Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

28/10/2007

Le plus petit commun dénominateur

Édito

La Libre Belgique

Par Michel Konen

On ne peut décidément pas dire que ces quatre-là sont heureux d’être ensemble ! Tout est prétexte à chamailleries. Les grilles de Val Duchesse les montraient à couteaux tirés, les portes du Parlement les voient user de stratagèmes plus machiavéliques. L’essentiel n’est pas de dire qu’il y a accord. Il est existentiel de dire en quoi l’accord est marqué du sceau de celui qui s’exprime. Chacun s’attribue un paragraphe du texte. On n’est pas sûr, au bout du compte, que cela fasse une belle histoire.

La “trêve de Dieu”, celle que l’Eglise imposait aux belligérants au Moyen Âge, ne s’instaure désormais que dans les tribunes des terrains de football. Et les équipes y mettent du leur : Standard-Malines s’est conclu sur un 2 partout qui ne rend personne heureux mais qui n’humilie pas l’adversaire. Un vrai compromis à la belge. Du genre de ceux qu’on cherche depuis 141 jours.

La tactique d’Yves Leterme, ces dernières semaines, a consisté à négocier, sur les dossiers les plus divers, tous les accords possibles. Et, dès qu’un problème se posait, à renvoyer à plus tard la recherche d’une solution : c’est fait pour tout ce qui, de près ou de loin, touche au budget ou au communautaire. Résultat : ce qui unit aujourd’hui les négociateurs est le plus petit commun dénominateur.

La confiance autour de ce programme minimum sera-t-elle suffisante pour affronter les tempêtes annoncées aux abords des îles du budget et du communautaire ? Bien malin qui peut faire un pronostic.

Ce qui, aujourd’hui, oblige les peut-être futurs partenaires à rester ensemble n’est rien d’autre que la mathématique parlementaire. Il n’y a pas d’alternative ! Les troupes, côté flamand en tout cas, mettent du temps à s’en rendre compte. Ils font lentement leur deuil d’une grande réforme de l’état. Ils ne se montrent que plus impatients et plus hargneux sur le dossier Bruxelles-Hal-Vilvorde. Ils ont, ce week-end, lancé un ultimatum : ils exigent des perspectives d’accord pour le 7 novembre. Faute de quoi les Flamands imposeront la scission en Commission de l’Intérieur. A vrai dire, personne n’y croit vraiment. Mais il serait bon que chacun se calme.

La “trêve de Dieu”, au temps passé, s’appliquait surtout durant la semaine du mercredi soir au lundi matin. Ce sera précisément le cas cette semaine avec le congé de Toussaint que les négociateurs se sont accordés. Peut-être est-ce de bon augure !

Commentaires

À l'école primaire on m'a appris le plus petit commun multiple (PPCM) et le plus grand commun diviseur (PGCD). Le plus PETIT commun DÉNOMINATEUR c'est quoi cette affaire???

Écrit par : Jean-Louis Leroy | 29/10/2007

Il s'agit du terme situé sous la fraction, qui indique le diviseur. Le plus petit commun dénominateur est obtenu en réduisant en réduisant plusieurs fractions au même dénominateur, correspondant au plus petit commun multiple de leurs dénominateurs

Écrit par : Michel Konen | 29/10/2007

On pourrait parler aussi du plus petit démineur commun, du plus petit explorateur commun et quid d'un plus petit formateur commun ?

Écrit par : himself | 30/10/2007

en effet !

Écrit par : Michel Konen | 30/10/2007

Les commentaires sont fermés.