Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

07/11/2007

L'Orange bleue n'a plus de jus

Édito

La Libre Belgique

Par Michel Konen


Ce qu'il y a de surprenant, au fond, c'est qu'Yves Leterme soit surpris par l'écueil le plus prévisible de cette négociation : Bruxelles-Hal-Vilvorde ! Depuis qu'il a rendossé, en octobre, son deuxième costume de formateur, c'est le dossier qu'il a le moins travaillé. Pas de négociations bilatérales, moins encore de négociations plénières, pas même de contacts discrets voire secrets pour chercher l'ouverture. Rien ! Il avait déclaré, en son temps, que "BHV, c'était l'affaire de cinq minutes de courage politique" . Peut-être s'est-il mis à croire aux effets de tribunes devant des auditoires conquis d'avance ? Quoi qu'il en soit, après avoir torpillé le travail de l'explorateur Van Rompuy qui avait, lui, réussi à créer une certaine confiance au sein des peut-être futurs partenaires, voilà l'homme aux 800 000 voix tout nu.

Il a rencontré, ce mardi, la délégation francophone qui lui a dit : c'est insuffisant pour les francophones. Puis il a vu la délégation flamande qui du bout des lèvres a fini par lui dire que sa proposition pouvait servir de base à une négociation. Trois heures avant Bart De Wever, le nationaliste, avait remballé le texte avec pertes et fracas.

Il reste au formateur quelques heures pour trouver la formule magique qui lui permettra de satisfaire les parlementaires flamands : un accord sur le fait que les partenaires autour de la table acceptent une solution négociée au problème BHV. Pas de quoi fouetter un chat. Encore faut-il que les choses soient dites pour que chacun puisse tirer son épingle du jeu sans avoir l'air trop "con" devant son opinion publique.

Faute de quoi les parlementaires flamands, avec le support du Vlaams Belang, voteront la scission pure et simple de BHV en Commission de l'Intérieur. Et après ?

Et après, rien avant de très, très longues semaines, voire de longs mois. Les francophones tireront la "sonnette d'alarme" ou invoqueront le "conflit d'intérêt". Avantage pour les francophones : les revendications flamandes disparaissent de l'agenda des négociations d'un futur gouvernement. Inconvénient pour le pays : la liturgie politique étant ce qu'elle est, il faudra une de ces crises qui restera dans les annales avant de se remettre autour d'une table. Quand à Yves Leterme, il remballe ses 800 000 voix et s'en va méditer à la campagne pour se refaire une santé.

Le scénario est grotesque. Il a donc toutes les chances de se réaliser

Commentaires

Après le vote et la sonnette d'alarme, vous dites qu'on n'entendra plus parler de BHV pendant des mois. N'est-il pas plus probable qu'il y ait une contre-réaction flamande immédiate à la réaction francophone ? Que le parlement flamand, outré que son coup de force soit bloqué et comprenant que la Flandre ne pourra jamais décider de son sort tant que la Belgique vivra, ne décide une nouvelle fois de voter l'indépendance de la Flandre. Avec, cette fois-ci, une proposition de vote venant d'un parlementaire "démocrate" (au hasard : Eric Van Rompuy) et donc un résultat nettement différent de celui lancé par le Belang il y a quelques semaines ?
Bref, ne pensez-vous pas possible qu'on ai droit, ce soir, au remake de l'émission Bye bye Belgium à cette différence près que l'inscription "ceci est une fiction" n'apparaitra jamais...

Écrit par : Fred | 07/11/2007

Leterme a montré pour la seconde fois son incapacité à devenir Premier ministre. Et qu'en pense Albert II ?

Écrit par : François Collette | 07/11/2007

Le pragmatisme anglo-saxon préconise:"don't fight the problem" La position des partis flamands sur BHV peut paraitre surréaliste mais cela ne sert à rien d'essayer de raisonner le bien-fondé de la question: le problème existe et il faut le résoudre.pour moi tout compromis "trucs et ficelles" ne serait qu'un emplatre et la question resurgira.Le courage politique dicte selon moi une seule solution acceptable par tous et définitive: scission et rattachement à bruxelles des communes à "facilités"Courage politique ou est-il?
Le réaliste.

Écrit par : goormans | 07/11/2007

Il est fort bien possible que Michel Konen a raison. Les francophones tireront la "sonnette d'alarme" ou invoqueront le "conflit d'intérêt". Avantage pour les francophones : les revendications flamandes disparaissent de l'agenda des négociations d'un futur gouvernement.

Mais Michel Konen ne se rend peut-être pas compte qu'il y a aussi un grand avantage électoral pour le CD&V-NVA. Ce cartel aura "tout fait pour défendre les intérêts flamands, mais les francophones bloquent comme toujours". Leterme ne sera peut-être pas Premier Ministre, mais le CD&V-NVA ne perdra pas la face envers leurs électeurs flamands qu'ils ont excités avec des exigences communautaires exorbitantes (bien qu’une bonne partie de leurs propositions sont bien pertinentes d’un point de vue d’efficacité de gestion) pour raison électorales et gagner les élections de juin 2007. Leterme apprendra qu’il n’est pas nécessaire de promettre la lune pour démontrer qu’on à de l’ambition pour les flamands.


Le scénario est en effet grotesque. Il est du au fait que les négociateurs ne craignent aucune sanction : (1) aux élections régionales en 2009 ils pourront affirmer qu’ils auront bien défendu leurs électorat (2) le franc belge n’existe plus et ne coulera pas. Les péripéties institutionnelles belges sont trop futiles pour avoir un impact sur l’Euro. Notre monnaie ne coulera pas, mais notre réputation internationale est déjà ternie. Mais cela n’est pas un souci majeur pour beaucoup de politiciens, puis-ce que cette détérioration de réputation n’a quasi pas d’impact électoral dans le pays.

Beaucoup de politiciens ne semblent même plus connaître la signification du terme « homme ou femme d’état » et son devenus des machines électorales en parfaite harmonie avec les exigences de l’état spectacle que les médias exigent pour leur audimat. En excitant beaucoup de francophones, la rtbf à été indigne pendant ces longs mois. La VRT était bien plus neutre.

Quant à la NVA et le FDF, aucune personne raisonnablement sensée dans ce pays ne peut comprendre comment ces gens peuvent dédier leur vie à une recherche de trophées symboliques qui n’apportent strictement rien aux besoins les plus importants de la population. Leur niveau est celui d’un luxe de riches, pour ne pas dire d’enfants gâtés.

Je suis flamand et belge, sans pour autant défendre notre modèle institutionnel caduque et qui coûte tres cher à nos citoyens.

La prochaine fois qu’il faudra négocier un gouvernement, il vaudra mieux mettre ensemble des enfants des écoles du primaire qui ont souvent plus de bon sens pour parvenir à des solutions à des problèmes qui souvent n’en sont pas.

Si le wallon Jules Destrée n’avait pas au cours des années 1930 rejeté la demande des flamands de faire tout simplement de la Belgique un pays ou tout le monde soit bilingue, on n’en serait pas là. On serait aujourd’hui déjà au stade du trilinguisme ou mieux encore.

Écrit par : Marc DeSomer | 07/11/2007

Une Belgique KO dans quelques heures ?

Avec une NVA qui n'est n'est pas d'accord, puis qui ne marque son accord que quand elle est certaine qu'il n'y aura pas d'accord, Leterme & Cie ne peuvent plus continuer... on va vers nulle part...

Les flamands voteront unilatéralement la scission de BHV ! Et après, que faire ? Le Roi devra trouver une solution dans un monde politique paumé, qui mettra un certain temps à se remettre du KO que provoquerait ce vote flamand.

Cela ne suffira plus de consulter les sages, Le Roi devra les mettre au travail le plus vite possible. Les francophones exigeront réparation d'un éventuel coup de force flamand. Je ne vois qu'un comité des sages (prôné par Dehaene et Deprez) pour jouer ce rôle de médiation et de réconciliation

Écrit par : Xav | 07/11/2007

@ Xav : réconciliation ? Vous rêvez tout haut.

Écrit par : François Collette | 07/11/2007

C’est avec un mélange de stupeur et d’amusement que j’ai lu l’article de Francis Van de Woestyne intitulé « Yves LETERME The End » . Ce n’est pas la première fois, depuis le début de la crise politique, que ce journaliste, fin observateur de notre vie politique, se laisse aveugler par ses convictions au point de ne pas informer les lecteurs de La Libre ou pire de les désinformer. On se souviendra qu’il y a quelques mois déjà, lors d’un précédent enlisement de l’orange bleue de ses rêves, il s’était demandé si Didier Reynders allait encore devoir « se sacrifier » en prenant un rôle actif en vue de dénouer la crise. Il y a quelques jours, il évoquait l’horrible tripartite. Aujourd’hui, ce journaliste va plus loin encore. En effet, il n’aperçoit en fait que trois solutions à la crise actuelle : l’orange bleue avec Yves Leterme, l’orange bleue préparée par un informateur non CD&V ou un gouvernement de transition vers des élections de 2009 dont on peut supposer qu’elles ne pourraient déboucher, à ses yeux, que sur un gouvernement orange-bleu. Rien n’est plus respectable que le journalisme d’opinion, et nul ne peut reprocher à Monsieur Vande Woestyne de détester les socialistes et les écologistes. Il est libre d’appeler de ses v¦ux une coalition de centre Droit, avec un petit c et un grand D. Par contre, participe de la désinformation, le fait qu’il ne présente pas comme des hypothèses possibles pour une sortie de crise, la constitution d’un gouvernement d’union nationale, d’un gouvernement appuyé par une tripartite traditionnelle, d’une coalition jamaïcaine ou même, o horreur, d’un gouvernement olivier. De là à considérer que pour Monsieur Van de Woestyne, il y a aujourd’hui dans ce pays un cordon sanitaire qui, au nord, isole les extrémistes flamands et au sud la gauche francophone, il y a un pas que l’on peut raisonnablement franchir.

Écrit par : Anthony Peros | 07/11/2007

Je suis d' accord avex mr. Somers,

Si on a eu le courage dans les annees '30 de voter le bilinguisme dans tous le pays, on ne serait pas dans cette situation dans laquelle nous sommes actuellement.
Peut-etre vous le remarqueriez, je suis flamand et mon francais ecrit est loins d'etre correcte. Mais vous savez qoui: cela me fais rien: Je montre le respecte d'essayer d'ecrire le francais et je sais que vous me comprenez. J'ai vus dans les forums de discussions francophone toujours le meme discours: Je ne suis pas interessé a apprendre le neerlandais, quest-ce cela donne pour moi? Peut-etre cela aiderai a comprendre les 'gens du nord avec leur langue difficile'? Peut-etre parce-que la majorite de ce pays parle le flamand? Toujours pur les comprendre a ce moment la.Peut-etre cela faciliterai les gens a trouver du travaille, a s'integrer? Simplements des idees... . Je vois en Flandre des Chinois qui peuvent s'exprimer facillement en neerlandais apres quelques années. Donc, c'est possible si on le veut (et svp, par pitié, ne donne pas l'excuse de ne pas trouver des enseigneurs neerlandophone...). Attention: cette remarque, je donne aussi au jeunesse Flamamde: leurs connaissance de l'anglais est aujourd'hui meilleur que leur connaissance du francais, parce-que l'anglais est beaucoup plus important que le francais dans le monde actuelle. Et bien voila: Si on a pas de respect et pas d'interest au langue de l'autre communité, comment veut-on qu'on se comprenne? Petite question en plus: l'Allemand est le troisieme langue officielle en Belgique... . Combien de gens francophone comprennent l'allemand?

Écrit par : Jaffré | 07/11/2007

Nos politiciens francophones vont-ils enfin comprendre que BHV ne vaut ni une crise, ni même de braquer nos compatriotes ?
Les wallons ne subiront aucun désavantage de la scission de BHV. Les bruxellois francophones non plus. Seuls les flamands (peu importe leur langue) qui veulent absolument voter pour des listes bruxelloises ne pourront plus le faire, de même que les bruxellois qui voudraient voter pour des listes flamandes déposées à Halle, p. ex.
Cela ne changera rien à la situation économique du pays, rien à notre position concurrentielle, rien à nos finances publiques...

Écrit par : Ben | 07/11/2007

Cher Monsieur Jaffré,
Comme je vous comprends ! Permettez-moi de vous féliciter pour votre connaissance du français et pour l'effort que vous faites de participer à ce forum. Wonende ikzelf in Brussel en werkende in Vlaanderen, wou ik me met zoveel gemak als uzelf in de andere taal te kunnen uitdrukken. Mijn collegas en vrienden verstaan me wel en vice versa, maar buitenstaanders ben ik nog zo zeker niet ?
Vous avez raison, si les belges avaient vraiment fait le choix du bilinguisme, notre pays aurait un tout autre visage. Du point de vue d'un bruxellois, je puis vous assurer que le nombre de gens sensible à votre point de vue et à la nécessité d'une réelle ouverture est très important. Selon les gens que je fréquente, BHV est un problème politique, pas un problème des citoyens. Je n'en veux à personne qui souhaite scinder BHV. Je m'énerve parfois lorsque je vois des "francophnes" flamands (ou comment appeler les résidents flamands qui ne veulent pas s'intéresser au néerlandais ?) vouloir et résider dans les beaux quartier de la périférie (flamande) et vouloir peser sur la gestion bruxelloise. Croyez-moi, si vous le voulez bien, le vrai bruxellois ne demande qu'à collaborer avec ses voisins flamands. Cela ne signifie pas que nous soyons d'accord sur tout, cela implique que nous écoutions votre opinion comme vous le faites vis-à-vis de nous.
Ik hoop dat wij nog land in dit mooi land samen zullen kunnen wonen en leven en dat u uiteindelijk het respect die u vraagt en verdient zal ervaren. En ik zal er aan blijven bijdragen.

Met vriendelijke groet.

Écrit par : Ben | 07/11/2007

Je me demande si les francophones sont bien conscients que Yves Leterme, Bart De Wever et le Vlaams Belang seront les gagnants massifs lors d'une prochaine élection?

Écrit par : Walter | 07/11/2007

Cher Ben,

Je vous felicite avec votre neerlandais, et pour etre honnete, cela me donne beauoup de chaleur et de l'espoire.

Vous et moi sont convaincu, c'est deja un debut. maintenant comment convaincre la presse / les habitants / les politiciens francophones et neerlandophones?

l'Union fait la force.... et cette union on peut le creeer en creant le respect et le comprehension mutuelle... .

Écrit par : Jaffré | 07/11/2007

Cher Monsieur Konen,

Merci pour votre édito! Ce qui me frappe actuellement c'est le mépris que ces beaux messieurs ont de nos libertés si chèrement gagnées, défendues, perdues et retrouvées, et dont quelques grains sont à nouveau menacés. J'ai envie de scander BHV, LIBERTÉ! et je vous propose un manifeste de plus dans lequel des concitoyens qui, comme moi, ont grandi dans ce pays, se retrouveront peut-être:

Manifeste de l'hinterland bruxellois

Nous, brabançons et bruxellois de souche, de cœur ou d'adoption, réclamons:

La liberté d'habiter où bon nous semble,
De voir en ce pays notre patrie,
D'être reconnus par lui comme ses citoyens.

La liberté d'y acquérir et d'y garder des biens,
De les gérer selon les lois et l'intérêt commun,
Sans distinction de race, de langue ou d'appartenance politique.

La liberté de conserver nos langues et nos usages,
D'y former nos enfants, dans le respect d'autrui,
Soucieux de pluralisme culturel et philosophique.

La liberté d'être défendus et jugés dans notre langue,
D'avoir accès à l'aide sociale,
D'être secourus dans le besoin.

La liberté d'élire des mandataires qui défendent nos intérêts,
Et puissent participer à l'exercice de l'autorité,
Pour une autorité au service du public et non pour un public au service de l'autorité.

Forts de nos droits, attentifs à leur protection,
La liberté de partager loyalement la vie des habitants
De cet hinterland bruxellois, terre que nous chérissons.

JvD

Écrit par : JvD | 07/11/2007

Mais bon sang ! Où est votre Roi ? Il se doit de garantir l'intégrité de votre pays, qu'est-ce qu'il attend ? A quoi peut-il bien servir ?

Écrit par : Mansouri | 08/11/2007

Les commentaires sont fermés.