Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

02/10/2007

Cacophonie orange bleue

Edito

Ciel Radio

02.10.07

Michel Konen

 

Joëlle Milquet, la présidente des démocrates humanistes a franchi le mur du silence. Comme aux plus beaux jours devant les grilles de Val Duchesse comme aux plus beaux jours de la mission de formateur d’Yves Leterme, première version.

 

Elle a levé le voile, un petit peu, très peu même, sur ce que le Roi entendait pas « suffisamment de convergence pour permettre la reprise des négociations ». Cela a suffi pour mettre le feu aux poudres.

 

Hier l’orchestre de l’orange bleue a joué un air qu’il pratiquait en maître il y a un peu plus d’un mois : celui de la cacophonie. Soudain , il n’y avait plus rien : ni convergences, ni cadre, ni …rien. Rien si ce n’est les fausses notes. C’est comme si la mission de l’explorateur n’avait pas existé. Herman Van Rompuy lui-même a du sortir du bois précisant que s’il existait des écrits ce ne pouvaient être les siens. Ce ne pouvaient que des non-papiers, non signés et ne liant pas les parties concernées.

 

Raison du tohu-bohu : .Madame Non a donné l’impression d’être celle qui avait fait plier le CD&V/NV.A sur le terrain communautaire. Insupportable pour les chrétiens démocrates du nord du pays qui ne savent pas comment expliquer à leurs troupes que le grand soir institutionnel n’aura pas lieu..

 

Yves Leterme, qui pouvait rêver d’une meilleure entrée en scène pour démontrer qu’il avait changé, voit donc sa mission de formateur plombée avant même qu’elle ait commencé. On croyait que la méthode Van Rompuy – la loi du silence – avait bien été comprise par les négociateurs. Ce n’est apparemment pas le cas !

 

Mais s’il fallait démontrer la fragilité des acquis de la mission de l’explorateur, c’est chose faite !

 

 

Commentaires

votre edito de ce jour, tout à fait d'accord: le consommateur est un acteur 'économique'. A quand l'éloge de "politiciens" francophones dans llb? aujourdhui, Peter de Crem;
bravo pour cet érudit .Vu en prenant de la hauteur, ces 'négociations' apparaissent finalement puérils. Pour résoudre ces problèmes fondamentaux, il faut du recul, faire s'exprimer les économistes, les entreprises, les acteurs sociaux et tous les partis. uNE COMMISSION travaillant un an pourrait proposer une solution intêressante; pendant ce temps, le gouvernement actuel serait réactivé avec une adaptation éventuelle. Trop simple ? la précipitation et l'échauffement des esprits n'apporteront paa de bonnes structures.

Écrit par : decooman | 03/10/2007

Les commentaires sont fermés.