Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

26/09/2007

Van Rompuy : ça passe ou ça casse !

Mis en ligne le 25/09/2007
- - - - - - - - - - - 

Par Michel Konen

Donc, l'explorateur explore toujours ! Depuis le 29 août qu'il s'est enfoncé dans la jungle politique belge, on sait peu de choses, au fond.

On sait qu'il a rencontré différentes tribus du Nord et du Sud. Des peuplades qui disent vouloir ensemble cultiver cette plante rare qu'est l'orange bleue. Il a donné régulièrement de ses nouvelles au Roi. Mais il a surtout obtenu de poursuivre son exploration au plus profond de la forêt.

L'exploration s'est révélée très délicate car ces tribus ne sont pas encore calmées - la guerre a fait rage jusqu'au 10 juin. Et, parmi les guerriers, certains ont encore envie d'en découdre. C'est pourquoi l'explorateur, jusqu'ici, a préféré rencontrer les tribus nordistes d'un côté et les tribus sudistes de l'autre. A part un petit repas en commun, il n'a pas encore été en mesure de les rassembler vraiment pour négocier. Mais la guerre n'a pas repris. En conséquence de quoi, il est toujours vivant.

Hier, il a brièvement fait surface pour rencontrer le Roi et lui promettre de faire un point définitif sur les possibilités d'accorder les uns et les autres à propos de cette culture d'orange bleue.

Il est en effet inutile d'explorer plus avant le terrain. L'explorateur possède assez d'éléments pour tracer les contours d'un accord. Si tout le monde y met du sien, évidemment.

Pour cela, il va falloir apprivoiser l'ego institutionnel des oranges du nord : ils ont quelques difficultés à comprendre qu'ils ne sont pas seuls au monde. Il va falloir aussi calmer l'ego personnel du chef des bleus du Sud. Plus le temps passe et plus ce chef se verrait bien devenir le grand chef de tout ce qui se présente : grand chef des cultivateurs de l'orange bleue et, si ce n'est pas possible, grand chef de toutes les tribus francophones. Pour l'instant Didier Reynders, c'est son nom, est candidat à tout.

L'explorateur doit réunir son petit monde rapidement. Il va dramatiser la situation. Il doit obtenir des "futurs peut-être partenaires" un accord clair sur leur volonté de cultiver ensemble cet étrange fruit. Faute de quoi, il rendra son tablier. Sera-t-il capable dans les 72 heures qui viennent de mettre fin à la guerre des symboles qui empêche la négociation d'aboutir ? Trouvera-t-il la clairière où pourra brûler le feu de joie pendant que se fume le calumet de la paix ?

C'est en tout cas sa dernière chance. A défaut, il faudra reprendre l'exploration à zéro et voir du côté des tribus rouges et vertes si une autre agriculture n'est pas préférable. C'est sûr, cette semaine, ça passe ou ça casse.

Commentaires

Tout à fait d'accord avec vous, Monsieur Konen, "ça passe ou ça casse". Il serait intéressant au-delà que vous fassiez un peu de politique-fiction à court terme: quid si ça casse. (Je me suis amusé à cet exercice dans ma note "Le couple Belgique en plein psychodrame" (http://aucafedublog.blogs.lalibre.be/). J'aimerais vous lire sur ce sujet!)

Écrit par : jacques | 26/09/2007

Les commentaires sont fermés.