Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

06/10/2007

Pas un accord, mais un “non-papier”

EDITORIAL

LA LIBRE BELGIQUE

 

Donc, c’était au temps où l’explorateur explorait encore. Le vendredi 28 septembre, pour être précis. Les chefs de tribu étaient réunis autour de l’explorateur. Parmi eux, la cheffesse de l’une des tribus francophones faisait office de scribe.

Elle notait tout pour que la mémoire des choses ne se perde pas. Scrupuleusement, elle avait au cours des semaines précédentes amendé les textes initiaux, enregistrant ainsi les ébauches de compromis.

Ce texte, qui met en lumière un certain nombre de convergences, devait, évidemment, rester secret. Car les compromis ne seraient-ils pas jugés comme autant de trahisons au Nord comme au Sud ? Par exemple, l’acceptation par les tribus flamandes de “phaser” la réforme de l’Etat en plusieurs étapes ne serait-elle pas vécue comme une capitulation en rase campagne ? Et ne dirait-on pas aux chefs des tribus francophones qu’accepter les régions dans les organes de la S NC B revenait  à manger sa parole ?

Il fallait encore baliser le terrain sur lequel la culture de l’orange bleue serait tentée : la scribe retint donc des rapprochements dans les domaines comme la fiscalité, la sécurité sociale, l’emploi, etc. Le sort de la parcelle, fort disputée, de Bruxelles-Hal-Vilvorde ne fut pas évoqué autour de la table.

Au bout du compte, les tablettes sur lesquelles étaient couchés les résultats des discussions ressemblaient fort à un pain d’explosif à haut pouvoir de destruction. Il convenait donc de se montrer extrêmement discret. Et il fut donc considéré que ces textes seraient des “non-papiers”, comme les appellerait plus tard l’explorateur.

Des non-papiers, non signés et, donc, ne liant pas les négociateurs. Chacun devant pouvoir garder les mains libres pour le cas où les choses tourneraient mal. Les notes de la scribe n’ont donc pas d’existence. Sauf qu’elles existent.

Le Roi, tenu au fait de tout cela, observa donc, samedi soir 29 septembre, qu’il existait suffisamment de convergence pour entamer les négociations.

Le dimanche, Joëlle Milquet, scribe  et cheffesse des oranges humanistes, sans rien dire de la teneur de la non-note, en disait suffisamment, en parlant de “cadre limité”, pour mettre le CD &V/N-VA en émoi.

Tout faillit capoter avant de s’arranger puisqu’une non-note n’existe pas, même si elle existe bel et bien. Et, qu’on le veuille ou non, qu’elle montre le chemin parcouru.

Commentaires

Lisant dans la presse d'aujourd'hui une partie du "non papier" qui a fait beaucoup d'encre cette semaine j'y découvre qu'il y aurait des convergences pour abaisser l'age de l'obligation scolaire!

C'est une mauvaise réponse à une bonne question.

Vous savez que j'ai été pendant plus de 8 ans actif au sein de l'UFAPEC, comme Président, Vice-Président, ou Porte-Parole. Mon dernier enfant est en rétho ce qui fait que je suis en contact quotidien avec l'école d'aujourd'hui depuis 23 ans.

Chaque fois que j'ai pu j'ai essayé de faire comprendre que la question de la fréquentation scolaire en maternelle était capitale "pour l'accrochage scolaire DES PARENTS", mais qu'essayer de la résoudre par l'obligation sera contre-productive. Voyez le décret inscription ou jours blancs!

Je ne sais pas si aujourd'hui j'ai trouvé l'œuf de Colomb pour le faire comprendre, mais j'ai eu une évidence.

L'homme a depuis toujours essayé d'imiter les oiseaux. Pendant des siècles il a essayé de les imités avec les insuccès que l'on sait. Pourquoi? Parce qu'il se demandait "comment volent-ils, faisons la même chose"!

Quand a-t-il su voler? Quand l'un d'entre nous s'est dit "Pourquoi volent-ils?". La suite vous connaissez. Je ne vais pas dire que l'homme est sur Mars, mais il a su l'atteindre.

Qu'est-ce que cela a à voir avec l'âge de l'obligation scolaire? Arrêtons de nous demander "comment faire venir" les 3%, 5%, 7% d'enfants qui n'y sont pas (une fois encore c'est moins que les adultes qui ne vont pas voter et que l'on ne poursuit pas), mais osons la question "pourquoi ne viennent-ils pas"?

Et cette question me tourne en tête, et plus encore depuis le reportage "Question à la Une: la scolarité en Finlande", depuis que l'on a "expulsé" les étudiants adultes en décrochage scolaire à l'Athénée Jacquemin (ne pas citer le nom c'est juste pour situer). C'est élèves en souffrance avec leur scolarité seront parents demain (n'est-ce pas ce que nous avons à leur souhaiter?) ; qui se préoccupe de leur ré-accrochage scolaire indispensable à la réussite de leurs enfants?

C'est la réponse à cette question qui fera que tous les enfants seront inscrits à l'école maternelle, pas une obligation de plus.

Je suis peut-être qu'une voix dans le désert, c'est pourquoi je m'adresse à vous, qui êtes aussi parents, et avec qui avez toujours su, mieux que moi, exprimer le point de vue parental que l'on vous communiquait.

Je ne suis pas sûr que mes adresses sont encore au goût du jour. L'un ou l'autre a changé de rubrique ou de journal. L'un ou l'autre nous a quitté malheureusement. Mais il n'y a que vous qui puissiez dire à l'opinion publique et aux hommes et femmes qui sont élus pour les représenter:

Ce n'est pas le "comment" faire venir les enfants à l'école maternelle qui permettra d'avoir la bonne réponse, mais "pourquoi n'y sont-ils pas".

Entre nous, effet secondaire positif, cela valorise aussi ceux qui y sont déjà au lieu de les dévaloriser.

Écrit par : Henri Wittorski | 06/10/2007

Info relayée sur http://lepolitiqueshow.dhblogs.be/

Bien à vous.

Écrit par : Mateusz Kukulka | 07/10/2007

PLus rien ne m'étonne dans notre cher pays...
Il existe donc des non-notes... remarquez qu'on pourrait considérer un gouvernement en affaire couranter comme un "non-gouvernement", il ne peut prendre aucune initiative...

J'attends donc avec impatience l'apparition prochaine au pays du surréalisme de :
-non-accord de non-coalitions de non scission non rassembleuse
-les non impots
-le non assistanat
-les non décisions...

On a vraiment l'impression d'être Alice au pays des merveilles avec un grand lapin blanc qui court comme un fou pour fêter un non-anniversaire. C'est génial l'air de rien!

Maintenant et sur un ton plus sérieux: à qui profite le crime?
-Chaque jour sans accord renforce les partis dans l'opposition qui ont des cartes en or à jouer...
-Chaque jour sans accord renforce les "belgie-barstistes" qui vont avoir beau jeu de mentionner dans 6 mois: "voyez, nous n'avons toujours pas de gouvernement fédéral, le monde tourne toujours, l'économie reste florissante pour la Flandre... quelle est donc la valeur ajoutée de ce "non-pays"...
-On peut se demander dans le chef de CHACUN des partis aujourd'hui autour de la table de sa volonté réelle d'aboutir à un accord (entre la "non-note", le rappel des intransigeances constant des uns et des autres, les batailles intra-francophones et intra-PS etc)

Vers où va-t-on?
-Soit, le scénario PS, le retour de la vengeance d'Elio 2 (on le reconnait facilement, il n'a plus de noeud pap'...remarquez la transformation de l'aspect communicationnel... ils sont clairement en campagne) se réalise.
-Soit, on se dirige vers un gouvernement d'union nationale pour 2 ans. Ca arrange tout le monde. Ce sera une courte législature, le temps d'aligner les dates d'élections. On mouille tout les partis. Personne n'a gagné les élections fédérales, tout le monde se congratule, le PS sauve la face. Ils ont deux ans pour planifier la séparation (qui aurait alors lieu sur un e horizon de 10 à 20 ans, le temps de modeler les esprits...)

En bref, je suis aujourd'hui très pessimiste sur l'avenir de notre pays... bientôt un non-pays, doté de non-compétences pour gérer un non-peuple.

Serge
"Le Communautaire européen : tout ce qui rassemble. Le Communautaire belge: tout ce qui nous sépare. Petit pays, petit esprit!"

Écrit par : Serge Van Belle | 08/10/2007

PLus rien ne m'étonne dans notre cher pays...
Il existe donc des non-notes... remarquez qu'on pourrait considérer un gouvernement en affaire couranter comme un "non-gouvernement", il ne peut prendre aucune initiative...

J'attends donc avec impatience l'apparition prochaine au pays du surréalisme de :
-non-accord de non-coalitions de non scission non rassembleuse
-les non impots
-le non assistanat
-les non décisions...

On a vraiment l'impression d'être Alice au pays des merveilles avec un grand lapin blanc qui court comme un fou pour fêter un non-anniversaire. C'est génial l'air de rien!

Maintenant et sur un ton plus sérieux: à qui profite le crime?
-Chaque jour sans accord renforce les partis dans l'opposition qui ont des cartes en or à jouer...
-Chaque jour sans accord renforce les "belgie-barstistes" qui vont avoir beau jeu de mentionner dans 6 mois: "voyez, nous n'avons toujours pas de gouvernement fédéral, le monde tourne toujours, l'économie reste florissante pour la Flandre... quelle est donc la valeur ajoutée de ce "non-pays"...
-On peut se demander dans le chef de CHACUN des partis aujourd'hui autour de la table de sa volonté réelle d'aboutir à un accord (entre la "non-note", le rappel des intransigeances constant des uns et des autres, les batailles intra-francophones et intra-PS etc)

Vers où va-t-on?
-Soit, le scénario PS, le retour de la vengeance d'Elio 2 (on le reconnait facilement, il n'a plus de noeud pap'...remarquez la transformation de l'aspect communicationnel... ils sont clairement en campagne) se réalise.
-Soit, on se dirige vers un gouvernement d'union nationale pour 2 ans. Ca arrange tout le monde. Ce sera une courte législature, le temps d'aligner les dates d'élections. On mouille tout les partis. Personne n'a gagné les élections fédérales, tout le monde se congratule, le PS sauve la face. Ils ont deux ans pour planifier la séparation (qui aurait alors lieu sur un e horizon de 10 à 20 ans, le temps de modeler les esprits...)

En bref, je suis aujourd'hui très pessimiste sur l'avenir de notre pays... bientôt un non-pays, doté de non-compétences pour gérer un non-peuple.

Serge
"Le Communautaire européen : tout ce qui rassemble. Le Communautaire belge: tout ce qui nous sépare. Petit pays, petit esprit!"

Écrit par : Serge Van Belle | 08/10/2007

Les commentaires sont fermés.