Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

11/12/2007

Reynders, la dernière carte ?

Ciel Radio

Editorial

par Michel Konen

 

Ainsi donc la mission confiée par le Roi à Guy Verhofstadt serait sur le point d’aboutir. Les prémices d’un accord pour la formation d’un gouvernement transitoire auraient été trouvées.

 

A Guy Verhofstadt le poste de Premier ministre pour les affaires urgentes. A Yves Leterme le poste de Premier ministre définitif vers mars - avril, quand les choses se seront décantées et que la discussion sur la réforme de l’état pourra commencer. Entre janvier et avril 2008 Yves Leterme se contentera d’un poste de ministre des Affaires institutionnelles ou quelque chose d’approchant. Ce serait un gouvernement Verhofstadt - Leterme.

 

La majorité serait composée du CD&V/NV.A et de l’Open VLD au nord et du MR, du PS, du CDH et Ecolo au sud. En tout : 109 voix, soit la majorité des deux tiers recherchée.

 

Sur papier, ça colle. C’est beau. Trop beau même pour être vrai. Ou bien alors on ne nous a pas tout dit. Vu tel quel, l’accord semble avoir été fait sur le dos de Didier Reynders. L’homme qui rêvait d’être roi se retrouverait tout nu. Au terme de six mois de crise durant laquelle il n’a cessé de revendiquer, de brandir son tout nouveau leadership francophone, le président des bleus aurait été déshabillé. Lui qui proclamait que le centre de gravité de la politique avait basculé à droite aurait trébuché dans sa stratégie. Et, humiliation suprême il se retrouverait au pouvoir avec ces socialistes qu’il a matraqué tout au long de la campagne électorale. Et il se résignerait sans plus ? Ce n’est pas son genre. D’ailleurs tous savent que c’est au tour de Didier Reynders d’être mathématiquement indispensable pour une réforme de l’état. Le prix qu’il demanderait alors pour s’associer à la réforme de l’état serait bien trop élevé.

 

La partie de poker n’est pas terminée. Les joueurs en sont toujours à faire monter les enchères et à bluffer. Reynders n’a pas encore joué sa dernière carte.

 

 

Commentaires

Tout à fait d'accord, Monsieur Reynders s'est fait rattraper par son excès d'ambition. A force de se mettre à dos le PS dans un premier temps, le Cdh dans un deuxième temps, DR s'est isolé dans le Communauté francophone pour s'acoqiner avec la N-VA.

Maintenant il risque de devoir subir la revanche de ses deux anciens alliés. S'il veut rattraper le coup il lui faudra un peu de modestie. Mais en est-il capable ?

Écrit par : Marc Dubois | 12/12/2007

De manière de plus en plus évidente au fil des négociations, Didier Reynders a prouvé que l'avenir du pays ainsi que celui des ses compatriotes francophones lui importaient infiniment moins que sa propre gloriole et son ambition personnelle. A mon sens, il s'est totalement décrédibilisé, et ses tentatives maladroites de faire porter la responsabilité de l'échec des négociations à Joëlle Milquet ne le grandissent pas. Pas plus que Leterme, mais pour d'autres raisons, il n'a l'étoffe d'un grand homme politique et d'un futur chef d'état visionnaire, ce dont la pauvre Belgique aurait le plus besoin. Dommage.

Écrit par : Seghers | 12/12/2007

Que c'est ardu, complexe, de satisfaire les égos incommensurables de tous ces politiciens assoiffés avant tout de pouvoir.
Heureusement, après Monsieur Leterme, c'est au tour de Monsieur Reynders de connaître un premier petit "retour de manivelle".
Etant donnée la taille de leurs dents à tous, cela doit être très douloureux de se les casser. Mais plutôt saborder le navire que de ne pas être à la barre!
Et pendant ce temps, le mazout augmente et le gouvernement tourne en rond.
Moi qui croyais que "politique" signifiait "gestion des choses de la cité".
Pauvre Belgique...

Écrit par : Skbe | 12/12/2007

Le MR a constaté durant 6 mois que mme Milquet roulait pour le PS.
Il aurait été bien plus inspiré d'en tirer plus tôt les conséquences.
Renders a commis une erreur de stratégie évidente.

Maintenant que le cartel des gauches PS_CDH s'est enfin dévoilé, il normal et démocratique que le MR qui représente une force moindre que le cartel des gauches en tire tts les conséquences et ne revendique plus de leadership.

Écrit par : PHIL | 12/12/2007

Reynders, c'est cet homme politique qui adoptait des mimiques moqueuses et puériles à l'égard de ses confrères sur les plateaux de télévision, pendant la campagne. C'est cet homme inbu et arrogant, cherchant sans cesse à se profiler comme primo-ministrable auprès de l'opinion flamande. Il n'aura pas même perçu la belle opportunité qu'il avait de coopérer avec les autres francophones - préférant s'obstiner à croire pouvoir les dominer. Si le flandro-flandrien Leterme n'a indiscutablement pas le coffre pour un costume de Premier belge, Reynders n'a pas même la carrure d'un Premier francophone.

Écrit par : Paul M | 12/12/2007

Moslih Eddin Saadi, célèbre poète Persan du moyen-âge a un jour dit:
"Garde-toi de proférer les pires insultes à ton ennemi, car un jour il pourrait devenir ton ami."

Reynders, aveuglé par son ego et arrogant comme souvent, a perdu de vue cet adage et non content d'en subir les conséquences, le front francophone risque d'en pâtir également.

Tant d'intelligence si mal utilisée! (soupir) Décidément, nous n'avons que les politiciens que nous méritons: médiocres!

Écrit par : manuel schulte | 12/12/2007

Les commentaires sont fermés.