Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

30/10/2007

Les excuses “forcées” de Bart De Wever

Editorial

La Libre Belgique

31.10.07

par Michel Konen 

 

 

 

Décidément, il n’en démord pas. Bart De Wever, le président de la NV.A, le parti nationaliste et séparatiste flamingant, maintient : les excuses présentées dimanche par le bourgmestre d’Anvers, Patrick Janssens, à propos du rôle des autorités de la métropole dans la déportation des Juifs, étaient “gratuites”. Parce que, juge-t-il, il est “facile de présenter des excuses 65 ans après les faits”.

Il est évidemment plus facile encore de se taire. Il est plus facile encore, et plus commode surtout, de faire comme si rien ne s’était passé. Et, comment peut-on en douter ?, s’il y a eu méprise sur la teneur de ses propos, c’est parce qu’ils ont été sortis de leur contexte. La faute aux journalistes, sans doute.

On ne dira pas de Bart De Wever qu’il est nostalgique des années noires. Il n’empêche. Il est des faux pas qu’il vaut mieux éviter. Particulièrement quand dans les rangs de son propre parti on compte des membres qui n’ont pas un passé virginal et qui se sont distingués dans les organisations nationalistes les plus extrêmes.Avec l’ancien ministre CD&V Mark Eyskens, on ne peut que juger “les déclarations de monsieur De Wever grossières, choquantes et totalement déplacées pour la communauté juive de Belgique. On y sent même un soupçon d’antisémitisme”

La rencontre, à sa demande, de Bart De Wever avec les responsables de la communauté juive était le minimum de ce que l’on pouvait attendre de lui. Quant à la sincérité des excuses qu’il a présentées, elles ont, pour le moins, l’air embarrassé. On les eût voulues plus franches et sans ambiguïté.

Que Bart De Wever ait raté là une occasion de se taire ne fait aucun doute. Son compagnon de cartel, le CD&V n’a pas été le dernier à se démarquer du président de la NV.A, faisant part de son incompréhension devant ses déclarations. Tous les autres partis, du nord comme du sud, ont eux aussi fait part de leur indignation. A l’exception, mais faut-il s’en étonner, du Vlaams Belang.

Le dérapage verbal de Bart De Wever illustre le malaise historique du mouvement flamand avec un passé que,consciemment ou non, il tente, toujours, d’excuser voire de justifier.Une attitude qui permet de mieux comprendre aussi pourquoi les actuelles négociations pour la formation du gouvernement de l’orange bleue butent sur le communautaire. Le nationalisme ne permet aucun compromis.

 

Commentaires

Bar(s)t De Wever ?

Écrit par : Marc Bourgois | 31/10/2007

Je ne sais pas ce qui pour moi est le plus choquant: Les propos de Mr de Wever, les excuses molles ou les réactions que j'ai pu lire sur les forums de journaux flamands. Mais ne sont-ce pas là des révélateurs d'un mal plus profond : dans quelle mesure n'y-a-t-il pas encore aujourd'hui une confusion, en Flandre, entre les "héros de la cause nationaliste" et des actes commis contre l'humanité au cours de cet âge sombre de l' histoire. D'autre pourront le confirmer mais les rafles d'Anvers n'avaient-elles pas été précédées de manifestations de flamingants en 1941 ? Ne voit-on pas encore aujourd'hui des manifestations de commémoration pour Staf de Clercq ou Irma Laplasse, vus comme des martyrs de la Flandre et non pas comme des collaborateurs volontaires de la machine abjecte de l'occupant nazi ?

Non, mr de wever, la cause de la flandre (le m, le d, le w et le f volontairement minuscules dans ce cas) ne justifie pas tout. Elle ne justifie pas les actes de ces "héros abjects" qui dénonçaient résistants, communistes et juifs ou collaboraient aux politiques raciales de l'occupant. Elle ne justifie pas non plus, dans un autre registre, les inscriptions "ratten", les cris vociférants de vos militants ou les injures envers l'autre communauté ou les mesures de discrimination prises à l'égard des francophones de flandre.

Dans les colonnes d'un autre journal francophone, un journaliste flamand se demandait pourquoi tant de méfiance envers la Flandre. Et bien, si vous lisez ceci, vous avez ma réponse...

Écrit par : Philippe | 31/10/2007

On fait semblant de découvrir que Bart De Wever est un nationaliste flamand de l'ultra-droite, et puis on fera semblant de l'oublier...
Tout était pourtant clair au début de l'été quand sa femme a déploré que les négociations de l'orange bleue les privent de leurs vacances familiales à... Berchtesgaden !
Tout le monde a le droit de prendre des vacances en Bavière, il n'y a rien à redire à cela... mais le choix du lieu de villégiature avait de quoi rendre plus que perplexe...
Combien d etemps le CD&V va-t-il maintenir cette alliance dangereuse avec des nostalgiques de l'hitlérisme ?

Écrit par : Hélène Berger | 31/10/2007

cette fois, ci le CD&V n'a pas encore compris qu'il a fait un pacte avce le diable, c'est que dans ses rangs plusieurs personnes ont un problème intellectuel général! Et dire que "ça" va être ministre... tous comptes faits, je préfère la disparition de la Belgique!

Écrit par : mc19 | 31/10/2007

Simplement et fermement, je ne veux pas être représenté politiquement par un gouvernement parasité par des individus qui, comme de wever n'ont aucun respect d'autrui ni morale et qui, plus est, sont dangereux pour la paix et le sens démocratique car ils détournent la démocratie pour en faire un populisme.
Expert en communication je confirme bien que ses excuses n'en sont pas car il n'était pas "authentique" mais bien contrarié.
Son visage parlait pour lui!

Écrit par : Roland Somville | 31/10/2007

Je ne supporte plus l'hypocrisie ambiante qui règne en Flandre...

Bon nombre d'amis flamands me disent qu'ils sont attristés par ce qui se passe actuellement, qu'ils veulent l'unité du pays....mais qu'une fois dans l'urne, ils ont voté...CDnV/NVA....

Mais quelle hypocrisie de leur part....et je m'apprette à leur passer un savon dont ils se souviendront...

Des bons petits belges qu'ils disent..alors qu'ils votent pour un parti qui se met en cartel avec des ultra nationalistes flamands (dont le parti dérive du même tronc qu'un certain vlaams belang).

J'en ai plus que marre de leur hypocrisie crasse !!!

Qu'ils nous dient une fois pour toute qu'ils ne veulent plus de la Belgique et puis Basta !

Et dire que ces gens sont mes amis...

Écrit par : renaud | 31/10/2007

Une Belgique à ce prix-là ? Une Belgique avec des personnages comme De Wever ? Non merci.

Si le prix à payer pour la survie de la Belgique est de ce compromettre avec des personnes ayant ces idées, je préfère plus de Belgique du tout.

Plutôt être pauvre que honteux.

Écrit par : hippolyte | 31/10/2007

Nationalismes
Dans une Europe des régions, les partis vraiment démocratiques doivent combattre les nationalismes et partis xénophobes qui utilisent les droits démocratiques pour en tirer des avantages personnels et du pouvoir par le populisme. Plus que jamais, il est temps que l'on se souvienne des millions de morts des guerres et atrocités du passé causées par des choix politiques initialement "démocratiques". L'Humanité a besoin de ce souvenir de ces sacrifices comme mise en garde de nos comportements et choix politiques d'aujourd'hui.Comme les petits cours d'eau font leur chemin dans les terres pour devenir de grands fleuves, les idées xénophobes, négationnistes, racistes, ... tentent de se fayer un lit à travers la démocratie et les régions en recherche d'identité. L'Europe des régions signifie la valorisation des régions, pas le replis sur soi! Pour être en mesure d'accomplir leurs tâches, les partis qui gouverneront la Belgique sous peu doivent changer d'angle de vue, ne pas se limiter seulement aux prétentions régionales mais bien dans une vision européenne et mondiale par les défis qui seront bien plus importants que les limites de BHV.

Écrit par : Roland Somville | 31/10/2007

Bravo à Mark Eyskens qui a eu le courage à la RTBF de dire ce qu 'il pensait de cet odieux personnage qu'est Bart de Wever qu'on devrait exclure de la table des négociations pour ses propos racistes neo nazis et son parti le NVA devrait ëtre interdit dans ce pays!!
Halte à cette peste brune qui pollue notre pays.!!
Yves Leterme est resté indifférent et surtout qu on ne lui donne pas
un poste de ministre ce serait scandaleux pour la Communauté juive!!

Écrit par : vayhair | 31/10/2007

Messieurs les Flamingants
J’ai deux mots à vous rire
Il y a trop longtemps
Que vous me faites frire
A vous souffler dans le cul
Pour devenir autobus
Vous voilà acrobates
Mais vraiment rien de plus
Nazis durant les guerres
Et catholiques entre elles
Vous oscillez sans cesse
Du fusil au missel
Vos regards sont lointains
Votre humour est exsangue

Brel 1977 album Les Marquises

Écrit par : Azrael | 31/10/2007

Monsieur de Wever a bien raison de dire tout haut ce que les flamanats pensent tout bas.
Sans les wallons la belgique irait mieux. La famille de monsieur de wever a pendant la guerre tout fait pour la flandre qui a été soutenue par les allemands.
monsieur de wever est le digne fils de ses ancetres.
grace à lui la flandre vaincra et sera au niveau qu'il lui faut malgré les walons.
remercions nos heros flamnts de 40-45 qui ont compris l'histoire abvant nous puisque maintenant l'allemagne est le plus grand pays d'europe et la flandre est avec elle

Écrit par : avvvvk | 31/10/2007

Tout est dans tout et Bart DeWever continuera à jouer un rôle dans la dernière (?) phase des négociations. Je vous livre mes idées sur cette phase, reprise de mon blog:

01.11.2007
BHV: sortir des tranchées

Le pays d’Ubu

Les observateurs étrangers peinent à comprendre pourquoi des habitants francophones résidant en Flandre, à quelques kilomètres voire quelques centaines de mètres de Bruxelles, se voient taxer d’arrogance ou d’impérialisme par la Flandre s’ils souhaitent continuer à parler français; s’ils « narguent » la Flandre en s’exprimant même dans leur langue au Conseil communal, geste fou de défi!

Ces observateurs se demandent s’il ne leur est pas loisible de jouir des droits reconnus dans la grande majorité des pays européens à des minorités, minorités qui sont majoritaires dans une partie du territoire : c’est le cas des germanophones du Haut-Adige, ou des hongrophones de Slovaquie, de Roumanie et de Serbie…

Le chagrin des Flamands

Il faut expliquer à ces observateurs que les Flamands ont très mal vécu un passé révolu, où une élite bourgeoise francophone, les « fransquillons », dominait la Flandre économique, sociale et culturelle. Ce sont ces fransquillons qu’ils ont tendance à confondre avec les Bruxellois et « facilitaires » francophones d’aujourd’hui. Cette confusion, ou ce chagrin, j’en suis persuadé, nourrit les accusations d’arrogance qui apparaissent si incongrues aux oreilles des francophones.

L’épée de Damoclès du 7 novembre

Et maintenant, quoi? Le congé de Toussaint passé, l’essentiel du programme gouvernemental « classique » bouclé, l’Orange bleue aura quelques jours pour effectuer une percée, pour reprendre le mot de l’open-vldiste Somers, dans les matières qui concernent la réforme de l’Etat et BHV. Le vote possible de la scission de BHV par la commission de l’Intérieur de la Chambre, le 7 novembre, c’est évidemment l’épée de Damoclès des négociateurs.

Le double casus belli

Je l’ai déjà dit : je pense que les francophones, se trompent ici de stratégie et de ligne politique. Sauf à ne pas vouloir d’accord – ce peut être un objectif! -, il n’est pas imaginable de troquer la scission de BHV contre l’élargissement de Bruxelles. Ca, ce sont des rodomontades. De même, pour les Flamands, il n’est pas réaliste de demander la scission de BHV sans contrepartie pour les francophones. Dans les deux cas de figure, il y a casus belli.

"Double vote" : l’emplâtre sur une jambe de bois

Alors? On parle beaucoup (voir La Libre de ce jour) de l’idée, naguère avancée par Francis Delpérée, du système de "double vote" : les électeurs de Hal-Vilvorde (ou de plusieurs communes de la périphérie) pourraient voter soit pour les Flamands de Hal-Vilvorde soit pour un francophone de Bruxelles. A cette contrepartie pourraient s’ajouter l'extension des compétences de la Communauté française et la nomination des quatre bourgmestres de la périphérie.

Il me paraît que cette « solution » ne serait qu’un emplâtre sur une jambe de bois. Qui ne permettrait pas de soulager les aigreurs et les rancoeurs. BHV, ses aigreurs et ses rancoeurs, continuerait à pourrir la vie des gouvernements et de la Belgique, sur fond d’opposition stérile entre le droit du sol et le droit des gens.

Franchement, ça vous gênerait, une école flamande à La Hulpe ?

Alors quoi? Dans le Brabant wallon, où j’habite, je constate que peu de gens auraient des objections à doter la province (ou partie de la province) d’un statut bilingue si ce même statut était conféré au Brabant flamand (ou à une partie de cette province). (Vous vous souvenez, c’était la proposition, émise de manière provocatrice, certes, par Brigitte Grouwels…).

Franchement, ça vous gênerait, vous, une école flamande à La Hulpe pour des enfants de néerlandophones ? Ca vous gêne qu’il y ait à Bruxelles plusieurs écoles anglophones pour les enfants de familles anglaises ou ni francophones, ni néerlandophones?

Pour un statut bilingue des deux Brabants

La solution du statut bilingue pour les deux Brabants

 n’est pas la même que celle de l’extension de la région bruxelloise aux deux Brabants. (Préconisée notamment par le bourgmestre FDF de Linkebeek, cette extension, qui n’est pas nulle sur le plan économique, est nulle, irréaliste et provocatrice au niveau psycho-politique).

 a l’énorme avantage d’être fondée sur le donnant-donnant (« Je ne refuse pas à l’autre ce que je réclame pour moi »).

 balaie tout soupçon d’impérialisme et d’arrogance.
 est innovante.
 fait le pari de la diversité.
 permet de sortir des tranchées, de réussir la fameuse phase d’intégration inhérente à la négociation ou, pour parler le langage des échecs, de mettre fin à la situation de « pat ».

Chiche?

Écrit par : jh | 01/11/2007

Nul ne peut pas s'excuser pour autrui.
Il faut bien évidement déplorer l'attitude des autorités anversoises en 40-45.
Il faut aussi être très attentif à l'instrumentalisation des excuses! par Israêl. Avec la confusion constante entre les juifs et l'état d'Israêl.
Aucune communauté n'a obtenu pour les siens les réparations qu'ont obtenues les différentes communautés juives soutenues par le Congrès juif mondial.
Je pense an particulier aux tsiganes et à tous les belges qui ont perdu leur maison bombardée et dont la seule indemnisation a été un lit, une chaise par personne et une table pour quatre!

Écrit par : Henri491 | 01/11/2007

Je trouve dommage que l'on doive en permanence s'excuser auprès de la communauté juive pour tout et pour rien. Après tout, la liberté d'expression existe.

On dirait que ces gens ont la sensibilité à fleur de peau. Si vous aviez tout ce que l'on a déjà dit du FN : un livre d'excuses ne suffirait pas !

Écrit par : Georges-Pierre TONNELIER | 01/11/2007

"Dans une démocratie, tout le monde doit être libre d'exprimer son opinion, même si c'est une opinion que je déteste."
De qui vous savez.

Je suis entièrement d'accord avec cette opinion.

Joëlle Milquet, vous connaissez ?
Dans un long interview dans Humo, elle qualifie Bart De Wever, de sympathique, chaleureux et intelligent.

Ne pourrait-on pas une fois pour toutes clouer le bec à tous ces séparatistes ou rattachistes de tout poil en changeant la constitution pour organiser un référendum sur ce que désirent nos amis Flamands ? Le problème serait mis au rancart pour un bout de temps.

Je connais des Flamands qui ont voté VB parce qu'ils étaient d'accord avec une grande partie de leur programme tout en étant opposé à la séparation du pays.
Il serait antidémocratique de séparer le pays sans demander directement l'avis des citoyens.

Je sais, ils l'ont fait pour le fédéraliser. Si encore ils l'avaient fédéralisé au niveau des provinces...

Écrit par : Jeannot | 01/11/2007

Info relayée sur http://lepolitiqueshow.dhblogs.be

Bien à toi.

Écrit par : Mateusz Kukulka | 02/11/2007

Les commentaires sont fermés.