Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

12/11/2007

les réconciliateurs

Editorial

Ciel Radio

par Michel Konen 

La seule chose qui, d’évidence, unit encore les négociateurs de l’Orange bleue, c’est leur volonté de laisser la famille socialiste dans l’opposition. Car pour le reste, on ne voit pas qu’il y ait  de raison particulière à poursuivre un bout de chemin ensemble.

 

Le formateur en titre, Yves Leterme, est en chômage technique : les négociations sont toujours à l’arrêt. Les réconciliateurs, Armand De Decker et Herman Van Rompuy, cherchent à recoller la porcelaine. La mission que le Roi leur a confiée est interprétée de manière radicalement différente par francophones et flamands. Pour ces derniers, la mission des Présidents des assemblées ne peut avoir pour objectif que de permettre à Yves Leterme de former un gouvernement qui aura une grande réforme des institutions à l’ordre du jour.

 

Pour les francophones au contraire, la mission des réconciliateurs consiste au contraire à retirer de la négociation gouvernementale tout le dossier réformes de l’Etat.

 

Le Roi doit reprendre la main : dès aujourd’hui il rencontrera l’ensemble des partis démocratiques pour leur expliquer de quoi il s’agit. Ce sera bien nécessaire car pour Elio Di Rupo pas question de participer à ce nouveau forum sans être partie prenante de la négociation gouvernementale.

 

Et pendant que les flamands poursuivent leur tactique du rouleau compresseur pour imposer leurs vues, les francophones donnent à voir le triste spectacle de la désunion et à faire passer les ambitions partisanes avant le bien commun.

Commentaires

Qui a, le premier,a lancé des exclusives? Reynders. Qui, ,le premier, a eu des ambitions partisanes? Reynders. Qui, le premier, a remis Leterme en scelle? Reynders. Qui, le premier, a digèré l'affront fait aux francophones? Reynders.
Je continue?

Écrit par : V. Minnelli | 12/11/2007

Après tant de compromis plus ou moins boîteux on en est au point que la Belgique n'est plus viable dans ses structures actuelles.
La preuve en est qu'un gouvernement ne pourra plus se former tant les blocages sont insurmontables et l'immobilisme complet.
Soyons clairvoyant: que Bruxelles soit enfin une region parfaitement bilingue où chacun puisse se sentir dans sa capitale et que la Wallonië et la Flandre soient autonomes et se respectent mutuellement (ce qu'un Belge qui s'installe en Flandre ne fait pas lorsqu'il dédaigne d'y reconnaître le néerlandais comme la langue officielle, quelle que soit sa langue privée). Il n'est pas besoin de facilités pour se montrer citoyen à part entière. Et comprenons enfin que scission n'est pas rupture ni fin de la Belgique. Bien au contraire, si l'on veut que la Belgique survive, laissons chaque région et communauté se gérer comme elles l'entendent et s'entraider ensuite pour le mieux de la Belgique. Voyez l'exemple de l'université de Louvain où les pires discussions (comme maintenant) ont eu lieu en 1968. Depuis 40 ans la scission en K.U.L. et U.C.L. prouve que là est la seule solution crédible et fructueuse. Scinder pour enfin vivre et travailler ensemble, chacun avec sa propre identité et dignité.

Écrit par : BVDD | 12/11/2007

Les commentaires sont fermés.