Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

08/11/2007

La Belgique s'évapore

EDITORIAL

Ciel Radio

par Michel Konen

 

 

Ils avaient dit qu’ils le feraient. Ils l’ont donc fait. Comme un seul homme, avec l’appui réjoui de l’extrême droite fascisante du Vlaams Belang, les parlementaires flamands ont voté la scission pure et simple de l’arrondissement de Bruxelles-Hal-Vilvorde. Pour la première fois, une communauté linguistique à abuser de sa majorité numérique pour imposer ses vues à l’autre communauté linguistique. Un vote historique qui met un peu plus à mal encore le concept même du pays. Un vote qui montre qu’en effet, petit à petit, la Belgique s’évapore.

 

Yves Leterme n’a pas pu, ou pas voulu, arrêter la machine flamande. Au cours des 151 jours de négociations, il n’a rien fait, ou si peu, pour tenter de régler le problème par la voie de la négociation. Est-il disqualifié pour autant ? A entendre les partis flamands, non seulement, il a été l’homme de la situation mais il doit continuer à mener les négociations. Et ils préviennent : le communautaire n’est pas mis au frigo car il est intimement lié aux problèmes socio-économiques. Voilà les francophones prévenus !

 

Les francophones précisément. Ils annonçaient qu’en cas de vote Leterme devrait partir, que les négociations seraient rompues. A l’arrivée, les négociations sont suspendues. Et il n’y a plus d’ukase à l’encontre de Leterme. Et, si l’orange bleue continue, comme cela semble devoir être le cas, des rendez-vous communautaires sont déjà à l’ordre du jour : soins de santé, emploi, fiscalité, on en passe, autant de  matières pour lesquelles la Flandre réclame plus d’autonomie et pour lesquelles la Flandre pourra faire jouer, et pourquoi ne le ferait-elle pas ?, la loi du nombre.

 

La réaction francophone ne pourra se limiter à mettre en oeuvre la procédure du conflit d’intérêt ou de la sonnette d’alarme qui permet de retarder les échéances.

 

Ce qui s’est passé hier à la Chambre démontre, avec brutalité, à quel point les francophones doivent définir une politique de vie commune. Que cela plaise ou non, la Flandre est portée par une communauté de destin. Celle qui fait cruellement défaut au sud du pays.

 

Rien ne sert de pleurer. Il faut agir. Pour ne pas se faire bouffer tout cru !

 

 

Commentaires

euh moi je ne vois que cela a dire :

http://www.travailleravecdescons.com

a lire d'urgence, parce que la on touche le fond, autant en rire !

Écrit par : sylvie | 08/11/2007

A l'heure européenne, face à la mondialisation, aux tentatives de conciliations européennes, aux missions belges de médiation en Afrique, qu'il est surprenant de constater combien des élus, qui n'ont que leur langue et leur culture comme différences, peuvent mettre à mal une démocratie.

Ces différences, aussi importantes aux yeux de chacun qu'elles puissent être (flamand, francophone vs italien, allemand), sont devenues un prétexte de radicalisation.

L'enfermement intellectuel d'une majorité flamande est la démonstration d'un profond complexe d'identité.

Comme pour des adolescents, le groupe est identitaire, les revendications immatures aussi.

Écrit par : Philippe | 08/11/2007

Quand comprendrons nous ?La Flandre veut son independance et l'aura envers et contre tous.Plus que nos gesticulations et nos discours pathetiques sur la democratie sur le droit des minorités,dont la Flandre se moque eperdument elle avance résolument vers la scene finale avec une stratégie qui ne se cache même plus.Car bien loin de la scene politique la vraie strategie est economique.Quasi tout les grands patrons sont des Flamands,plus insidieurx les directeurs de DRH dans les entreprises tous Flamands même dans des entreprises liègeoises le nepotisme flamand est partout y compris dans les hotels ardennais ou dans les fermes du sud Hainaut..la conquête est en marche et "Ils" ne s'arrêteront pas à BHV .En face nous n'avons que des politiciens geignards qui ne peuvent brandir ques des discours vantant la democratie pour masquer leur incapacité à trouver des solutions au seul vrai remede: un redresssement economique serieux et durable du sud du pays qui se fait attendre depuis 30 ans.Devant la pitoyable prestation des 4 patis francophones hier soir veillant avant toute chose à ce q'aucun ne parle une seconde de plus que l'autre pour des raison politico-electorales on est en droit de se demander si nos elus prennent la mesure de ce qui va nous arriver demain.Non il ne fait pas bon être francophones dans ce pays nni au nord ni au sud ni au centre!

Écrit par : la muette de portici | 08/11/2007

Info relayée sur www.lepolitiqueshow.be

Bien à toi.

Écrit par : Mateusz Kukulka | 08/11/2007

Quel est le but de cet "édito" ? A-t-il pour "horizon" un vivre
ensemble ? A tort ou à raison je ne le ressens pas ainsi: je le décode comme: les "députés" Flamands ont commis l'irréparable ...
un "crime" ... et, si on repense à la Bosnie, qui justifiera le
ou les crimes futurs: les méchants étant les Flamands puisque
cet "édito" semble pointer un crime fondateur, un "premier" crime commis par les Flamands à l'encontre des Wallons... ce n'est pourtant qu'un "crime" de mots et de "papier" (...une loi, si j'ai bien compris). Partant de mon expérience, fort excentrée étant"Marseillais", mais ayant des ami(e)s Belges (francophones) ou d'origine belge (francophone) et m'étant, un temps, trés fréquemment rendu à Liége, je poserai une question: quelle place
les Wallons ont-ils fait aux Flamands? ... quelle place veulent-ils faire?... si la seule "place" c'est: pouvoir "être" francophone en pays "flamand" mais que la réciproque ne se conçoit même pas... la suite ,humainement s'entend, s'écrit inexorablement.

Écrit par : marc boyer | 08/11/2007

... qu'elle que soit la... Et si c'était quelle que soit...

Écrit par : Sans intérêt | 09/11/2007

Les commentaires sont fermés.