse qui est politiquement orientée, ce qui est indigne d'un journaliste indépendant.
Quoi qu'il en soit, nous nous trouvons dans une situation où les gagnants des élections (MR - CD&V) sont en train de subir la dictature des barons des partis perdants (PS - CDH - VLD - SPA), ce qui est une absurdité démocratique. Et que dire même d'Ecolo, qui n'a rien à dire malgré un score plus qu'honorable ?

Écrit par : goodwil | 18/12/2007

Enfin de la part de quelqu'un qui ne peut pas être taxé de suppôt du PS une analyse pertinente des rapports de forces en nommant un chat un chat. Reste à espérer que M. Reynders lira cet éditorial et en tiendra compte. Que ses rêves de se voir au plus haut de l'affiche, se soient évanouis est sans doute dommage pour lui, mais continuer à s'accrocher à des certitudes qui ont fait long feu alors que la raison semble revenue au Nord du pays, du moins pour un moment, serait totalement irresponsable

Écrit par : André.M | 18/12/2007

Je sais qu'il s'agit d'un "blog" et non d'un forum, mais prétendre que le MR a gagné les élections s'est trop..MR= MCC+FDF+MR, sans les 232000 voix de Louis Michel qui a fait l'aller retour vers la CE et sans l'apport duMCC et du FDF, Reinders n'est rien du tout, d'autre part, il faudrait m'expliquer ce que signifie une "absurdité démocratique"!!enfin le MR a perdu 1 siège donc en suivant votre raisonnement il est aussi perdant aux dernières élections et pour en terminer, je trouve que M. Konen a parfaitement raison et pour vous en convaincre, faites un tour sur le site "perso" de votre ami Reynders, vous constaterez qu'il est mégalomane jusqu'au bout de ses pieds et aussi de ses dents bien "acérées", il ne veut pas bouffer du flamand, non, il veut bouffer tout le monde..

Écrit par : Reiter | 18/12/2007

Je vous invite vivement à consulter http://www.lalibre.be/elections2007/ pour vous remémorer le résultat des élections. Et de répéter qu'avant de voter pour des hommes, nous votons pour des programmes. Pour avoir également consulté les sites du PS et du CDH, je ne vois pas en quoi ils diffèrent de celui du MR. Ils sont tous axés sur l'image d'un leader inbuvable.

Écrit par : goodwil | 18/12/2007

Cher Monsieur,

Je viens de lire votre édito relatif aux négociations (ou faudrait-il plutôt parler de discussions de marchands de tapis) dans lequel vous taxez Didier Reynders de "diviseur".

Je ne comprends pas la portée de cet adjectif accolé à Didier Reynders. A mes yeux, il aurait bien voulu diviser mais force est de constater qu'il n'a rien divisé du tout. Il est certes parvenu à dresser Ps et Cdh contre lui mais certainement pas à les diviser.

Il aurait souhaité diviser PS et Cdh. On se rend compte aujourd'hui que ces deux partis s'entendent comme larrons en foire surtout pour nier le résultat des élections qui a vu émerger Ecolo surtout, le Mr dans une moindre mesure (sauf bien entendu au niveau symbolique ce dernier parti ayant réussi à détrôner le P.S. En regard des scandales qui l'ont éclaboussé il n'est plus grand monde pour s'en plaindre).

Reynders doit donc opérer un constat d'échec, il aurait souhaité diviser PS et Cdh, il n'y est manifestement pas parvenu.

Ceci doit amener le MR à opérer un choix clair. Soit il refuse de monter avec le PS et le Cdh soit il fait le choix de l'opposition.

Je dois vous dire que je suis écoeuré par l'attitude du PS et du Cdh. Je suis pourtant sensible aux thèses dites de gauche mais le jeu auquel se livrent ces deux partis depuis les dernières régionales me laisse absolument sans voix.

Écrit par : KETTUA | 18/12/2007

En fait d'arménienne, si on ajoute le vert des écolos et Groen au coktail présenté - le bleu des libéraux (MR, VLD), le rouge des socialistes (PS) et le "orange" du CDnV - on obtient alors une "mauritienne":

http://fr.wikipedia.org/wiki/Image:Flag_of_Mauritius.svg

Ok, il faut considérer que l'"orange" est devenu jaune... reste à voir qui jouera le cocu alors.

Cette crise a un mérite: on revoit notre géographie!

Écrit par : Alex | 18/12/2007

Cher Monsieur, quelle mouche vous a donc piqué? J'ai lu avec attention vos éditos d'hier et aujourd'hui. Je vous avoue que j'ai beaucoup de mal à vous suivre. "Pour le retour de l'Orange bleue" titriez-vous hier. Je vous cite :" Didier Reynders a parfaitement raison lorsqu'il veut un programme socio-économique clairement de CENTRE-DROIT. L'électeur ne donne aucun mandat au PS... Le CDH doit dire avec clarté qu'il souhaite mener ce programme à son terme". Effectivement, mais avez-vous entendu le CDH répondre à cette question? . Il s'est contenté de suivre le PS en prônant l'idée d'un gouvernement d'union nationale(!), la trouvaille de Di Rupo. Didier Reynders a laissé la porte ouverte. Encore hier midi il déclarait privilégier l'Orange bleue. A aucun moment d'ailleurs un responsable MR n'a déclaré que le parti renonçait à la formule d'un gouvernement Orange bleue. Le seul parti du côté francophone.. Vous dites que Didier Reynders ne se préoccupe pas de programme : refuser que le CDH ET le PS soient tous deux dans un gouvernement intérimaire(ou non) n'est-ce pas justement privilégier un programme socio-économique de centre-droit, simplement pour respecter le mandat reçu des électeurs? Comment expliquez-vous que Madame Milquet qui n'a cessé de se plaindre dans les médias de n'avoir pas vu ses enfants durant six mois abandonne si facilement un futur programme de gouvernement réalisé à 80%? Si je vous lis bien, vous n'hésitez pas à soutenir la démarche du PS pour l'attention qu'il porte au CDH. Je suppose donc que la manière d'agir de Monsieur Di Rupo(qui n'a pas reçu de mandat de l'électeur dites-vous) se sentant subitement investi d'une mission de formateur ne vous interpelle pas particulièrement. Vous dites que Didier Reynders jette des exlusives. La première(un gouvernement sans le PS) si c'en est une - au vu des résultats de juin dernier - ne vous a probablement pas dérangé. Pourquoi dès lors écrire que Didier Reynders « a toujours un compte à régler ». Guy Verhofstadt a pris l'initiative de ne pas inviter le CDH. Mais il y a fort à parier que si Joëlle Milquet se décidait tout à coup à dire oui à l'Orange bleue, la formule que vous prônez, celle-ci verrait enfin le jour. Car contrairement à ce que vous laissez entendre, ce ne sont pas les libéraux qui disent NON à l'Orange bleue au Sud… Et enfin, un gouvernement à tout prix, « d’union nationale », qui ne ferait à coup sûr que de l’institutionnel, quel chemin parcouru par tous ceux qui ne voulaient pas entendre parler de réforme de l’Etat ! Cherchez la cohérence...

Écrit par : anne voisin | 18/12/2007

Et la vaseline?

Le titre est, j’en conviens, fort irrévérencieux, limite vulgaire. Mais c’est bien le sentiment que j’éprouve aujourd’hui à la lecture des tractations politiques en cours.

Je vous prédis un score en hausse des partis extrémistes (pas l’extrême droite forcément, juste des partis qui poussent un peu plus que les autres) aux prochaines élections. De qui se moque-t-on à la fin dans ce pays ? A quoi sert mon vote ? A élire des perdants ? Des perdants qui font leur mijaurée et décident d’imposer leurs choix et leurs politiques ?

Au lendemain du 10 juin, les électeurs ont clairement exprimés leur choix, tant au Nord au qu’au Sud du pays d’avoir une politique de droite.
Aujourd’hui, le PS exige des politiques de gauche et pour donner un maximum de poids à cette gauche insiste pour faire monter les Ecolos et les CDH à bord du navire. Il est alors évident que vu que le programme de gauche pourra être mis en place. Au Nord, le SPA pourra alors rejoindre le gouvernement, c’est le signal qu’attend Caroline Gennez (nous ne monterons que dans un gouvernement avec un programme de gauche). Bref, à gauche toute, l’électeur on s’en fout. En fait, mieux que à gauche toute… c’est l’union nationale qui se prépare.

Dans mon précédent billet déjà, je mentionnais à quel point nos votes ont été capturés pour des visées étrangères aux programmes pour lesquels nous avons votés.
Le résultat en sera assurément un renforcement des inimitiés nord-sud, une défiance encore plus grande à l’égard du pouvoir politique.

On se moque de nous, je n’ai plus envie de voter.
Je n’ai plus envie de m’investir en politique, je n’ai plus envie de suivre la vie politique de ce pays. Le village Gaulois était le peut être le village des fous mais la planète Belgique est follement surréaliste, débile et profondément lamentablement stupide.

J’ai envie de reprendre la phrase de Thomas Gunzig « Bande de cons ! ».
Nous vivons dans un état qui n’est plus démocratique ! Vous croyez voter ? Vous rêvez, vous ne faites que donner un blanc seing à des personnes que VOUS N’AVEZ PAS CHOISIES !!!
A ce sujet, je reprends ce que disait Herman De Croo (Interview de Herman De Croo, Président de la Chambre des représentants de Belgique, dans l'hebdomadaire Knack du 11 août 2004) : « Croyez-moi: en 1831, la Belgique comptait plus d'électeurs qu'aujourd'hui. En 1831 il y a avait à peu près 60.000 électeurs, tous des hommes de plus de 25 ans avec une certaine fortune. Aujourd'hui, nous avons à peu près 400 électeurs - dans le meilleur des cas, 4.000. Ce sont les gens qui aujourd'hui, grâce aux moyens qu'ils ont reçus de l'état - donc de vous et moi - décident qui figure sur les listes électorales et à quelle place, et qui décident par conséquent qui sera élu.(...) »

Et je ne peux que compléter avec ce que dit Thomas Gunzig : « D'abord à tous ceux qui croient avoir gagné les élections d'il y a 5 mois. A tous ceux qui avaient un grand sourire. A tous ceux qui avaient les bras en l'air. Le temps est venu de vous avouer quelque chose :Les gens n'ont pas voté pour vous parce qu'ils vous aimaient. Ils ont voté pour vous parce qu'ils étaient obligés. ».

Alors profils bas s’il vous plait… Je ne veux pas verser dans le poujadisme mais là, honnêtement, la comédie à laquelle vous vous livrez depuis 6 mois dépasse toutes les bornes de l’imagination humaine.
Arrêtons d’être aveugle, un mois, deux maximum après les élections, le problème était réglé… il n’y a pas de crise aujourd’hui, il n’y en a en réalité jamais eu. Un cercle restreint de politiciens a décidé de notre sort il y a 4-5 mois. Le reste, c’est du show pour nourrir la gazette, pour préparer le « bas peuple », pour préparer les esprits. Depuis 4-5 mois, nous savons que in fine, nous aurons un gouvernement d’union nationale pour 2 ans (échéance 2009 oblige).
Que celui-ci préparera la séparation du pays et la phasera sur les dix ans à venir, deux législatures de réformes, de préparations des esprits. Oui, tout cela va se préparer sur les deux années à venir. Par un gouvernement d’union nationale ou une commission, on verra, mais c’est notre avenir.

Alors messieurs les politiciens, on a compris ! Ne pensez pas que nous sommes plus bêtes que vous… même si les différents ministres de l’enseignement francophones ont tout fait pour, une frange de la population est passée dur les bancs de l’école avant leur œuvre de destruction. Il faudra attendre la prochaine génération pour avoir des cons parfaits et aveugles qui vont laisseront faire vos petites combines.

Je suis dégouté au plus haut point par cette tragi-comédie, par ce spectacle lamentable et dégoutant que vous nous donnez à voir. Il n’y a pas de crise, il n’y en a jamais eu. Alors, la suite on la connaît, un gouvernement semblant de gauche mais qui permet l’union nationale au nord comme au sud. La préparation du grand démantèlement.

Ne nous leurrons pas, la bagarre MR-PS-CDH n’est pas pour le 16 rue de la loi ou pour le gouvernement fédéral… c’est juste pour savoir qui sera le prochain président-dictateur-citoyen de la République Betteravière de Wallonie.

Ah non… je ne suis pas poujadiste mais dégouté de voir vos manœuvres politiques. Messieurs les journalistes, n’accablez pas le citoyen après en lui disant « investissez vous, mêlez vous de la politique… ». L’électeur-citoyen va vous répondre… « Rien à fiche.. qu’ils fassent ce qu’ils veulent, nous ne sommes pas écoutés, c’est toujours le même club qui est au pouvoir quelque soit le résultat des élections, et après eux ce seront leur fils et leur fille ». Ne vous étonnez plus du dégout citoyen, vous donnez le bâton pour vous faire battre !

Regardez le spectacle… du pain et de jeux ! Nous avons droit chaque jour à notre petite insulte, notre petite phrase assassine...
ET ILS SONT SENSES GOUVERNER ENSEMBLE ???

Allons donc, si ce n’est pas de la comédie, alors le pays est ingérable. Demandez à tout administrateur de société, si vous aviez une telle inimitié entre les administrateurs, actionnaires d’une société, qu’adviendrait-il de celle-ci ? A coup sur, sa vente ou son démantèlement. C’est évident ! Imaginez l’ambiance des conseils d’administrations ! Imaginez la réactions des marchés lors des communications de la société ? Un communiqué de presse, suivi de 3 démentis, d’une volée bois de vert et d’injures envers d’autres actionnaires etc… Economiquement, votre entreprise est morte!

Soyons sérieux, l’entreprise Belgique est soit foutue, soit foutue… ou un peu des deux.
Soit nos politiciens s’insultent réellement, se détestent réellement et dans ce cas vous ne pourrez pas les faire travailler ensemble, soyons réalistes, c’est impossible, …et la Belgique est foutue…
Soit, ils ont tout préparé, se foutent royalement de nous avec leur comédie et soyons réalistes, pourquoi une telle opération de brouillard si ce n’est pour cacher un dessein bien pire ? …Et donc la Belgique est foutue.

Écrit par : Serge Van Belle | 18/12/2007

Reynders ou la mémoire courte.

En lisant votre éditorial de ce mardi 20 décembre, vous nous rappelez que pour Didier Reynders, ce qui importe, c'est le programme plutôt que les partenaires.

Je me souviens de ce même Didier Reynders, devant les objectifs en train de pavoiser, déclarer au lendemain des élections que sa préférence allait naturellement vers une alliance libéraux-chrétiens démocrates... Maître Reynders sur son arbre perché ne fit pas mention d'un programme commun...

Autre temps, autres circonstances, sans doute se voyait-il Kalif à la place du Kalif.

Écrit par : Gregoire | 18/12/2007

Les commentaires sont fermés.