Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

07/12/2007

Verhofstadt mène le bal

EDITORIAL

Ciel Radio

Par Michel Konen

 

C'est fou tout de même comme une émission de télévision  peut causer des dégâts collatéraux. Mercredi la RTBF diffusait une excellente émission sur les coulisses de la négociation au sein de l’orange bleue. Durant cinq mois une équipe a suivi, pas à pas, et avec l’accord des intéressés, les chefs de file des formations concernées. Un reportage qui en dit long sur les rouages de la décision, ou de la non décision politique, sur la personnalité des acteurs. Que la relation entre Didier Reynders et Joëlle Milquet n’était pas un long fleuve tranquille, on le savait déjà. Après la diffusion du reportage, elle tourne à la déchirure. Ces deux-là ne jouent pas à je t’aime moi non plus non plus. Mais à je ne t’aime pas, moi non plus et je te le dis. Reynders reproche à Milquet de s’être attribué le beau rôle : trop femme, trop mère, trop francophone. « Elle veut du temps pour s’occuper de ses enfants ? Elle va en avoir. Des jours et des nuits ». Reynders ne rigole pas.  Il ne veut plus voir Milquet. Il n’a pas supporté, lui qui prétend totalement maîtriser sa communication, d’apparaître comme froid et calculateur là ou la présidente du CDH se la jouait humaine, sincère,  convaincue et convaincante. Bref, Reynders se paie une crise de paranoïa. Il a donc quand même des nerfs cet homme-là. Et pendant ce temps, Guy Verhofstadt poursuit son petit bonhomme de chemin. Aucun parti n’a osé lui dire : non !, sauf DeDecker. Difficile en effet de refuser de s’occuper des problèmes urgents – songez au prix de l’énergie - qui assaillent les citoyens après six mois de négociations non abouties. Le « Grand bleu » va donc joyeusement de l’avant. Lui, le démissionnaire aurait maintenant l’intention de demander la confiance au Parlement la semaine prochaine, comme un vrai gouvernement. Bref, il s’installe. Au grand dam du CD&V/NV.A, littéralement traumatisé à l’idée que Guy Verhofstadt ne rafle tout simplement le pouvoir pour de long mois. C’est en tout cas lui qui a les cartes en main. Et si jusqu’à présent il cache bien son jeu c’est quand même lui qui mène le bal.

 

Commentaires

Didier Reynders, l'homme qui à défaut d'être Sarko voudrait être le Roi. Pour l'instant, il n'est que le nain.

Écrit par : François Collette | 07/12/2007

Les commentaires sont fermés.