Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

14/12/2007

Têtes à claques

EDITORIAL

Ciel Radio

par Michel Konen

 

 

La Flandre n’attendra pas. Il faut se rendre à l’évidence, la Flandre n’attendra pas qu’un accord intervienne au niveau fédéral pour réformer l’Etat. La Flandre va de l’avant. Tout de suite. Sans état d’âme.

Après le vote unilatéral sur la scission de l’arrondissement de Bruxelles-Hal-Vilvorde, après le refus de nommer les trois bourgmestres francophones de la périphérie, voilà que la Flandre s’approprie, au mépris de toute négociation préalable,  l’inspection scolaire dans les établissements francophones de la périphérie bruxelloise. La Communauté française peut bien user de toutes les ficelles procédurières pour retarder l’échéance, la machine à flamandiser est en route. Elle s’accélère même. Comme s’il s’agissait d’engranger un maximum de mesures dans un minimum de temps histoire de ne laisser aucune miette à négocier sur la table.

On sait à quel point l’administration flamande, sur instruction des mandataires politiques, sait se montrer tatillonne et mettre tout en œuvre pour empêcher les francophones de mener une vie normale en périphérie : cela augure bien mal de l’avenir. Il ne fait plus de doute sur les intentions de la Communauté flamande : transformer la périphérie en enfer linguistique pour les francophones.

Les partis francophones protestent. Qu’ils protestent. Mais on n’a jamais vu des protestations arrêter un train lancé à vive allure. Après la gifle de BHV, après la gifle des trois bourgmestres, voici la gifle scolaire. Peut-être bien que les francophones, après tout, ont des têtes à claques.

 

Commentaires

Alors, c'est ainsi que Michel Konen compte 'informer' les lecteurs de LLB?

Mais pourquoi cette censure sur ce qu'en dit la constitution et la loi sur la compétence sur les écoles? Pourquoi MK ne donne-t-il aucune information de fond? Tout le monde a droit à son opinion, mais est-ce que le lecteur de LLB n'a-t-il pas droit en plus à des informations factuelles, correctes et pertinentes, surtout ces informations qui sont strictement nécessaire pour pouvoir comprendre la vraie nature du dossier.

En l'occurrence:

1. Est-ce normal dans un état de droit et démocratique, qu'une autorité compétence (et qui finance selon les règles établi dans la constitution et dans la loi), ne puisse pas exercer l'inspection normale et prévu dans toute démocratie ?

2. N'est-ce pas le ministère flamand de l'enseignement qui est, selon la constitution belge, compétente pour tous les écoles qu'il finance?

3. Quid de la contradiction dans les propos des partis nationalistes francophones (MR, ...): d'une part, ils ont prétendu pendant de très longes années qu'ils respecteraient la loi, mais pendant autant d'années, ils affirment qu'ils n'accepteraient jamais la moindre tutelle du part de l'autorité compétente, en l'occurrence le ministère flamande de l'enseignement.

4. Les partis francophones (Fr. Bertieaux etc.) hurlent maintenant que la Flandre n'aurait pas laissé le temps aux négociations. Mais, qui peut encore croire à cela, après autant d'année de refus totale du coté francophone?

Quel ouverture est-ce que les francophones ont-ils donné pendant tout ce temps? En cherchant sur le net, je n'ai trouvé que des échos d'un refus total.

Ou est-ce que je me trompe dans les données objectives de ce dossier ?

Bref : pourquoi est-ce que ces aspects ne reçoivent-ils pas d'autant d'attention dans LLB que les cris peu démocratiques (car contraire de façon explicite aux règles de la démocratie) du part des nationalistes francophones?

Écrit par : Rudi Dierick | 14/12/2007

Bien vu, monsieur Konen !

Écrit par : François Collette | 14/12/2007

"La Flandre va de l’avant. Tout de suite. Sans état d’âme."
"la machine à flamandiser est en route."
"empêcher les francophones de mener une vie normale"
"enfer linguistique pour les francophones"

Je suppose que ceci n'a rien à voir avec des appels à la haine ?

Écrit par : Flamand | 14/12/2007

Monsieur Flamand,

Quand vous aurez vu votre mère éviscérée devant vous, votre frère le crane fendu à la machette, votre neveu retiré du ventre de votre soeur au couteau de cuisine, vous comprendrez ce que veut dire appel à la haine...
Votre pays a perdu 10 militaires, nous avons perdu 800.000 parents

Écrit par : n'tietti | 15/12/2007

Bonjour,
Etrange situation, un peuple obliger de voter,
Une bande de politicien pas obliger de former un gourvenement
Pourquoi ne démissionnent ils pas tous?
Dans une entreprise si il y a des incompétents, on les vires!!!
Et pendant tout ce temps ils sont payés?
Le vote pour un parti est une ânerie!
Il faut voter l'homme! (ou la femme).
bien à vous

Écrit par : Lasseel | 17/12/2007

Les commentaires sont fermés.