Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

05/11/2007

Vingt pour cent, les seuls qui comptent !

Editorial

La Libre Belgique

Par Michel Konen

 

 

Le chiffre est d'Yves Leterme. Selon lui, quatre-vingts pour cent du chemin vers l'Orange bleue a été accompli. Ces pour cent-là sont les seuls qui comptent.

La semaine à venir dira si la tactique suivie par le formateur a été la bonne. Il a engrangé de multiples accords. Il espère que les acquis feront pencher la balance en sa faveur.

Mais, force est de le constater, les "pour cent" n'ont pas tous le même poids. Et les dossiers sur lesquels les "peut-être futurs partenaires" se sont accordés comportent de nombreux "blancs" qui ont été reportés aux semaines qui viennent.

Rien ne dit donc que Leterme gagnera son pari : sur la balance, le plateau des acquis actuels est bien léger encore.

Le congé de la Toussaint aura permis aux uns et aux autres de se ressourcer. Et ils vont, en effet, avoir besoin de tous leurs moyens intellectuels et physiques au cours des jours et des semaines qui s'annoncent. On peut s'attendre à une guerre des tranchées permanente et à de multiples crises de nerfs de part et d'autre.

Premier plat de résistance ce lundi : Bruxelles-Hal-Vilvorde. Les députés flamands membres des partis qui négocient l'Orange bleue attendent des progrès "significatifs" dans la résolution de ce dossier d'ici mercredi, jour où se réunit la Commission de l'Intérieur. Faute de perspective, ils voteront, disent-ils, la scission pure et simple de l'arrondissement. Mais voilà, les camps francophones et flamands se sont enfermés dans des déclarations préalables qui n'aident pas au compromis. Du coup, quoiqu'il arrive, tous perdront la face. Mais en politique, belge du moins, quand tout le monde perd, c'est presque comme si tout le monde avait gagné.

L'équation à résoudre est très complexe. D'un côté, les Flamands et leur calendrier parlementaire, et la décision du ministre flamand de l'Intérieur de faire de la nomination des quatre bourgmestres de la périphérie une affaire de gouvernement. Autrement dit, les partis qui ne sont pas associés à la négociation fédérale auront leur mot à dire. Et on ne voit pas pourquoi ils aideraient l'Orange bleue. De l'autre côté, les francophones qui font du sort de ces bourgmestres un préalable à la négociation.

BHV, ce n'est que deux pour cent du chemin qui reste à parcourir. Bonne chance Monsieur Leterme !

Commentaires

Faut-il vraiment souhaiter bonne chance à monsieur Leterme ? A moins que vous fassiez de l'humeur noir. Est-il bien raisonnable de vouloir conclure à tout prix un accord gouvernemental Orange bleue où on ne cesse de se vilipender et où la méfiance est partout présente ? Quel serait l'avenir d'un tel gouvernement ? En outre, le sort des francophones doit-il est décidé par les seuls MR et CDH ?

Écrit par : François Collette | 05/11/2007

La question à formuler ne serait-elle pas plus tôt : "A ce stade-ci, cet accord est-il encore souhaitable?"

Dire que 80% sont engrangés, c'est faire l'impasse sur la loi de Pareto. C'est un peu devenu un simplisme que de parler de cette loi des 80-20, mais les 20% restant renferment quand même 80% des ennuis à venir...

Ce gouvernement est-il encore souhaitable? Personnellement, je ne le pense pas. J'ai rarement vu, du haut (où bas c'est selon) de mes 32 ans, un débat politique aussi enfermé, aussi malsain que le show médiatico-politique auquel nous sommes conviés depuis 148 jours maintenant.

Quel que soit le cas de figure, nous ne sommes plus dans une situation gagnant-gagnant mais perdant-perdant.

Perdants les politiciens (je n'ai pas vu beaucoup de femme ou d'homme d'Etat depuis 5 mois). Quelle crédibilité ont-ils encore? Je ne vois plus que des irresponsables de part et d'autre de la barrière. Où est encore le sens de la négociation?
Si des entrepreneurs ou syndicats devaient négocier à coup de phrases assassines, jamais nous n'arriverions à des accords.

Perdants les journalistes qui m'ont donné au fil du temps le sentiment d'en rajouter une couche. D'accord pour le devoir d'informations, pas d'accord quand celles-ci est manipulée par les phrases assassines des uns et des autres. Que les journalistes aient joué là dedans me déçoit énormément. (c'est peut être un perception tronquée que j'ai là). Néanmoins, je vais corriger cette affirmation en disant que nous avons quand même eu droit à un bon cours d'histoire à côté.

Perdants les citoyens qui ont vu leurs votes confisqués. J'ai lu dans un forum un intervenant qui mentionnait des amis néérlandophones qui tenaient à l'unité du pays mais avaient voté CD&V. Je voudrais juste lui répondre que les flamands n'ont guère le choix. Tous les partis, sauf Groen, ont une composante nationaliste en leur sein. CD&V et la NVA, SPa et Spirit...
Puis ces gens ont-ils voté uniquement pour un programme instotutionnel? Non, certes non... ils ont voté pour des programmes économiques, sociaux, environnementaux aussi. Le fait que le politique "nationaliste" ait capturé le débat est lamentable mais on ne peut accuser les flamands pour autant d'avoir voté un programme institutionnel.

Perdants enfin les programmes... tout le reste des accords est déjà dans le brouillard, la population n'attendant plus que la réponse à la question institutionnelle. Pendant ce temps, le pouvoir d'achat des Belges continue à diminuer, l'image internationale se déteriore, le travail reste le plus cher en Europe...

Faire naître l'Orange Bleue, c'est participer à la naissance d'un mort né. L'Orange Bleue... bleue parce que déjà étouffée? Cyanosée?
Soyons lucide... n'espérons pas un changement d'attitude des différents partis après la négociation. Ce sera un gouvernement qui passera son temps en campagne pour 2009, en phrases assassines, avec un programme qu'il ne pourra pas tenir, faute des 2/3 indispensable à une vraie réforme.

De réformette en réformette, l'opposition va se régaler, elle sera même aidée de l'intérieur. De réformette en réformette, notre tuyauterie va encore se complexifier... de réformette en réformette, l'inflation des textes incomrpéhensibles et mal ficelé (voir le nombre d'arrêt des cours des dernières années: erreurs de traductions, textes inapplicables, compétence d'avis baffouée systématiquement, inconstutionalité...)
Inflations de textes dont je ne comprends pas que les journalistes ne s'emparent pas. Nul n'ets sensé ignorer la loi... je ne suis même pas sur que ceux qui les votent les connaissent encore... Petit problème de statistiques : combien de loi, arretés, règlements etc sont publiés chaque années? Illisible je vous dit.


Alors, vers quoi? Tant qu'à faire une réforme, soyons prêt pour une fois à tout remettre à plat. Partir de la feuille blanche, mêlons tout le monde, tout les partis pendant deux ans et redessinez nous un pays, des institutions lisibles par tous et une vraie démocratie. Le peuple ne vous demande rien d'autre.
Créez une "super-commission" rassemblant tout le monde puor y travailler pendant deux ans.
Et que le gouvernement se contente de travailler sur l'immédiat vu qu'il est incapable de vision long terme.

Messieurs, travaillez sur l'emploi, le social, l'économique, la comtétitivité, l'environnement, relancez la Belgique. Et que la commission me recrée un pays en lequel je peux croire, avec un projet, une envie, une motivation.

Écrit par : Serge Van Belle | 05/11/2007

Info relayée sur http://lepolitiqueshow.dhblogs.be

Bien à toi.

Écrit par : Mateusz Kukulka | 05/11/2007

Les commentaires sont fermés.