Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

11/10/2007

L'heure de vérité approche.

EDITORIAL

CIEL RADIO

par Michel KONEN

11.10.07 

 

 

Je vous le disais hier : la météo politique est instable et peut changer brutalement. Cela ne faisait guère de doutes : aucun vote n’interviendrait  en commission de l’Intérieur sur le dossier de la scission de Bruxelles-Hal-Vilvorde. La procédure parlementaire offre suffisamment de ressources pour retarder les échéances fatales.

 

Il n’empêche. On ne comprend pas quelle mouche a piqué Pieter De Crem, le président CD&V de la commission. En   accédant à la demande du Vlaams Belang de clore le débat pour passer au vote mercredi prochain, il a joué au pyromane alors qu’on l’attendait plutôt dans le rôle du pompier. Les deux partis flamands qui négocient l’orange bleue – le CD&V/NV.A et l’Open VLD ont suivi comme un seul homme les extrémistes de la droite flamingante. Ils n’ont tenu aucun compte de la négociation en cours un étage plus haut. Leterme et les présidents de parti ont été appelés à la rescousse pour éloigner provisoirement le danger. C’est fait mais l’incident est significatif. Le CD&V - dans la plure tradition du CVP, dont il est l'héritier - prend un plaisir sadique à mettre ses vedettes politiques, ici Yves Leterme,   dans des situations impossibles. Plus grave, les chrétiens démocrates flamands, mais aussi les libéraux du nord, restent traumatisés par le Vlaams Belang et n’osent pas se démarquer de celui-ci, quelles que soient les circonstances. Ce sont bien les plus durs qui mènent la danse. A tout moment, la négociation en cours peut capoter sur le communautaire.

 

On comprend donc qu’il est de l’intérêt vital de Leterme de mettre le turbo. Hier les négociateurs ont engrangés quatre nouveaux accords. Sur des sujets – Affaires étrangères, Coopération au développement, politique internationale et européenne. Ce ne sont pas les dossiers les plus polémiques, d’accord. Mais Leterme n’a plus guère le choix. Il doit, au plus vite, remplir la corbeille pour freiner les ardeurs des agités de son parti.

Le dossier institutionnel, en particulier celui de Bruxelles-Hal-Vilvorde, reviendra sur la table plutôt qu’il ne le souhaitait. Et cette fois il n’y aura plus d’échappatoire possible.

 

Pour l’orange bleue, l’heure de vérité approche à grand pas. Le délai n’excède pas quinze jours.

Commentaires

Vous n'imaginez pas à quel point j'en ai ras le bol des revendications ridicules des Flamands. Je n'aurais aucun regret en cas de démantèlement de la Belgique: vivre avec l'extrême droite et leurs moutons me dérange considérablement. Si ils veulent divorcer, grand bien leur fasse... et bon débarras.

Écrit par : Anne | 11/10/2007

Peut-on encore faire de la politique en Belgique? Le paradoxe de la Belgique francophone c'est la promptitude à mettre de jolis drapeaux aux balcons tout en ne construisant jamais rien politiquement. Dire "non", dire "qu'on aime la Belgique telle qu'elle est" est un discours creux et une position intenable à long terme. La tentative du cdH et de MR de jouer la montre est pathétique. Le parlement est ridiculisé avec ce vrai/faux débat sur BHV. C'est grotesque. On va attendre l'avis du Conseil d'État sur des propositions d'amendement? Quelle blague: on sait que ces amendements seront jetés à la poubelle. Cela ne change rien à la volonté unanime des partis flamands à aller vers une autonomie toujours plus grande...et tout le monde le sait. Tôt ou tard, la question se reposera et toutes les procédures (sonnette d'alarme par exemple) ne feront que retarder l'échéance.

Écrit par : miguel | 11/10/2007

Arrêtons cette mascarade et cessons de perdre notre temps.
L'emblême de la Wallonie, c'est le coq, pas l'autruche.
Si Leterme parvient à "sauver les meubles belges" cette fois, tôt ou tard, en 2009 ou 2011 ces discussions à n'en plus finir recommencerons.
Séparons-nous.
Mobilisons nos énergies pour le futur.
Ce sera aussi une chance pour les Francophones que de prendre notre destin en main seuls ou avec la France.

Écrit par : Azrael | 11/10/2007

Autant les revendications flamandes m'agacent tant elles semblent intransigeantes autant l'attitude francophone feignant des années durant de ne pas entendre ces revendications m'exaspèrent.

Je suis également agacé par ces politiciens qui a tout prix veulent parler des vrais problèmes des gens.... alors qu'ils sont incapables de les identifier, de les aborder et de les traiter tant en Flandre, qu'en Wallonie, qu'à Bruxelles et en sa périphérie.

Cessons de rêver à la Belgique de nos grands-parent, réveillons-nous, prenons conscience de la situation, écoutons les revendications, posons nos conditions francophones, négocions tout ce qui peut l'être mais n'ayons de cesse d'avancer vers notre destin tout en restant les maîtres de celui-ci.

Nos cultures différentes nous font aborder les problèmes de la vie quotidienne, familiale, sociale, économique et politique sous des angles devenus de plus en plus différents.

Écrit par : Benoit | 11/10/2007

Apparement, M. Konen n'aime pas le SP.A-Spirit, ni les verts flamands, en voyant comment il les censure: ces partis avaient AUSSI demandé qu'il y a une vote sur la scission de BHV dans la commission (et ne pas seulement le VB), mais M. Konen préfère mentir la dessus en prétendant que cette demande ne venait que du Vlaams Belang.
Très bas, ce genre de diabolisation des demandes flamandes en les réduisant à quelque chose qui ne serait voulue que par des extrémistes!

Et pareil avec l'assertion que "Les deux partis flamands qui négocient l’orange bleue – le CD&V/NV.A et l’Open VLD ont suivi comme un seul homme les extrémistes de la droite flamingante."
1. Le CD&V-NVa en l'OpenVLD ne suivent pas le VB dans le sens que le VB prône une solution fort différente pour BHV que ces partis: le VB veut au fond incorporer BHV dans son entièreté dans leur état flamand, en ne plus aucun souvereinité belege du tout!
2. Cela sert à quoi, tellement nier que la demande à scinder BHV est soutenu par tant de Flamands et à diabolisant une demande parfaitement légitime ? Et cela sert à qui, réduire 'tout' ce qui est trop assertif du côté flamand, à ‘suivre le Vlaams Belang'?


Triste, ces exagérations et ces mensonges. N'est-ce pas normal, en lisant de telles grossièretés, que de plus en plus de Flamands qui ne sont nulle part des partisans du VB, mais des citoyens, et des militants et mandataires de TOUS les autres partis flamands (sauf l'extrême - gauche) deviennent de plus en plus flamingants? Et de plus en plus froide par rapport à la Belgique?

Détail: il y en a trois (des partis flamands dans l'orange-bleu)!

Rudi Dierick
Secrétaire politique du OVV et coordinateur de 'Woordhouden'.

Écrit par : Rudi Dierick | 11/10/2007

Le vote sur l'immigration était purement stratégique le jour de la rentrée parlementaire et en plus il n'engage que les Régions. Les deux ou trois autres ne sont que de la roupie de sansonnet. On se motive comme on peu et les porte-parole des partis de l'Orange bleue nous prennent pour des niais. Pendant ce temps, la Flandre parlementaire toute entière entretient la guerilla avant le coup de force final. Encore bien que nous avons Maingain et Milquet car il n'en faudrait pas beaucoup à M. Reynders pour vendre l'âme des Wallons contre le Pouvoir à tout prix.

Écrit par : François Collette | 11/10/2007

Peut-être y a-t-il une autre explication...
Aujourd'hui, le Cd&V a récupéré la main... et l'épée de Damoclès.
L'explorateur Herman van Rompuy a maintenant la main qui tient l'épée... cf http://pourquoipas.blogs.lalibre.be/ de ce jour.

Écrit par : pourquoipas | 11/10/2007

Les commentaires des intervenants précédents sont équilibrés et modérés.Cela change des invectives haineuses et/ou imbéciles que l'on lit généralement dans les commentaires. Monsieur Michel Konen, vous faites malheureusement encore partie des gens intelligents qui nient ce qui est apparent: la Flandre est depuis longtemps une Nation, l'heure de l 'Etat est proche. Il ne faut pas injurier les habitants du Nord et les couvrir de toutes les épithètes si le "Vlaamse Leeuw" est leur hymne national préféré et qu'il confondent "La Marseillaise" ( -que leur sang impur abreuve nos sillons....) avec "O dierbaar Belgie, o heilig land der Vaadren. Ce ne sont pas d'office des fascistes.........

Écrit par : joukes | 11/10/2007

à Rudi Dierick qui écrit:
"Très bas, ce genre de diabolisation des demandes flamandes en les réduisant à quelque chose qui ne serait voulue que par des extrémistes!"

Le simple fait que les socialistes flamands voire les Verts flamands fassent bloc avec une demande purement provocatrice et inutilement violente du VB prouve la gravité de la situation et la radicalisation de la classe politique flamande.

Écrit par : steph' | 11/10/2007

Pauvre gens,pauvre Belgique,moi aussi j'en ai marre de ces revendication flamande, flamingante,nous sommes deux communauté différente et cela depuis toujours,je dit cela sens leur en vouloir,prenez vous en au grand dirigeant qui l'on crée cette belgique mais comme ils sont tous mort, prenez vous en a vous même, c-a-d prenez,prenons nous wallon notre destin en main ou unissons nous à la France, car chez eux il y a une vrai solidarité entre région,il n'ont pas de problèmes communautaire et cessons de dire que nous serions la 5 ème roue de la charette de l'hexagone.

Écrit par : pascal | 12/10/2007

Entre des flamands qui veulent tout et des francophones qui ne veulent rien en matière institutionnelle (ou trois fois rien aux yeux des flamands), la solution est de... négocier un compromis durable. Et qui dit compromis durable, dit que les francophones doivent renoncer à bloquer la scission de l'arrondissement "BHV" et qu'ils doivent en pondérer la compensation. Pourquoi ne pas rappeler aux flamands que lors de la précédente crise sur BHV, Paul Tant, parlementaire CD&V avait proposé de donner un corridor au travers de Rhode-Saint-Genèse (et pas tout Rhode). Les termes de cette proposition étaient un peu -il est vrai- méprisants mais cette proposition a existé et elle est une concession symbolique pour permettre un lien phyisique (géographique) entre Bruxelles et la Wallonie en cas d'indépendance de la Flandre, crainte par beaucoup comme l'étape ultime. Ajoutons-y des droits élargis "à la sauce de l'accord Verhofstadt" à Linkebeek, Kraainem et Wezembeek et une partie des Fourons et le compte pourrait être bon. Sauf peut-être pour les extrémistes de tous bords...

Écrit par : aiglebxl | 12/10/2007

Info relayée sur www.lepolitiqueshow.be

Bien à toi.

Écrit par : Mateusz Kukulka | 12/10/2007

Les commentaires sont fermés.